Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

3Mai/120

Critique: La maison près du cimetière – Lucio Fulci – 1981

Synopsis:
Après le suicide du médecin qui lui a tout appris, Norman Boyle décide de reprendre sa suite et emménage dans sa maison avec sa femme et son fils Bob. Peu à peu il va se rendre compte que des évènements étranges se passent dans cette maison. Chaque nuit il est réveillé par des pleurs d'enfant venus de nulle part... Mais surtout, quelque chose semble se terrer dans le sous-sol...

Mon avis:
Le voilà mon film préféré du cultissime Lucio Fulci. Même si il a signé de véritables perles intemporelles comme L'enfer des Zombies ou encore l'Au Dela, cette "Maison près du cimetière" me touche tout particulièrement. D'un simple slasher calqué sur l'histoire de l'ogre guettant l'enfant dans sa tanière, Fulci nous livre une sorte de conte macabre, à la fois poétique, gore et effrayant. Le tout est sublimé par une partition musicale de toute beauté qui souligne autant les moments de peur que les moments dégageant une tristesse d'outre tombe que l'on finirait par trouver jolie. Du très grand art. A côté de ça, on a affaire à un film généreux à tous les niveaux et particulièrement là ou ça fait mal. Comme d'habitude, Fulci parsème l'histoire de moments gores hyper efficaces qui combleront forcément les amateurs. Les attaques du monstre sont violentes, horribles, ses grognements contrastant avec les pleurs qu'il laisse échapper la nuit quand tout est calme. L'apparence de celui-ci est d'ailleurs carrément surprenante: sorte de cadavre décharné, immense, se déplaçant laborieusement mais doté d'une force démoniaque quand il vous tient. Ce côté mort-vivant, lent, mais déterminé rend particulièrement tendue la confrontation finale, baignée dans le sang et les tripes et qui nous fait découvrir (Spoil) qu'il se grefferait les organes de ses victimes pour espérer vivre éternellement.
Alors oui, le film a un peu vieilli et on le ressens par moments (on notera surtout la séquence de la chauve-souris, inutile et plutôt ratée...). Mais le tout dégage tellement une aura de magie funèbre qu'on est littéralement scotché. Et ce n'est pas cette fin ouverte onirique et pleine de poésie qui viendra démontrer le contraire.

La maison près du cimetière est clairement une oeuvre culte, mélangeant la beauté et l'horreur avec un brio sans pareil. Lucio Fulci nous offre donc sa version d'un conte pour enfants pas sages qui restera définitivement comme une pépite dans sa filmographie. Une histoire folle, unique et effrayante.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier