Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

5Mai/130

Critique: Texas Chainsaw 3D – John Luessenhop – 2013

chainsaw3dSynopsis:
Une jeune femme découvre qu'elle avait une grand-mère inconnue qui lui lègue une immense demeure au Texas. Elle se rend sur place avec des amis pour organiser la succession et essayer d'en apprendre un peu plus sur son passé. Sa nouvelle famille, les Sawyer, va lui réserver une bien violente surprise avec un résident, Leatherface, qui va se révéler être un cousin un poil caractériel...

L'avis de David:
Ça devait arriver... Après les remakes (fort réussis d'ailleurs je dois l'avouer même si à des kilomètres de l'original), les préquelles et les différentes relectures foireuses, voici venir la suite directe du chef d'ouvre absolu de Tobe Hooper. On retrouve donc la seule survivante du premier volet poursuivie par un Leatherface bien enervé, tronçonneuse au vent, qui parvient à se réfugier auprès des autorités de la ville voisine. Le shérif (Hooper de son petit nom, et ça c'est plutôt cool) rapplique donc pour coffrer tout ce petit monde mais la famille Sawyer ne l'entends pas de cette oreille. Ils protègent Tom Sawyer, dit "tête de cuir", leur frère dégénéré  adepte de l'engin mécanique coupant. C'est l'Amérique... Arrivent alors les bouseux du coin qui veulent faire justice eux-même (le symbole de la liberté qui disaient) et qui foutent le feu à la battisse (elle a d'ailleurs carrément rétrécie je trouve...) en envoyant tout ce petit monde en enfer.. Il est né sur les bords du fleuve Mississippi et il finira brûlé dans la ferme familiale... L'idée peut sembler bonne, mais y a juste un truc qui cloche.. La famille, ils sont au moins 15 dans la pièce.. Y a des barbus (Gunnar Hansen quand même), des pas barbus, Bill Moseley, le grand-père (et matez moi sa tronche sur la photo qui doit se trouver dans la galerie juste en dessous), les gens du plateau d'à côté, peut-être même le réalisateur... Je sais que Tom Sawyer c'est pour nous tous un ami, mais quand même... On se retrouve donc des années plus tard sur fond de bébé survivant enlevé, avec une petite Heather qui découvre un peu son passé et revient sur les lieux du carnage. Sauf que là pour le coup c'est plutôt dans une luxueuse baraque qu'elle arrive avec ses amis (ne cherchez pas, moi j'ai abandonné...) avec comme à chaque coup, un jouli rideau métallique qui abrite un non moins jouli Leatherface, sûrement là depuis la mort de la grand-mère, enfermé, mais quand même bien en forme (bouffer du plâtre et des briques, ça conserve y parait). Et bien entendu quelqu'un le libère et là c'est la foire à l'empoigne.. Faut le comprendre, la vue de ces corps jeunes et bien dodus, ça lui titille l'engin qu'il ne manquera pas de faire vrombir comme au bon vieux temps; il est toujours prêt pour tenter l'aventure Tom, faut pas le pousser.. Heater, avec ses bons copains, va donc devoir échapper au bûcheron top model jusqu'à ce twist improbable qui va faire de notre gus le véritable héros de l'histoire.. Oui oui, vous avez bien lu.. A la fin, on le plaindrait presque le pépère. On oublie juste un peu que c'est une famille d'anthropophages et de dingos qui a massacré des dizaines de personnes (en les bouffant en plus); mais bon, c'est un détail. On nous fait grossièrement comprendre que c'est pas grave, que de toute façon les potes à Heather, c'est tous des vilains, et qu'il a raison de les découper... Et Tom, il n'a peur de rien, c'est un Américain .. Il débarque même en pleine fête foraine, tronçonneuse à la main, et s'attaque à un de ses homologues grimé qui n'aurait jamais pensé tombé un jour sur le vrai (une séquence plutôt sympa quoique un peu courte à mon gout). Bref, le film cumule les poncifs, les incohérences même parfois, mais est pas trop mal réalisé au final avec une bonne dose de gore (on a même droit à un type scié en deux à la tronçonneuse) et se laisse regarder pour peu que l'on oublie totalement le Hooper. Le côté 3D ne semble pas particulièrement bien exploité, mis à part peut-être un lancé de tronçonneuse rigolo et deux trois trucs par ci par là.. La fin est con, on comprend que Tom, il aime l'école, surtout quand elle est loin et que la boucle est bouclée. Et maintenant que cette critique (gasp) l'est aussi, vous pouvez reprendre les passages mis en gras et les chanter à tue-tête, ça nous rappellera des souvenirs (ceux de la génération RécréA2 comprendront) et nous fera oublier qu'une nouvelle suite semble se dessiner à l'horizon...

Texas Chainsaw 3D (pouvaient pas faire plus con comme titre, "Tronçonneuse 3D") est donc une suite de trop mais que se laisse regarder un œil sur l'écran et l'autre sur sa montre. Quelques débordements gores viennent pimenter un peu la chose mais ça ne suffira pas à consoler les fans de la première heure comme moi obligés de repenser le regard plein de nostalgie au "Leatherface" de 1974 qui les a tant marqués. Un énorme Bof donc..
2s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier