Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

10Juin/120

Interview: Xavier Gens, réalisateur de « The Divide »

Réalisateur de "Frontiere(s)" et "Hitman", Xavier Gens a surtout signé l'un des post-apo les plus trippant de ces dernières années, j'ai nommé "The Divide". Ce huit clos dur et sans concessions nous transporte dans un abri recueillant un groupe d'individus après une explosion atomique. Peu à peu la nature humaine va reprendre ses droits et révéler les vraies facettes de chaque personnage. Une plongée ultra réussie dans un univers en décrépitude d'ou personne ne sortira indemne. Xavier a eu la gentillesse de nous accorder un peu de son temps et de répondre à un petit interview pour Grimmovies. Encore un grand merci à lui pour cette attention et pour nous avoir concocter un film aussi couillu qu'un caribou enragé dans la savane. Pour ceux qui n'auraient pas encore vu "The Divide", on ne saurait trop vous conseiller de foncer vous procurer la galette du Graal; en attendant, questions...

Bonjour Xavier; tout d'abord merci d'avoir si gentiment accepté cet interview. Pourriez vous nous raconter un petit peu votre parcours, ce qui vous a conduit au cinéma de genre en particulier?
j'ai toujours aimé le cinéma de genre; je trouve que l'on peut explorer des histoires peu communes et surtout expérimenter visuellement. Depuis tout petit je regarde des films de genre et j'ai envie d'en faire. J'ai aussi une vraie passion pour les effets spéciaux, et ce type de cinéma vous permet d'explorer toutes ces facettes. Je développe également des projets plus classiques mais le cinéma de genre m'a permis de trouver mon moyen d'expression.

Je suppose qu'un film comme Frontiere(s) par exemple, n'a pas du être simple à monter, surtout dans notre beau pays?
Et bien disons qu'il s'est monté beaucoup plus facilement que l'on ne le pense. A l'époque j'ai pensé une histoire, sorte d'hommage à "Massacre à la tronçonneuse". J'ai travaillé sur le script à partir de 2002 et c'est en 2006 que je l'ai tourné. Entre temps, canal plus ouvrait "french frayer" donc il leur fallait des films de genre et je suis tombé au bon endroit au bon moment.

  

Avez-vous connu des déboires avec la censure pour ce dernier?
Oui bien sur. Le film a failli écoper d'une interdiction au moins de 18 ans, mais finalement nous n'avons eu qu'un avertissement avec une interdiction au moins de 16ans. Le truc c'est qu'il fallait mettre la note du comité de classification sur l'affiche; le distributeur en a fait un argument de vente (très bonne idée au final de Pierre Ange Le pogam), même si je préférais la première affiche qui avait été faite et qui a finalement été retenue par les US.

The Divide est vraiment une oeuvre dure, brute de décoffrage et aux antipodes des films familiaux calibrés d'Hollywood. Arriver à mettre le projet sur pieds n'a pas dû être facile?
C'était très compliqué, nous avons perdu une partie du financement quelques jours avant le début du tournage. Par chance mon stagiaire régie était très fortuné et c'est grâce à lui et ses parents que nous avons pu faire le film,sinon il n'existerait pas aujourd'hui.

  

La distribution est particulièrement impressionnante ( Rosanna Arquette, Michael Biehn, Milo Ventimiglia pour ne citer qu'eux.. ); les acteurs vous ont-ils contacté ou a-t'il fallu les convaincre de participer à l'aventure?
On leur a envoyé le script et ils ont répondu présent pour tenter l'expérience; c'était absolument incroyable de travailler avec eux. Il fallait se montrer à la hauteur pour gagner leur confiance.

Certaines séquences chocs ont du être compliquées à tourner ? Je pense notamment aux scènes avec Rosanna, à la fois touchante,pathétique et complètement perdue (au sens propre du terme).
Pas si compliqué étant donné que Rosanna m'a proposé beaucoup de choses et vous seriez surpris de voir à quelle point elle est volontaire. Elle savait pertinemment ou elle voulait amener son personnage et c'est une actrice absolument incroyable avec une générosité qui fait qu'elle vous pousse dans vos dernier retranchements. Si je peux re-tourner avec elle je signe demain.

Avez vous réussi à tourner tout ce que vous vouliez pour The Divide ou a t'il fallu faire des concessions?
J'ai tourné beaucoup plus que ce qui était prévu. Nous avons démarré le tournage avec un script de 90 pages pour finir avec un script de 117 pages. Nous écrivions de nouvelles scènes tous les jours suite aux propositions des acteurs et de mon co-scénariste.

Certains éléments du film ne sont pas expliqués (les hommes en costume par exemple). Était-ce pour laisser le spectateur faire sa propre interprétation ou simplement afin de ne vous consacrer que sur les personnages et le huit-clos?
C'est pour me mettre au point de vue, au niveau de mes personnages. Ils ne savent pas ce qui se passe donc il n'y a pas à donner d'explications. Si vous regardez bien le film les réponses sont sous vos yeux...

Le film n'est pas sorti en salles. Était-ce principalement une question de classification?
Il n'y a pas qu'une histoire de classification mais aussi d'agreement. Ce n'est ni un film français ni un film europeen donc les distributeur n'ont pas l'obligation de sortir le film. Mais il a eu une très belle vie aux USA et dans le reste du monde.

Avez-vous quelques anecdotes marquantes ou rigolotes à nous raconter qui se seraient passées sur le tournage?
L'ambiance était incroyable entre les acteurs, ils étaient tout le temps à fond dans leurs personnages. C'était super à voir et pour moi la meilleure anecdote du film c'est l'histoire du stagiaire qui a financé le film.

Votre prochain film sera-t'il également un film d'horreur ou fantastique? Quels sont vos projets pour la suite?
Je travaille sur un film de gangster chez LGM et un film fantastique europeen qui s'appelle COLD SKIN...

Un grand merci encore à Xavier Gens pour sa gentillesse et sa disponibilité et foncez voir cette bombe qu'est "The Divide". La critique est bien entendu disponible sur le site ici.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier