Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

19Fév/133

Critique: Insensibles – Juan Carlos Medina – 2012

insensiblesSynopsis:
Un neurochirurgien de grande renommée découvre à la suite d'un grave accident de la route qu'il est atteint d'une leucémie. Il se met alors à la recherche de ses parents biologiques afin de pouvoir subir une greffe de moelle osseuse et espérer survivre à ce mal. En fouillant dans son passé, il va exhumer de terrifiants secrets qui vont bouleverser son existence.

Mon avis:
Attention chef-d'oeuvre. Sur un postulat de départ qui propose au spectateur une approche de la douleur au travers d'une mystérieuse maladie rendant certains enfants insensibles, Juan Carlos Medina parvient à créer un parallèle avec l'amour et finalement la vie; tout cela étant intimement lié. Misant sur une mise en scène proche de celle de Guillermo Del Toro (notamment via le contexte latent de guerre civile espagnole), avec une photo froide et presque neutre par moments (comme pour mieux souligner le vide provoqué par la maladie chez les enfants) mais d'une grande beauté, il réussit l'exploit de nous plonger dans une histoire qui ne laissera personne indemne. Nous suivons donc deux destins, l'un passé (celui des enfants malades durant les prémices de ce qui deviendra la seconde guerre mondiale) et l'autre actuel (le médecin malade) qui vont finalement s’entremêler jusqu'à un final à la symbolique renversante. Les expérimentations des soldats nazis nous rappellent en permanence les horreurs commises durant cette sombre période et nous font presque préférer que ces enfants ne puissent pas ressentir la souffrance. Physique en tout cas, car c'était sans compter sur la souffrance des sentiments qui va changer la donne, l'un des petits malades découvrant bien malgré lui cet aspect pénible de sa triste existence. Le film vous réservera son lot de séquences chocs avec quelques éclats gores (principalement avec les franquistes et leurs interrogatoires) mais là n'est pas l’essentiel. Ici, tout se situe dans l'atmosphère et la thématique explorée par Medina, tout en métaphore. On apprend, en même temps que les enfants, comme des enfants, que la souffrance physique n'est rien, comparée à celle qui touche à nos sentiments les plus profonds. Elle finit par prendre tellement de place qu'elle la remplace allègrement. La maîtrise de cette atmosphère passe également par la superbe bande sonore du compositeur de "Morse", Johan Söderqvist, qui signe là un score absolument magnifique, tout en mélancolie et en intensité. Un pur moment de magie. Mais Juan Carlos Medina n'en oublie pas pour autant d'être tranchant et extrêmement dur parfois, faisant de cette fable en permanence à la lisière du fantastique, une sorte de conte de Grimm pour adultes particulièrement éprouvant (la séquence d'ouverture avec les deux petites filles et le feu en est d'ailleurs un parfait exemple).

Insensibles est donc un film coup de coeur pour moi, un de ceux que l'on n'oublie pas, nous présentant la douleur comme une maladie, selon si l'on se place du côté des enfants ou de l'autre. Les sentiments sont-ils la solution, le remède?  Rien n'est moins sûr. Une oeuvre majeure qui, que l'on n'aime ou pas, ne laissera de toute façon pas insensible...
5s5


Mike en parle:(Mike, nouveau venu dans l'équipe Grim, interviendra désormais sur certaines critiques, à son bon vouloir. Il livrera ses versions à lui, pleines de mauvaise foi :); véritable électron négatif, il s'évertuera à livrer tout le mal qu'il pense des miennes et avec le sourire)
Il est vrai que je me mefie des films espagnols de la catégorie "horreur"; j'avais déjà vu "Kilometre 31" qui est un vrai nanard, mais bon comme la critique de David le recommandait (NDLR:ça va être ma faute tu vas voir)  je me suis dis, allons y! Bon bah j'y suis allé... alors au niveau effets-spéciaux, on voit tout de suite a quoi s'attendre! L'effet de zoom arrière de la cellule du gamin jusqu’aux montagnes ou est perché le monument montre bien qu'il n'y a eu que 2% du budget dedans! Des le début  on passe de flash-back au temps présent  donc passage violent de la lampe a pétrole a une certaine marque de voiture avec des anneaux entremêles que je ne citerai pas (pour des raisons de copyright)  mais:, "on dit" quelle est bien (cherchez le jeux de mots)...Bref coté histoire c'est un peu pareil on voit le gamin qui passe de détenu puis Mac-Guyver creuseur de tunnel et enfin bourreau ! Ah oui! gros effet-spécial  il me semble qu'a la 52 ème minute c'est des lampes économie d’énergie qu'on voit... en 1930! Par contre, je recommande aux possesseurs d’écran géant de vous reculer, quand les années des flashback s'affichent, ça raye carrément les yeux! Ils ont pas fait dans la finesse. Voila c'est à peu près tout ce que j'ai a dire de Insensibles; ah si une petite dernière pour la route: je comprend pas pourquoi l’infirmière met des claques au gamin... elle a pas lu le titre?
L'avis de Mike: Y'avait du foot a la télé, j'ai peut-être pas fait le bon choix...

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier