Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

31Mai/120

Critique: Maniac – William Lustig – 1980

Synopsis:
Franck Zito a perdu sa mère dans un terrible accident de la route. Complètement replié sur lui-même, il déambule la nuit dans les rues les plus sombres et traque les femmes ayant le malheur de croiser son chemin. Il les scalpe et dispose ses trophées sur des mannequins afin de se créer une vie sociale...

Mon avis:
Encore une oeuvre culte que j'ai revue récemment et qui n'a rien perdu de sa puissance visuelle et psychologique. Figurant à l'époque au fameux catalogue René Chateau vidéo (les films que vous ne verrez jamais à la télévision...), ce petit chef d'oeuvre a fait les beaux jours de mes pérégrinations dans les vidéos clubs d'antan. On suit donc les errances de Franck Zito, psychopathe marqué par sa relation avec sa mère, tyrannique et abusive. Ce monsieur tout le monde est en réalité devenu un véritable monstre, combattant ses difficultés relationnelles avec les femmes en leur arrachant le scalp (si tout le monde faisait pareil on vivrait certainement dans un monde de chauves...). Autant dire que cette plongée dans le quotidien d'un serial killer ne laissera personne indifférent tant la violence et le réalisme de son approche font mouche. Le film transpire (au sens propre comme au sens figuré, le génial et regretté Joe Spinell transcendant le rôle de ce monstre poisseux et repoussant) le glauque et fait de cette tranche de vie une tranche de mort plutôt corsée. Les attaques de Zito sont extrêmement violentes,sadiques,sanglantes et les maquillages de Tom Savini laissent pantois. Entre le scalp, l'explosion de tête (le maquilleur joue d'ailleurs lui même la pauvre victime), les égorgements et autres découpages en règle, on a tout loisir de vomir sa tartine, et ça plutôt deux fois qu'une. Mais plus important encore, le profil psychologique du tueur est particulièrement bien développé et nous met très souvent mal à l'aise. L'apothéose survenant dans cette apocalyptique scène finale avec les mannequins qui restera gravée longtemps dans ma mémoire. A noter aussi une autre séquence tétanisante, lors de la poursuite d'une pauvre demoiselle dans le métro... juste culte! William Lustig nous prouve déjà son immense talent dans la mise en image du quotidien d'un maniaque, le tout souligné par une musique de Jay Chattaway qui trotte longtemps entre nos deux oreilles (il reprendra d'ailleurs le même genre de thème mais sifflé pour le non moins génial Maniac Cop du même réalisateur).

Maniac est donc un film nécessaire pour tout amateur de notre genre adoré; une oeuvre forte, dérangeante et qui laissera des traces. Je souhaite bonne chance à l'équipe Aja/Levasseur qui se sont lancés dans un remake (avec Elijah Wood en surprenant Franck Zito) et qui j'espère arriveront à toucher du bout des doigts le génie dont fait preuve cette péloche. Une gageure tant il parait difficile d'oublier Joe Spinell. Qui vivra verra... et pour cela il vaut mieux ne pas croiser un avatar de Zito au détour d'un couloir...

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier