Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

3Fév/130

Critique: When the lights went out – Pat Holden – 2012

whenlightsSynopsis:
Inspiré d'une histoire vraie, dans les années 70, une famille anglaise (les Maynard) se trouve aux prises avec un Poltergeist revanchard et bien décidé à leur faire vivre l'enfer. La mère, trop attachée à la maison de ses rêves, décide de faire appel à un médium pour tenter d'éradiquer cette menace bien envahissante. Mais c'est finalement un prêtre qui va devoir pratiquer l'exorcisme de la maison afin de les libérer de cette présence démoniaque...

Mon avis:
Voilà un film de fantômes, à l'histoire bien classique (même si soit-disant vraie) que je n'attendais pas du tout et qui se trouve être assez surprenant. Filmé à l'ancienne, le réalisateur parvient tout d'abord à bien retranscrire l'ambiance si particulière des années 70 (1974 ici) dépeignant un Yorkshire en pleine récession économique. Récession qui fait ici également figure de fantôme, montrant des personnages tendus, angoissés, ne sachant pas de quoi sera fait demain.. un film dans le film en somme. La qualité des décors parvient d'ailleurs à appuyer avec force l'impression de plongeon dans le passé et retrouver ces tapisseries ou ces couleurs criardes si chères à cette période participent grandement à l'immersion du spectateur (même si l'utilisation d'une HDcam n'est ici pas très heureuse, un peu de grain et moins de platitude aurait fait du bien à l'image..). Le réalisateur parvient sans artifices à nous balader dans son récit avec une tension palpable, sans effets chocs, sans esbrouffe ou autres procédés dont usent et abusent les films de possession sortis dernièrement, et ça c'est bien (on se sentirait presque comme un escargot sur le dos d'une tortue là... il crie: Yaaahhhhoooooooo!!!!); et surtout avec juste ce qu'il faut d'ambiance bien pourrie pour nous infliger une bonne chair de poule juste quand il faut.
Certaines scènes paraissent même sur-réalistes comme celle ou le père de famille doit décider le prêtre qui refuse de faire l'exorcisme; il va employer un chantage qui m'a franchement collé des barres de rire au moment ou je m'y attendais le moins. Et c'est justement le propre de cet ovni, être d'abord un film centré sur ses personnages, lui donnant une épaisseur rare, avec beaucoup d'humour parfois, et y greffer des attaques de fantôme qui débarquent comme un cheveu sur la soupe et qui du coup ont une certaine aisance à profiter du décalage pour nous coller une frousse de tous les diables. Et ça c'est bien aussi (mais pas autant qu'une souris et un éléphant qui courent dans la savane...). Seule la toute scène finale fera figure de faute de goût avec ses effets numériques foirés (moins dans l'execution que plutôt dans la rupture qu'ils apportent) qui n'ont franchement rien à foutre là et qui désamorcent quelque peu l'emballement frissonistique du binz (oula! mais c'est comme la souris et l'éléphant qui courent dans la savane.. la souris s'arrête et dit:"t'as vu la fumée qu'on fait?!" Voilà, c'est comme ça qu'on désamorce une critique un tant soit peu sérieuse aussi...).

Bref, en un mot comme en deux, "When the lights went out" est un bon petit film de hantise, pas un chef d'oeuvre mais un de ceux qui sortent complètement des sentiers battus et qui sont tout à fait aptes à provoquer de bons frissons bien comme on les aime! Un ovni dans le genre qui mérite qu'on s'y attarde et qui montre qu'avec un peu d'amour, d'humour et une bonne dose de savoir faire on peut réaliser un bon film de fantômes, tendu et angoissant. Et c'est tiré d'une histoire vraie qu'on vous dit..
3s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier