Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

13Juil/120

Critique: Une nuit en enfer 2 – Scott Spiegel – 1999

Synopsis:
Luther, gros dur notoire, décide de reformer sa bande de braqueurs afin de s'attaquer à une banque mexicaine. Ils décident de se retrouver dans un petit motel tout près de là, mais Luther percute quelque chose sur la route. Demandant de l'aide dans un bar, le Titty Twister, il va se faire dépanner par le barman, vampire de son état, qui va bien entendu le contaminer. Toute l'équipe va bientôt subir le même sort, à l'exception de Buck qui va devoir faire face à une terrible menace...

Mon avis:
On pouvait facilement se douter que l'on serait à des années lumières du premier volet, devenu juste culte. Et bien c'est le cas. Non pas que le tout soit désagréable à mourir ou fleure bon le Z, non... C'est juste suffisamment mal branlé pour être bancal et toujours à la limite du ridicule. Robert Patrick tient bien son rôle avec deux,trois expressions au maximum et Danny Trejo fait plus une apparition qu'autre chose dans cette suite qui se contente de reprendre le contexte du premier (on ne visite le Titty Twister que quelques minutes tout au plus...) avec un budget qu'on imagine littéralement mis au régime tant ce que l'on voit à l'écran semble fauché par moments. Les effets-spéciaux notamment, tentent tant bien que mal d'égaler ceux de KNB qui nous avaient concocté un véritable festival délirant et grand guignolesque précédemment. Il suffit de voir les pauvres chauves-souris incrustées à l'arrache sur l'image pour subir immédiatement un immense moment de solitude et se rendre compte qu'ils n'y arrivent pas, mais pas du tout.. Heureusement, quelques effets gores sympas sont de la partie et rattrapent un peu les choses, jusqu'à la fusillade finale qui a du intervenir alors que tout le budget y était passé et nous gratifie de plans ou nos vampires adorés arrivent à tirer sans que leurs armes ne crachent ne serait-ce qu'un tout petit pruneau.. la loose. Le scénario est débile à souhait et prétexte à  des morsures subites avec gros plans de l'intérieur de la bouche des vampires quand ils vont frapper (oui oui, vous avez bien lu...). Par exemple: une fois tout ce petit monde transformé, qu'est-ce que les vampires en ont à foutre du pognon...hein... vous m'expliquez? Le comble du comble étant l'arrivée de cette éclipse solaire en pleine fusillade, qui débarque comme une grosse mouche bleue sur la soupe et qui tranquilou permet de finir le film.. Bref, on effleure les cimes des plus beaux nanars, et tout ça dans un sérieux assumé qui fait peine à voir. Ben oui, parcequ'en plus Spiegel semble y croire et ne laisse aucun doute sur le premier degré de l'affaire.

"Une nuit en enfer 2" est donc bien la purge qu'on attendait. Une toute petite suite, des tout petits effets spéciaux et des tout petits acteurs pour pas de réussite du tout. Un nanar qui tente de surfer sur le succès du premier, opportuniste en diable et puant de prétention sans en avoir les moyens.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier