Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

19Août/120

Critique: Chroniques de Tchernobyl – Bradley Parker – 2012

Synopsis:
Une bande de touristes accrocs aux sensations fortes engagent un guide pour les accompagner dans une "visite de l'extrême". Celui-ci les conduit à Pripyat, ville toute proche de Tchernobyl. Après une exploration assez perturbante (lors de l'explosion du réacteur, les gens n'ont eu que quelques minutes pour rassembler leurs affaires et tout est resté en l'état..), ils vont se retrouver piégés pour la nuit; et il semblerait qu'ils ne soient pas seuls...

Mon avis:
Encore un film de familles mutantes et cannibales me direz vous... En plus par le créateur de Paranormal Activity, Oren Peli (producteur de péloches d'horreur low budget mais maxi rentables) cela ne risque pas de s'arranger.. On va encore avoir droit à l'éternel "found foutage", à la caméra à l'épaule, aux menaces invisibles, ect.. ect... Ben oui, on y a droit, mais je ne vais pas être aussi vindicatif que le début de cette critique le laisserait entendre... En fait, je suis partagé sur ce "Chernobyl Diaries", constamment tiraillé entre l'agacement et la peur pure et dure. Parce que oui, certaines séquences m'ont vraiment foutu la pétoche (le coup de l'ours m'a carrément occis). Vous me direz des nouvelles de la petite fille aperçue au loin uniquement éclairée par une lampe torche, ou par les formes fantomatiques aperçues ici et là.. Parker maîtrise parfaitement bien ces moments et parvient à rendre inquiétant le moindre recoin obscure de la ville. Et la ville, parlons-en. Elle contribue en grande partie à la réussite du film, avec des décors réels (mais pas à Pripyat bien sûr) qui donnent la chair de poule et qui respirent le danger à plein nez. Là ou le réalisateur maîtrise moins bien les choses c'est dans les passages "mouvementés". Et je dois dire qu'ils pèsent en grande partie sur mon agacement. La caméra bouge tellement qu'on peine à distinguer ce qui se passe à l'écran. Alors oui, la suggestion et le fait de cacher au maximum les mutants est un parti pris défendable mais trop c'est trop. Heureusement, le gars se rattrape avec une séquence finale d'une rare cruauté qui parvient même à mettre mal à l'aise tant on verse dans le glauque et dans le politiquement incorrect. Au rayon des ratés, le traitement des personnages est également pris par dessus la jambe par Peli, avec des ellipses qui flirtent avec la limite acceptable (notamment le guide qui sort avec un des gars et qui ne revient jamais.. on n'en saura pas plus sauf qu'il est surement mort, mais personne ne s'en inquiète trop..); on déplore également des meurtres hors-champ quasi systématiques (surement le manque de moyens) et des clichés un tout petit peu trop présents qui ne permettent pas de démarquer ce "Chroniques de Tchernobyl" d'un autre slasher/survival basique.

En définitive, le film ne s'en sort pas si mal que ça et nous balance quelques moments vraiment flippants (l'ours, la petite fille...) pour peu qu'on soit dans le bon état d'esprit, l'imaginaire se substituant souvent aux images afin de compléter ce que Peli ne montre pas. Mais cela fonctionne à peu près. Les décors et l'image sont crades juste ce qu'il faut donnant un côté glauque à certaines séquences et la fin, même si elle est peu probable, est juste... horrible.. (vous verrez!). Un honnête divertissement dans la bonne moyenne.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier