Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

13Juin/120

Critique: Don’t be affraid of the dark – Troy Nixey – 2012

Synopsis:
Sally, enfant renfermée, vient vivre avec son père et sa nouvelle compagne, Kim. Ils habitent une immense demeure du 19e siècle, qu'ils ont décidé de restaurer. En se promenant dans les jardins, la petite fille va découvrir une pièce cachée remplie de mystères et sans le vouloir va libérer une menace enfermée depuis des années dans le coeur de la maison. Des créatures de l'ombre très anciennes vont la pourchasser dans chaque recoin sombre de la batisse afin d'essayer de l'emporter avec eux au coeur des ténèbres...

Mon avis:
Guillermo Del Toro trainait depuis longtemps le script de ce remake d'un téléfilm de 1973. C'est à Troy Nixey qu'il finit par confier la lourde tâche de le mettre en boite, pratiquement 10 ans après. "Don't be affraid of the dark" n'est pas un film d'horreur à proprement parler. On pourrait davantage le considérer comme une sorte de fable pour adolescent qui tenterait de réveiller une peur universelle que nous avons tous connue un jour: celle du noir. La réussite du film dépend de l'oeil que l'on va poser dessus. Pour ma part, je l'ai regardé avec le regard d'un môme qui jubilait de découvrir ses premiers films d'horreur, conditionné à sursauter avant même que le générique ne démarre, un paquet de pop-corn en main. J'ai particulièrement bien aimé ce que j'ai vu et j'assume parfaitement. Les acteurs sont parfaits dans leurs rôles respectifs et le film distille tranquillement une ambiance tantôt  flippante tantôt fascinante avec ces petites créatures répugnantes (qu'on découvre bien tôt d'ailleurs). Celles-ci sont particulièrement réussies et sont un astucieux mélange entre de petits démons extrêmement dangereux et de pauvres petites choses en permanence en train de comploter.. Les effets spéciaux sont à ce titre particulièrement réussis car même intégralement en CGI, les bébêtes sont très bien intégrées et fourmillent de détails. C'est dans le comportement vicieux de ces monstres de l'ombre que réside une bonne partie de la réussite du film. En effet, ceux-ci jouent en permanence sur les carences affectives de Sally pour essayer de l'attirer dans leur monde (les parents se désintéressent d'elle, les créatures tentant de récupérer à leur compte cet amour et cette confiance perdue..). Très bien vu. La technique est elle aussi superbement soignée avec des plans en mouvement permanent d'une rare beauté, qui subliment l'ambiance gothique de la maison. On reconnait d'ailleurs souvent la "patte" de Del Toro qui semble coller à l'image. Marco Beltrami met la dernière couche avec une partition musicale de toute beauté qui donne vie à ce "conte horrifique". Sans trop spoiler on peut également saluer la toute fin du film, qui même si elle parait un tantinet expédiée, fait tout de même sacrément plaisir en s'éloignant totalement des concepts Hollywoodiens habituels et en prenant le spectateur à contre-pieds.

"Don't be affraid of the dark" est donc un conte pour jeunes-adultes ou pour vieux nostalgiques de ces moments passés au fond de nos draps en nous demandant ce qu'il y avait sous nos lits. Une belle réussite qui m'a fait passer un très bon moment; un joli retour à l'enfance mâtiné d'histoire d'outre-tombe, ni plus ni moins...

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier