Synopsis:
Après le meurtre d’une jeune femme, Miguel, atrocement défiguré par une malformation de la peau, quitte l’hôpital psychiatrique ou il était interné. Il est pris en charge par sa soeur qui le ramène dans la demeure familiale, une école de langues étrangères. Angela, l’une des étudiantes, va très vite se sentir épiée, suivie par Miguel. De terribles secrets planent autour de cette école, et elle va très vite découvrir l’horreur qu’ils renferment.

Mon avis:
Ce Bloody Moon est un slasher honnête réalisé par Jesus Franco, bien loin de ses productions habituelles. On a presque du mal à reconnaître la patte de celui-ci. Le plus gros souci du métrage, c’est le rythme. En effet, le temps est bien long avant que l’on enclenche la vitesse supérieure. On assiste à tout un tas d’évènements bizarres qui font passer Angela pour une névrosée et qui essayent tant bien que mal de nous diriger vers une multitude de fausses pistes en tout genre. Autre souci, moins important toutefois surtout si on est indulgent, le côté cheap de certaines scènes. L’héroïne qui manque de se prendre un magnifique rocher en polystyrène (qui roule d’une bien étrange manière) vaut son pesant de cacahuètes ainsi que la fameuse décapitation d’un mannequin en plastique avec la scie circulaire de la jaquette. Flagrant. Du coup, les scènes gores en prennent un coup dans l’aile et autant prévenir les amateurs tout de suite, ça ne va pas casser trois pattes à un ornithorynque (sans parler de la crotte de pigeon géante que Miguel arbore sur le visage en guise de malformation…). Bref, parfois c’est carrément la loose.


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier