Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

27Mar/122

Dossier: Les 5 meilleurs remakes jamais réalisés…

Ahhhh, la mode des remakes.. En ce moment, on peut dire qu'on en bouffe vraiment à toutes les sauces. Remakes par ci, revival par là.. On finirait presque par croire que Hollywood n'a décidément plus aucune fibre créatrice pour piller aussi allègrement dans les réussites (ou pas d'ailleurs) d'autrefois. Cette fois nous allons tenter de voir le côté positif de la chose, car il faut l'avouer, parfois de bonnes surprises nous attendent, surtout pour quelques oeuvres  plutôt ratées dans leurs versions de base (et qui arrivent finalement presque à justifier leur remake).
Il est bien entendu que tout cela est comme toujours subjectif, cela n'engage que moi et mes goûts (qui je dois l'avouer ne sont pas toujours en accord avec la majorité, mais ça me va bien comme ça).
On trouvera donc pèle-mêle du culte et du moins culte avec: La colline a des yeux, Massacre à la tronçonneuse, Mother's Day, Vendredi 13(Killer Cut) et l'armée des morts.

La colline a des yeux (Hills have eyes) - Alexandre Aja
Passer derrière Wes Craven, surtout sur un titre aussi culte que celui-là, il fallait oser; même si en le revoyant de nos jours le film a vraiment perdu de sa superbe et collectionne pas mal de défauts assez gênants avec du recul. Le choix du jeune Aja était un autre pari risqué. Certes, son Haute-tension est carrément tétanisant, mais comment allait-il se comporter sur une telle super-production à la sauce Hollywoodienne? Allait-il se sacrifier en faisant le Yes-man et nous servir un plat insipide mais qui aurait surement rapporté un maximum de brouzoufs?..  Que nenni, que nenni. Car la vision de ce remake sur grand ecran m'a fait l'effet d'un véritable coup de poing, un uppercut que je ne suis pas prêt d'oublier. Alexandre Aja prends alors tout le monde à contre-pied et nous livre un film d'une violence et d'une puissance considérables. Les scènes clés s'en trouvent sublimées, spécialement la première attaque qui est un véritable électro-choc. Mention spéciale à Pluton (Michael Berryman mémorable) qui se voit ici transformé en une bête monstrueuse, un terminator meurtrier que rien n'arrête et qui fait preuve d'une fureur dévastatrice. La violence exacerbée dont fait preuve le film lui a d'ailleurs valu les foudres de la censure (notamment la scène du bébé ou du viol); pour l'anecdote il existe deux affiches, l'une montrant la petite soeur sous la main de l'un des monstres (version censurée) et l'autre montrant la même scène mais avec celle-ci qui pousse un hurlement de terreur (version non censurée). Un bijou d'horreur à voir et revoir sans modération.

Massacre à la tronçonneuse - Marcus Nispel
Un remake de massacre à la tronçonneuse, le chef d'oeuvre absolu de toute une époque, personne n'y croyait, surtout produit par un Michael Bay rompu aux blockbusters décérébrés remplis d'explosions et de cascades.. Marcus Nispel, qui n'avait jusqu'alors réalisé que des clips, a du vraiment ressentir tout le poids de la terre sur ses épaules. Et pourtant, il fait le job, et très bien en plus. Il nous livre une version impeccable, flippante, glauque, avec un Leatherface qui en impose et une famille de dégénérés cannibales à la noirceur glaçante. La séquence ou le boucher à la tronçonneuse apparaît pour la première fois est à ce titre vraiment impressionnante et annonce une suite des festivités forcément à l'unisson. A noter qu'une préquelle a également été réalisée vu le succès de cet opus, de très bonne qualité également (beaucoup plus gore par contre) mais pour moi légèrement en deçà de ce coup de maître du père Nispel. Une réussite inespérée, revenant de loin et qui trouve donc fort logiquement sa place dans ce classement.

Mother's Day - Darren Lynn Bousman
Petit film de la Troma réalisé en 1980, Mother's day est un sympathique B-movie comme il s'en produisait des tonnes à cette époque. L'idée d'un remake, pouvait surprendre; sa réalisation par le papa de Saw 2,3 et 4 et sa sortie directement en vidéo faisait carrément peur... Et bien on peut enfin dire que Darren a réussi à réaliser un film carré, fort, surprenant même. Aucun effet clipesque à la Saw ici, il nous offre une version réfléchie (avec un excellent scénario de Scott Milam), apportant son lot de nouveautés (on sort du huit clos ce qui permet de prolonger le plaisir en alignant quelques péripéties qui vont dynamiser l'ensemble) et plutôt généreuse au niveau des mises à mort (certaines sont vraiment bien gratinées). On appréciera aussi la prestation de Rebecca de Mornay, terrifiante en mère castratrice et menant son troupeau de dingues avec une poigne de fer. Une excellente surprise donc, que je me devais de saluer ici.

Vendredi 13 (Killer cut) - Marcus Nispel
Vendredi 13 a bien entendu marqué la période eigthies de son empreinte: des jeunes, du sexe et des morts à gogo (avec des effets spéciaux signés Tom Savini); très certainement le pionnier du genre Slasher gore, qui a également vu la naissance d'une véritable icone: Jason Vorhees. Toujours produit par Michael Bay via Platinum Dunes, celui-ci confie la réalisation de ce monument à Nispel, qui avait déjà brillamment réussi son examen de passage avec Massacre à la tronçonneuse. En soi, le remake n'était pas très dur à faire, le film original ne valant son statut culte que grâce aux éléments cités précédemment. Mais Nispel prend un peu le taureau par les cornes en basant le film directement sur Jason (sa maman n'apparaissant que dans les premières minutes, pour justifier la suite). On retrouve un peu la touche de son précédent film avec une accentuation volontaire des scènes de sexe et de meurtres. Alors attention, la version sortie en salles en France ne présente finalement que peu d'intérêt. C'est bien la version Killer Cut sortie en Blu-ray aux States (toutes zones je précise...) qui fait la réussite de ce remake. Les meurtres y sont sensiblement plus appuyés et certaines séquences apportent véritablement un peu d'eau au moulin (Jason qui assiste au meurtre de sa maman). Le réalisateur parvient à rendre son Boogeyman impressionnant (les 20 minutes post-générique sont juste géniales) et certains plans iconiques au possible font vraiment mouche (Jason, impassible, posté sur le toit de la maison..). Un petit plaisir coupable, con mais gore bien comme il faut (dans sa version non censurée je le répète) qui fera le bonheur d'une soirée entre potes.

L'armée des morts - Zack Snyder
Encore une fois, faire un remake du Zombie de Romero tenait vraiment de la gageure. Et cette fois encore, le pari est réussi. Zack Snyder, sans trop s'éloigner de l'original, parvient à insuffler un vent de nouveauté qui permet au film de gagner en personnalité et en intensité. Les zombies sont juste enragés, courent comme des dératés, et nous offrent quelques moments d'une rare violence. Tendu comme un string. La critique sociale est toujours un peu là, même si beaucoup plus timorée et certaines scènes d'anthologie laissent pantois (la sortie à la fin dans les bus). On a même le droit à quelques fulgurances glauquissimes (la naissance du bébé zombi) et des débordements gores que n'auraient pas renié Tom Savini (même si parfois on dénote un peu trop de CGI à mon goût). Même punition que pour Vendredi 13: préférez lui la version non censurée, un peu plus trash de ce côté. Un film rempli d'adrénaline et surtout un remake réussi d'un très très grand classique de l'horreur.

Voilà, ma sélection s'arrêtera là pour aujourd'hui. D'autres auraient pu y figurer mais il fallait bien faire un choix. N'hésitez surtout pas à laisser vos impressions via les commentaires ou à nous parler de ceux qui auraient pu également figurer dans cette sélection.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier