Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

20Oct/120

Critique: Jeepers Creepers – Victor Salva – 2001

Synopsis:
Darry et sa soeur partent rendre visite à leur mère pour les vacances d'été. Sur la route, ils croisent un étrange personnage semblant jeter des cadavres dans le sous-sol d'une église. Celui-ci les prend en chasse et provoque un accident avant de s'enfuir. Choqués par ce qu'ils ont peut-être vu, les deux jeunes gens décident de retourner à la vieille bâtisse afin de s'assurer qu'il n'y a personne de vivant sur place...

Mon avis:
"Jeepers Creepers" marque le retour de Victor Salva derrière la caméra. Après des déboires personnels et professionnels qui l'ont rincé, l'auteur de "Powder" pour Disney revient avec ce bijou de fantastique/horreur qui représente finalement un petit peu le reflet de ce qu'il a pu vivre. On pense tour à tour  à "Duel" de Spielberg, aux slashers qui fleurissaient dans les années 80 mais aussi aux meilleurs films de genre mettant en scène des monstres issus tout droit des légendes populaires ou plus simplement de notre imaginaire fertile et avide de sensations. Et c'est là toute la force de ce film; nous emmener en permanence sur la mauvaise voie. Le Creepers est d'abord perçu comme un clone de Leatherface ou de Freddy qui écumerait les routes à la recherche de viande fraîche à trucider; puis Salva passe la seconde et commence doucement à verser dans le fantastique et plus on approche du monstre plus le film dérape. En plus de cette maîtrise du crescendo, le réalisateur nous propose une brochette de personnages très attachants. Trish et Darry sont souvent drôles (certaines répliques ne sont pas piqués des vers), caustiques même et font preuve d'un sens critique sur le genre qui fait souvent mouche ("..n'y va pas...dans les films d'horreur ça se passe toujours comme ça.."). Une fois approché, le Creepers a bonne allure et ressemble à une sorte de "Wishmaster" sous amphets. Les effets speciaux, tous mécaniques ou à base de latex, font plaisir à voir et certaines transformations restent encore assez impressionnantes. Ajoutons à cela quelques scènes gores sympas (dont une langue dégustée avec vice) et un sens de l'image qui sublime certaines scènes (la première apparition du monstre, dans la pénombre, est une merveille) et vous obtenez certainement l'une des meilleure péloche de genre de ces dernières années. Ensuite, tout est question d'appréciation et de sensibilité, mais je ne peux m'empêcher de penser que Salva a "caractérisé" tout ce qui lui a fait du mal durant sa période noire et que le Creepers est en quelque sorte l'incarnation de sa colère et de sa souffrance. Un rouleau compresseur qui sort de nulle part et qui détruit tout sur son passage (la plaque d'immatriculation de son camion: "BeatNGU/Beating you"). Ceci pourrait également expliquer le fait que le monstre n'a pas vraiment d'origine, ni d'histoire. Il est là, point barre, et si par malchance vous croisez son chemin, tant pis pour vous. La symbolique est également vraie lorsque l'on s'attarde sur le fait qu'il ne prend que certaines parties du corps de ses victimes.. ( le coeur, la bouche et donc la faculté de s'exprimer, les yeux... ect..). Mais gardons à l'esprit que le film est tout d'abord un objet de divertissement, et que dans ce domaine, il s'en tire avec tous les honneurs.

"Jeepers Creepers" est une petite merveille du film de genre. Une pépite qui comme son monstre principal, sort de nulle part et chamboule tout à sa vision. Un festival de tension, de peur et d'horreur dont tout amateur doit se délecter. A noter que cette critique a été réalisée grâce au Blu-ray américain édité par Alliance, toutes zones, piste française incluse et qu'on peut trouver sur le web ou dans certaines boutiques d'import Parisiennes. A bon entendeur... foncez!

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier