Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

3Fév/122

Critique: Anthropophagous – Joe Damato – 1980

Synopsis:
Un groupe d'amis se rend en voilier sur une île grecque afin de passer du bon temps et de s'amuser durant leurs vacances. A leur arrivée, ils découvrent un village vidé de tous ses occupants.Au cours de la visite, une de leur amie vient à disparaître mystérieusement. La nuit tombée, ils décident de s'arrêter dans une lugubre bâtisse abandonnée. Ils y découvrent une fille terrifiée, cachée dans la cave, qui prétend être poursuivie par un ogre, un anthropophage monstrueux qui aurait dévoré tous les habitants. Ce qu'ils vont découvrir sur la légende de ce monstre va peu à peu les entraîner dans le pire cauchemar éveillé qu'ils auraient pu imaginer....

Mon avis:
Ce film phare des années 80 se trimballe joyeusement depuis de nombreuses années une réputation d'oeuvre extrême, et pour tout dire, celle-ci est en partie justifiée. En effet, sous bien des aspects, Damato parvient à créer une ambiance gothique lourde, pesante, suffocante parfois même; le monstre (George Eastman) participe grandement à l'affaire et chacune de ses apparitions fantomatiques instaurent un malaise chez le spectateur. Certes, le film a vieilli, mais n'a pas perdu grand chose de sa force. A côté de ça l'aura gore qui lui colle à la pellicule est, elle, quelque peu exagérée. De l'étalage de viande, oui il y en a, mais pas tant que ça en fait. Bien évidemment, la sulfureuse et célèbre scène de l'arrachage de foetus fera son effet (pour la version uncut en tout cas) et arrive toujours à provoquer le dégoût, même chez les plus endurcis, mais pour le reste cela reste plutôt light et mis à part un hachoir planté en plein crâne, quelques coups de dents bien placés et une éventration finale bien gluante on n'aura pas tant que ça à se mettre sous la dent.

Au final, Anthropophagous est un film poisseux, tendu comme un string par moment et offrant aux aficionados de gore qui tâche quelques moments d'anthologie bien craspecs. A visionner dans le noir, un soir d'orage, un plat de bolognaise dans une main et la télécommande de l'autre...

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier