Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

31Déc/120

Critique: Exit Humanity – John Geddes – 2011

exithumanitySynopsis:
En 1870 durant la guerre civile américaine, une épidémie d'un nouveau genre décime les populations. Les morts reviennent à la vie et dévorent les vivants. Pas vraiment préparés à ce genre d'horreur, les soldats doivent faire face et s'adapter à cette nouvelle menace cauchemardesque. Edward, ayant perdu femme et enfant, décide de disperser les cendres de son fils dans une cascade. Il va croiser la route de hordes de morts-vivants enragés et d'un général confédéré bien décidé à éradiquer ce fléau...

Mon avis:
Autant dire qu'avec un "Scarce" tout pourri à son actif, John Geddes ne m'inspirait guère confiance pour cette énième déclinaison du mythe du zombie. Certes, le traitement est original (en pleine guerre de sécession, ça ouvre des possibilités assez sympas jamais vues encore auparavant) mais pouvait vraiment faire craindre le pire... qui n'arrivera pas tant le film est surprenant et finalement hautement recommandable. Avec une histoire racontée en voix off par Brian Cox et des séquences en stop-motion pour les scènes de liaison (habile stratagème pour masquer le faible budget du film certainement, mais en tout cas c'est vraiment bien vu), le film arbore un parti pris artistique de toute beauté, presque envoûtant. Appuyé par une musique au ton mélancolique sublime, on est sans cesse tiraillé entre la tristesse, la colère du héros et la sauvagerie des évenements qui se produisent sous nos yeux. On assiste alors à une sorte de Western Zombiesque aux allures romantiques, porté par des acteurs poids lourd qui font le job, comme Dee Wallace (qui campe un personnage de sorcière mystérieuse), Bill Moseley au top de sa forme et bien entendu Mark Gibson parfait dans le rôle d'un père ravagé par la douleur. Alors oui, on peut déplorer quelques longueurs inhérentes au traitement choisi par le réalisateur (la mélancolie et la tristesse) mais force est de reconnaître que la réalisation est parfaitement maîtrisée et carrée, nous portant sans mal au travers de ce récit semblant en dehors du temps. Comme si l'enfer faisait un parallèle avec notre monde... Ajoutons à cela des maquillages convaincants (surtout au vu du budget surement anémique du film) même si la plupart des débordements gores sont traités hors champs ou via la technique du stop-motion et une ambiance si particulière qu'elle cannibalise notre attention. On pense souvent au très bon "Stake Land" voir même à "The Walking Dead" par certains aspects (Le gouverneur->Le général); on pourrait faire pire comparaison... Et enfin, à l'instar de "The Dead", on retrouve nos zombies adorés, lents et dépourvus d'âme ce qui nous vaut certains passages bien tendus.

Exit Humanity est donc une très bonne surprise dont on attendait rien (au vu de la pénible précédente bouse du réalisateur) et qui finalement nous donne tout. Ce mélange d'Ouest sauvage, de zombies errants comme des âmes en peine et de romantisme forme un cocktail qui laisse un goût de trop peu sur les lèvres. Un voyage en enfer teinté de mélancolie qui ne vous laissera pas indifférents.
4s5

 

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier