Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

14Oct/121

Critique: Massacre à la tronçonneuse 2 – Tobe Hooper – 1986

Synopsis:
Une série de disparitions et de meurtres entachent une région du Texas, la plupart classés comme des accidents par la police locale. Récemment, deux jeunes sont retrouvés massacrés à coups de tronçonneuse dans leur voiture. Au moment du drame, les victimes étaient en conversation téléphonique avec une radio locale qui a pu enregistrer toute la scène. L'animatrice, aidée d'un cow-boy revanchard, décide de diffuser la bande directement sur l'antenne afin de faire éclater l'affaire au grand jour...

Mon avis:
Suite du cultissime film de 1974, ce Massacre à la tronçonneuse 2  produit par la Cannon et toujours réalisé par Tobe Hooper, se dote d'un budget plutôt confortable pour un film de ce type: 5 Millions de dollars. Cependant, Hooper semble prendre un véritable virage à 180° pour cet opus et délaisse le côté malsain et réaliste du premier (qui fut un véritable choc) pour un second degré assumé beaucoup plus absurde et frôlant la gaudriole (même si le premier cachait déjà une forme de comédie sous-jacente pas évidente à déceler pour le spectateur lambda, tétanisé). Mais ne nous y trompons pas.. Hooper fait preuve d'un sens de l'humour assez particulier qui a du mal à passer tant le film reste violent et dérangeant. On rira donc jaune au mieux, à la manière de Chop-Top (Bill Moseley au top) avec sa dentition pourrie. On retrouve quelques éléments de l'original, à commencer par le cuisinier qui fait un grand retour ainsi que l'auto-stoppeur, dont le cadavre fera office de marionnette pour Leatherface (qui ne sera d'ailleurs pas représenté par Gunnar Hansen...) dans une scène complètement hallucinée ou deux jeunes fous du volant vont se heurter à la famille de dégénérés. Autre grand changement, cette fois la famille ne vit plus coupée du monde. Bien au contraire. Elle est même devenue une entreprise de restauration dont la réputation du meilleur chili du Texas n'est plus à faire.. Je vous laisse imaginer le type de viande utilisé... On notera également l'arrivée de Dennis Hopper dans le rôle d'un cow-boy bien décidé à se venger et qui va carrément aller défier notre face de cuir sur son propre terrain. Autre changement apporté par le budget bien plus confortable du film: le gore. Suggéré dans le premier film, il est ici outrancier et gicle à la figure à la première occasion. Tom Savini a rejoint la production et semble bien au top de sa forme pour la conception des effets graphiques: tête explosée au marteau ou découpée en travers à la tronçonneuse, cadavres morcelés, visage arraché (puis déposé sur celui de l’héroïne, ce qui nous vaudra une scène particulièrement dure et malsaine...), j'en passe et des meilleures. Le film fut d'ailleurs censuré un peu partout dans le monde et il semble aujourd'hui encore difficile de trouver une version uncut du bazar. Tom Savini avait également tourné une séquence hallucinante durant laquelle Leatherface massacrait toute une équipe de football dans un parking souterrain. Malheureusement absente du montage final, on peut la retrouver sur les bonus de certaines éditions DVD (dont la française si mes souvenirs sont bons). J'ai ajouté ces quelques images dans la rubrique 'Uncut' du site.. juste au cas ou...

Massacre à la tronçonneuse 2 est donc une suite très réussie même si elle s'éloigne énormément de l'original. On trouve ici un film beaucoup plus tourné vers le second degré (on aura même droit à une affiche parodiant celle de "Breakfast Club", comédie à succès de l'époque) qui part vraiment dans tous les sens. Une curiosité que les fans se doivent de découvrir. A noter que cette critique a été réalisée à l'aide du Blu-ray américain toutes zones que l'on peut dénicher dans certaines bonnes enseignes Parisienne. La piste française y est présente (en mono, mais c'est mieux que rien...) et le film semble bénéficier d'une version non censuré assez trash. Avis aux collectionneurs....

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier