Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

17Juil/120

Critique: Halloween 6 – Joe Chappelle – 1995

Synopsis:
Après avoir réussi à s'échapper d'un commissariat grâce à l'intervention d'un étrange homme en noir, Michael Myers retourne à la base en passant par la sortie numéro 6...oups pardon... reprenons (sic)... Michael Myers donc, retourne au Q.G. de la secte qui le contrôle depuis sa naissance. Il doit maintenant repartir en chasse car sa nièce Jamie vit toujours et doit mourir ainsi que son enfant pour accomplir la prophétie. Et là Michael se pose une question existentielle... pourquoi je suis revenu, puisqu'il faut repartir... le con... Ah si, c'est parce que on avait Jamie en fait, mais qu'elle s'est échappée..

Mon avis:
Inutile d'être devin pour imaginer que nous sommes en face d'un des plus faible opus de la série. Et pourtant certains arguments iraient volontiers à l'inverse de cette affirmation mais les scénaristes ont décidé de nous expliquer les origines de Myers. C'est un peu le Michael's Origins quoi, la cape en moins. Sauf que ce qu'ils ont oublié, c'est que le principe du croquemitaine fonctionne en grande partie sur le fait qu'on ne sait rien des motivations du tueur (il n'en a peut-être même pas...). Et ben voilà, patatras... tout s’effondre. Et puis le coup de la secte adepte de l'étron..heu pardon, de Tron (non pas le jeu vidéo, un autre truc obscur) ou quelque chose comme ça, franchement fallait oser. En même temps, quel est le con qui a osé introduire (en tout bien tout honneur..) un homme en noir dans le cinquième... fallait bien l'expliquer après... On n'en finit pas de compter les conneries en tout genre (la plus grosse étant tout de même Michael qui aurait fait un bébé à Jamie.. Michael le forniqueur, ça lui va bien tiens...), le tout culminant lorsque le petit fils des Strode se met à prendre le même chemin que face de craie.. Mouaisss... Au rayon des bonnes choses (oui il y en a quelques unes), on peut citer un Michael de bonne tenue qui a de la gueule et surtout qui est particulièrement hargneux. Certaines scènes sont d'ailleurs plutôt bien torchées, avec les fameuses apparitions au travers d'un éclair ou au coin d'une fenêtre, dans un miroir... Franchement le réalisateur avait suffisamment de savoir faire, et sans ce scénario à la con, je pense sincèrement qu'on aurait eu droit à un très bon épisode de la série. Autre bonheur, celui de retrouver Donald Pleasence, bien fatigué mais c'est toujours un plaisir de revoir cet acteur immense qui malheureusement nous quittera l'année suivante. Egalement au rayon des changements assez étonnants: le gore. Ben oui, là pour le coup le Michael il s'éclate. Ou plutôt il éclate les autres et on avait pas vu autant de ketchup dans un Halloween depuis... jamais en fait. On a donc le droit à moult coups de poignard énervés, une tête arraché à la main et même à une autre qu'il fait exploser du plus bel effet. Un festival.

"La malédiction de Michael Myers" devient donc rapidement la malédiction du spectateur tant les poncifs sont alignés méthodiquement appuyés par un scénario complètement à la ramasse. Vouloir expliquer les origines de Myers n'était franchement pas une bonne idée tant cela désamorce totalement la sensation de peur qui se dégageait du tueur. Bon, ce n'est pas complètement indigeste et peut même se laisser regarder.. mais d'un oeil. Les fans purs et durs je ne saurais trop vous conseiller de vous sauver loin de ce sixième Halloween qui risque de vous fâcher à jamais avec le croquemitaine d'Haddonfield.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier