Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

7Avr/130

Critique: Dead Crossroads – Fabien Delage – 2013

deadcrossroadsSynopsis:
Deux amis, l'un réalisateur et l'autre spécialiste en survie en milieu hostile décident d'arpenter la France à la recherche des lieux les plus terrifiants voir même hantés de notre territoire. Sur place, ils passent une journée et une nuit avec pour seuls alliés une caméra infrarouge et un éclairage du même type. Partant de l'adage "Voir, c'est croire", ils nous invitent à passer quelques moments de terreur à leurs côtés... Et la terreur, elle ne va pas manquer...

L'avis de David:
Fabien Delage et Julien Mazzitelli (respectivement réalisateur et spécialiste en survie) nous emmènent donc sur les routes de notre beau pays à la recherche des ruines les plus traumatisantes, celles que plus personne n'aurait envie de visiter.. surtout après avoir pris connaissance des événements horribles qui s'y sont déroulés. Attention, nous sommes pourtant loin d'un "Ghost adventures" ou d'un "R.I.P."; ici point d'attirail scientifique ni de tentatives d'expliquer les choses. Comme le dit Fabien au début de chaque épisode: "Je ne croyais pas au fantômes", et "voir c'est croire" trône fièrement sur la jaquette du DVD. Les deux comparses se pointent donc en toute simplicité et tentent de passer une journée et une nuit sur place, laissant tourner la caméra et espérant capter quelque chose qui les fera vaciller. Chaque épisode se découpe en deux parties bien distinctes: la première, la journée, nous montre leur exploration du lieu et permet au narrateur de nous raconter les histoires monstrueuses qui ont heurté les murs en laissant derrière elles une aura malfaisante. Puis viens la nuit, une nuit noire passée à observer tous les phénomènes bizarres qui pourraient se produire devant leurs yeux (ou leurs oreilles d'ailleurs). Je pense sincèrement que c'est essentiellement la première partie qui conditionne le reste. Les histoires qui nous sont contés sont tellement ignobles qu'elles posent l'ambiance très rapidement et accrochent le spectateur,le laissant sur un sentiment de peur et d'inquiétude peu communs. Les lieux délabrés et en ruine semblent tout à coup revivre et on se sent comme plantés au milieu de scènes qu'il n'aurait même pas été possible d'imaginer. C'est comme si les murs nous renvoyaient ce qu'ils avaient vécu. Vraiment bien foutu! Pas d’esbroufe, juste des endroits marqués par la souffrance. Les segments ne totalisent chacun qu'un peu plus de 12 minutes, ce qui permet au spectateur de ne jamais s'ennuyer mais qui a également pour effet pervers de parfois nous laisser en plan alors que justement on aimerait en voir plus. Les images sont bien cadrées, avec des mouvements de caméra à l'épaule (chose qu'habituellement j’exècre tant cela rend la lisibilité désastreuse) propres et renforçant l'immersion déjà puissante. La bande sonore signée Jack Bird achève le travail et nous envoie tantôt du glauque, tantôt des mélodies teintées de mélancolie dignes des meilleurs films d'horreur. Je ne vous ferais pas l'affront de vous raconter ce qui va se passer... Sachez juste que certaines nuits ne montreront rien (mais l'histoire du lieu suffit bien souvent à nous glacer le sang) alors que d'autres vous réservent leur lot d'apparitions et de manifestations dont quelques unes purement et simplement terrifiantes. J'ai sérieusement serré les dents à quelques reprises et tout ce que je peux vous dire c'est qu'au delà de ce qu'on peut voir, ce qu'on peut également entendre fait parfois carrément froid dans le dos. Alors je vous vois venir: oui mais c'est surement truqué... Surement. Ou en tout cas, certains effets ont dû être rajoutés ou accentués pour augmenter encore un peu le taux d'adrénaline. Mais n'est-ce pas là ce que nous sommes venus chercher? Des sensations. Et croyez moi, elles vont être fortes. En tout cas, ce jeune duo vient de créer un nouveau genre: le documentaire en réalité augmentée... Car je ne doute pas que certaines choses se sont certainement produites durant les tournages.. Histoire de contrebalancer un peu mon engouement, je dirais que les épisodes auraient gagnés à durer un tout petit peu plus longtemps et à ne pas finir de manière aussi abrupte parfois et ah oui; évitez les "mecs" à chaque bouts de phrases messieurs.. Ça titille parfois un peu trop nos oreilles.

"Dead Crossroads" est une série dont on a du mal à décrocher une fois le premier DVD enfourné dans la platine. Les deux auteurs font preuve d'un professionnalisme et d'une maîtrise forçant le respect; ils parviennent sans mal à nous prendre par la main pour nous balader dans ces lieux ou le pire est survenu. Ingénieux, flippante et surtout diablement prenante, cette première saison ne nous pousse qu'à une seule conclusion: à quand la saison deux!
4s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier