Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

10Avr/120

Critique: Zombi 4 After Death – Claudio Fragasso – 1988

Synopsis:
Une enfant, fille de sorciers vaudous, meurt dans les mains expertes de médecins spécialisés. Fous de chagrins, ses parents décident de se venger et de déchaîner les forces de l'enfer sur le monde. Ils réveillent des morts vivants et seule une petite fille munie du pendentif protecteur de sa mère va survivre. Des années plus tard, elle revient sur les lieux du cauchemar et aidée d'une poignée de militaires, va tenter d'arrêter le massacre.

Mon avis:
Le retour de la suite de la vengeance. Les italiens Fragasso/Mattei remettent le couvert après le désastre Zombi 3 qui ne justifiait pas vraiment une suite. Mais bon, la fête continue, autant qu'elle soit plus folle.. Et folle elle l'est. On nage carrément en plein nanar dans cette péloche bricolée à la colle et aux crayons de couleur (Fragasso tournera même un autre film en même temps la nuit, Commando Strike Force..).Pas vraiment de lien avec les autres opus (et heureusement en fait), le titre se contentant de surfer sur la vague Romero en s'affublant d'un numéro pour aguicher le badaud.
Le film alterne les scènes d'anthologie du ridicule avec pèle-mêle des zombies ninja (oui,oui.. ils sautent, virevoltent, font des cabrioles..) qui savent utiliser des armes à feu (ou peut-être des acteurs qui se sont planté de plateau avec Strike Force), des zombies qui parlent  (sic), des anciennes gloires du cinéma porno gay expressif comme des manches à pelle (Jeff Stryker pour ne pas le citer) et comble du comble: des zombies qui se sauvent sous les coups de poing... Bref, la totale.. Le Tex-Avery du gore italien, rien de moins.
On notera pour les amateurs, quelques moments gores (c’était le minimum) avec une énucléation et quelques morsures sanglantes qui font bien ressortir le budget rachitique de l'ensemble tant la sauce tomate sent le frelaté.

Pire encore que Zombi 3 qui déjà touchait le fond, Zombi 4 arrive à le percer et à nous entraîner dans les profondeurs insondables du bis ringard transalpin. Une bouse force 4 qui doit plutôt être vue comme une comédie parodique si on ne veut pas perdre son temps à chercher l'erreur.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier