Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

31Mar/130

Critique: Comedown – Menhaj Huda – 2012

comedownSynopsis:
Méli-mélo d'un quotidien de cité: embrouilles, zonages, défonces, intrusion dans une tour désaffectée appelée « Mercy Point »; sauf qu'elle a encore un gardien, un rien tatillon sur les visites ne figurant pas sur son agenda...

L'avis de Mike:
Lloyd vient fraîchement de sortir de prison et retrouve sa dulcinée Jemma qui porte son enfant. Il retrouve du même coup tout ses potes du quartier. Les retrouvailles se passent bien jusqu’à l'arrivée d'un petit caïd qui leur demande d'installer au sommet de la tour « Mercy Point » une antenne pour diffuser sa radio FM pirate (contre quelques substances); le seul problème vient de la réputation de l'ancien gardien,Ray Grady. La bande se vante d'avoir brûlé vif tout ses oiseaux en cage, l'obligeant a déménager par la même occasion. Bref tout le monde s'en fout et la nuit tombée, organisés en groupe de six, ils vont passer en douce le grillage et entamer l’ascension. Jusque là pas trop de surprises. Des scènes habituelles d'immeubles délabrés, très sombres, des ombres qui traversent en une micro-seconde le fond de la scène, bref un énième opus d'un genre usé comme mon jean jusqu'au dernier fil. C'est pas gagné. A la demi-heure, une fois l'antenne posée ils vont se détendre un peu. Donc un petit cacheton ajouté dans les bières (sûrement de l'aspartame, pas assez sucrée) et là, délire hallucinatoire suivi de sa mauvaise compagne, la parano... Prise de tête entre Lloyd et sa copine; déjà que c’était pas très actif, un petit break dans un film inactif, ça fait du bien. Je me demandais depuis combien de temps je n'avais pas utilisée la touche F.F. de ma télécommande ? (D'ailleurs je ne sais pas si le scénariste étant en panne d'inspiration ou a fait une sieste et c'est réveillé avec « Citadel » à la télé et a eu l'idée de la cité... non chui méchant).Et là, premier kidnapping : Jemma, t'es la ? Bah non, t'es plus la ! La bande s'organise version combat de rue et part traquer le kidnappeur. Ils vont rencontrer un gars du gang 554 qui squatte la tour et le passent à tabac. Le mystère s'éclaircit enfin (enfin, s'il y en avait un) car il partage l'affiche avec le vieux gardien Ray Grady qui a du respirer un peu trop de peinture au plomb depuis qu'il habite l'immeuble désaffecté et a viré légèrement psychopathe. L'ex gardien reprend du service aussitôt, en mettant un terme a cette coopération et aux gangsters. Etant un fervent partisan du travail bien fait, il va s'appliquer à mettre de l'ordre (Note de David: pour un film dont le réalisateur s'appelle Menhaj, c'est plutôt cool...) à sa manière. Terminé la radio au fait, le gardien n'aimait peut-être pas le style ? Donc il l'a toute défoncée et leur a laissé un cadeau à la place : une boite avec des rats (c'est l'intention qui compte). Voila, y'a de l'action, la division peut commencer: groupe de six au départ moins une, donc cinq, je retiens deux, enfin ils se divisent...et là les rencontres entre le gardien et les intrus ne vont pas être cordiales. On tombe dans la torture extrême, lente et cruelle. Comme d'hab' je vous laisse en plein psychodrame...

Eh bien, contrairement a ce que laisse présager le début (un slasher lent) le ton change radicalement avec le gardien/boogeyman, qui excelle dans la torture (c'est son truc !). Un film d'ados qui conserve les standards du genre: y'a du sang, des meurtres sympas, les effets spéciaux le sont un peu moins (quasiment pas d’éclairage pour les meurtres ou la camera se met de côté..vous avez compris quoi...) pas de filles dénudées (snif!) mais tout est bien qui finit bien: le ménage est fait, un coup de ballais... et on peut manger par terre.
3s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier