Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

19Mar/131

Critique: Dracula 3D – Dario Argento – 2012

dracula3dSynopsis:
Jonathan Harker, jeune bibliothécaire, rejoint un petit village dans le but de travailler avec le comte Dracula, un notable important. Celui-ci va vite comprendre que Dracula, outre sa sombre personnalité, présente un danger pour lui et sa femme Mina. Abraham Van Helsing, qui chasse le monstre depuis des années, va tenter de mettre fin à ses sombres desseins...

L'avis de David:
Bon, je vais commencer tout de suite par dire que j'aime beaucoup Dario Argento.. Enfin j'aimais.. Rien que pour sa participation au "Zombie" de Romero, pour "Les frissons de l'angoisse" ou bien sa trilogie "Suspiria","Inferno","Ténèbres" ou encore les géniaux "Phenomena" ou "Opera"..  Mais là on peut officiellement dire que le maestro est vraiment tombé bien bas.. "Dracula 3D" sent des pieds dès le début, avant même d'avoir enfilé la moindre chaussure.. L'image est moche (on dirait un vieux téléfilm d'une sombre contrée perdue), les acteurs en font des caisses (à se demander si ils en lâchent pas aussi tellement ça chlingue), le scénario et les dialogues tiennent autant la route qu'un épisode de Julie Lescaut projeté à l'envers.. Bref, ça va être compliqué pour la note là.. Non,non, toi au fond le fan de Dario, pas la peine de te prosterner, de vociférer, d'insulter; moi je te le dis, on est mal parti pour le 5.. par contre on s'approche du 1, c'est plutôt pas mal non? Les effets spéciaux sont un désastre sidéral que même le prince Actarus aurait eu du mal à sauver, avec des transformations en CGI complètement foirées dont un Dracula qui se change (Abracadabra) en Mante religieuse.. Oui... une Mante religieuse; je vous dis pas la qualité des acides qu'a du prendre le père Dario... On trouve aussi des trains en carton, des poitrines en 3D (bon ça on peut le mettre au crédit du film finalement..), des gens avec des cheveux, des gens sans cheveux, des dents qui poussent, un Rutger Hauer fatigué et une bande sonore qui frise le naze absolu (pourtant composée par le talentueux Claudio Simonetti qui a du toucher aux mêmes acides.. mais par les oreilles..). Que de la joie. Reste tout de même à sauver quelques séquences touchées par la grâce (enfin, tout est relatif) comme ce massacre lors d'une réunion de comploteurs avec des beaux effets gores, originaux (la balle dans la tête) et pas trop mal réalisés. Cela reste tout de même bien maigre et on est tenté de se dire ce que se diraient deux chiens qui croiseraient un nouveau lampadaire... Génial, on va arroser ça... Sauf que là c'est l'inverse, on est quasi dans l'enterrement d'une carrière qui finit décidément bien mal.

Ça me fait mal au fondement mais je suis bien obligé de reconnaître qu'une nouvelle fois, le maître descend encore un peu plus bas. Il nous offre là une vision d'un Dracula de pacotille, digne d'un téléfilm et qui ne pourra réjouir que les aficionados de belles plastiques (les actrices compensant les lignes droites du scénario par des courbes bien mises en valeur, et en 3D...). A voir sous drogue dure ou peut-être après un visionnage de Grabbers (en tentant l'expérience bien sur.. tout est expliqué dans la critique de Mike). Allez, 1 point pour les fou-rires et parce que c'est Dario merde quand même...Triste.
1s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier