Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

4Mai/130

Critique: Evil Dead – Fede Alvarez – 2013

evildeadSynopsis:
Mia décide d'en finir avec son addiction à la drogue. Elle part avec des amis et son frère David dans la cabane familiale perdue au fond des bois afin de se sevrer définitivement. Les jeunes gens découvrent sur place un sous-sol remplis de cadavres d'animaux et les stigmates d'un rituel bien étrange. Ils vont également trouver un livre très inquiétant qui va faire se déchaîner les pire forces démoniaques sur eux...

L'avis de David:
Film culte par excellence, le "Evil Dead" original restera comme intouchable dans le cœur des fans. La simple annonce d'un remake avait donc de quoi nous faire chanceler.. Puis la fameuse bande annonce "Red Band" a fait son apparition et elle a bien rempli son office: créer un buzz et surtout une envie chez la plupart des quadras ronchons qui montraient déjà les dents rien qu'en regardant l'affiche. Du gore, de l'extrême, des démons énervés et pas vraiment là pour rigoler, les éléments semblaient réunis pour nous offrir une relecture de haute volée. Et on peut bien parler de relecture, car Alvarez reprend bien évidement la trame du film original mais l'étoffe un peu sur certains points et se permet même quelques libertés. Attention, le film colle tout de même très bien à l'univers mis en place par Raimi il y a de cela 34 ans (et oui déjà...) et on ne dénombre plus tous les clins d’œils faisant référence au chef-d'oeuvre gore des années 80 (le pendentif, la cave..). On a parfois l'impression de se retrouver devant un condensé des deux premiers "Evil Dead" avec des séquences comme la main coupée, la tronçonneuse, mais en remplaçant Ash par Mia. Le jeune réalisateur Uruguayen entreprend en plus de rester fidèle au maître jusqu'au bout et donc de se passer au maximum des effets numériques qu'on voit fleurir sur nos écrans aujourd'hui. Rien que pour ça: respect Mr Alvarez! (25000 litres de faux sang déversés quand même...). Alors? C'est réussi oui ou non? En grande partie oui! La réalisation est carrée, les acteurs font le job et les quelques libertés prises avec l'histoire de base laissent un tout petit peu de découverte à ceux qui se sont gavés jusqu'à plus soif de l'original. Pour les amoureux du gore, vous allez vraiment être servis... Certaines scènes laissent pantois tant le propos va loin et tant la corde sensible est mise à rude épreuve: aiguille plantée sous un oeil, bras tranché en gros plan avec un couteau à viande, langue ouverte en deux au cutter, os qui se brisent.. et tout ça jusqu'à un final en apothéose, tronçonneuse en main. Dire que le film nous est présenté ici dans une version censurée (sinon il écopait d'une interdiction aux moins de 18 ans) laisse rêveur et je n'ose même pas imaginer ce qu'il pourrait y avoir de plus dans la future version "Unrated" en DVD/Blu-ray... Au rayon des déconvenues, on pourra tout de même rester dubitatif sur cette mode de matérialiser un démon par une jeune fille nue avec de longs cheveux noirs ("The Ring" c'est bien, mais ça suffit maintenant...) et surtout on regrettera que tout le côté peur soit évacué par une réalisation finalement trop dévouée à une mécanique réglée au quart de poil qui fait s’enchaîner les scènes gores avec la rigueur d'un métronome. Exit donc les frissons, mais place au carnage. Tout cela est bien évidemment très prévisible (trop?) mais cette volonté d'aller en permanence dans l'extrême permet au spectateur venu prendre sa dose d'adrénaline de ne jamais s'ennuyer devant un spectacle qui monte d'un cran en permanence. Cette surenchère apportera même son lot de fous-rires lors de certaines scènes mémorables (la perte du bras.. "Je vais beaucoup mieux..."), et renoue donc avec cet humour si particulier qui caractérisait le film de Raimi (même si là pour le coup, l'humour n'était pas toujours volontaire..). Mention aussi à la petite séquence post-générique que je vous incite à attendre sagement dans votre fauteuil en attendant que les employés de la propreté préparent la salle pour les suivants (raclettes, Karcher.. la seule salle carrelée du cinéma, c'est dire...). Une petite anecdote marrante aussi: la bande annonce montrait David, tronçonneuse à la main, taillant dans le vif et aspergé de litres de sang... Cette scène ne figure pas dans le film; ce qui laisser présager une fin alternative...

evildeadE

L'avis de Mike:
Bon, ça fait tellement longtemps que je vous en parle et que je l'attendais (avec une grande impatience), je ne vais pas vous la faire à l'envers: il est TERRIBLE! L'adrénaline monte à l'impression des tickets devant le ciné, quelques tremblements et gouttes de sueurs qui perlent doucement ! (Bah ouais, c'est mon premier tête a tête avec Mia). Confortablement installés dans nos sièges, David et moi sommes au taquet... Les lumières s'estompent et... … Bienvenue dans la cave, point d'origine de tous les petits tracas qui vont parsemer ce nouvel Evil Dead. La base est très vite posée: surnaturel/démons arrivent d'entrée (Je ne vais pas trop "spoiler" le film, je me doute que David fera sûrement une critique plus complète, donc j'ai volontairement utilisé le mode "survol et déconnade"). Plan large sur une forêt de sapins pour l’arrivée de notre quintet : Mia, son frère David avec sa copine Nathalie, et deux amis d'enfance Eric et Olivia.. Voilà, les présentations sont faites. Pour faire court on va dire que "Eric" c'est le mec qu'a pas d'bol, il lui arrive que des merdes ! Il veut faire un peu de lecture : il incante un démon, il veut se la jouer cool : il se prend des clous plein le bras.. Enfin un vrai "Caliméro" (c'est vraiment trop inzuste !). Il faut dire qu'il avait qu'a toucher a son cul, un livre entouré de barbelés faut être con pour le prendre (si ça ce trouve y avait un pif-gadget dans le coin !). Bref, par sa faute, on retrouve Mia toute chamboulée avec un regard qui forcement me fascine  (je sais pas pour vous, mais les yeux orange, ça le fait grave!). Enfin, tout le monde panique lorsqu'elle dit "vous allez tous mourir ce soir";  juste le temps de vomir sur sa copine et hop, dégagée dans la cave (ils leur en faut pas beaucoup!). C'est vrai qu'à ce moment elle devient légèrement instable et craque de tous les cotés mais c'est pas une raison ! Eric (encore lui!) va également avoir une petite altercation avec Olivia et c'est à partir de là que vous remarquerez que le rouleau de scotch est très utile dans ce film... Voilà, un condensé perso "pour rire" de ce qu'est Evil Dead; à prendre "évidement" au deuxième ou troisième degré car je suis très loin de la vérité. Le seul truc que je me permettrais de critiquer c'est l’espèce de bruit de sirène à certains moments pour annoncer une scène gore:  j'ai trouver ça naze. Sinon on peut dire que les "make-up artists" s'en sont donné a cœur joie, le charme corporel est sacrement éprouvé voir en prend un violent coup, que du bonheur ! Fede Alvarez  nous gratifie d'une excellente version sous tous rapports; bravo, pour un premier coup, il m'a mis K.O. Pour ma part, si l'on prend mot pour mot l'affiche : "Vivez l’expérience cinématographique la plus terrifiante" , le but n'est pas atteint, mais pas question pour autant d'en dire du mal. Il reste et restera pour moi une excellente cuvée et j’attends (encore!) la sortie du Blu-ray car il paraît que la censure a quand même exercé sa "malédiction" ! Par contre je pense qu'il ne s'imposera pas en "monument" comme l’est l'original. Déjà, Bruce Campbell reste l’icône de la trilogie et l'ambiance se sépare en deux direction différentes, évidement dues a l'espace temps entre les deux films. On sent tout de suite que ce n'est pas "juste un remake". Les idées sont remaniées certes, mais avec une partie totalement réinventée. Le premier présentait plusieurs particularités: il était sexy par la façon de dévoiler les femmes en partie dénudées (c'était une quasi-obligation dans ce genre), voulait choquer par la pénétration des branches d'arbre et au niveau des effets spéciaux il est certain que l'on atteignait le top niveau pour l’époque. Il a dû généer de la terreur par l'idée même de son concept puisque l'on touche au surnaturel, démons, et compagnie... Le remake pour sa part est plus trash. J'adore l'idée de départ, le sevrage de la coke que Mia essaie d'entreprendre aidée de ses vrais amis et de son frère. En tout cas je trouve qu'il ne dénigre en aucun cas le premier, restant constamment sous son appui scénaristique. La version 2013 nous offre des effets spéciaux sublimement réalisés, des vrais, pas du digital à tout va. Le sang éclabousse à outrance, et c'est ce que l'on aime. Donc, je dissocie les deux, chacun a son charme tout en étant très différents.
4s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier