Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

6Mai/130

Orphyr de Jonathan Degrelle, un court qui en dit long…

orphyrUne fois n'est pas coutume, nous allons parler d'un court-métrage que son réalisateur, Jonathan Degrelle, m'a permis de visionner et qui je dois dire m'a enchanté. Alors certes, nous sommes loin des flots de gore qui se répandent habituellement sur notre site, mais je pense sincèrement que cette histoire si joliment racontée mérite vraiment qu'on s'attarde sur son cas.Orphyr est un homme bon, proche de la nature. Tellement proche qu'un soir en rentrant chez lui, il croise la dame verte qui va lui faire un cadeau inestimable. Un âne.. Mais pas n'importe lequel. Un âne magique capable de le mettre à l'abri du besoin...
Tourné et raconté à la manière d'un conte fantastique (adapté des "contes de la Dame Verte"), cet "Orphyr" est envoûtant à plus d'un titre. Il s'en dégage une ambiance particulière qui nous renvoie pendant une poignée de minutes en enfance, lorsque l'on se précipitait dans les cars-bibliothèques pour y emprunter les contes de Grimm ou autres joyeusetés fantastiques aptes à nous échapper de notre quotidien. Une aura de magie entoure chacune des images et le réalisateur fait preuve d'énormément d'intelligence afin de nous faire oublier que nous sommes face à un court-métrage dont le budget n'a pas du être facile à boucler. On remplace ici les effets spéciaux clinquants par une bonne dose d'astuce et un sacré coup de caméra et la magie opère. Certains plans sont juste sublimes (le loup), les acteurs font vraiment très bien le job (Corinne Masiero, nominée au Césars 2013 ou encore Stéphane Rota qui joue Orphyr) et on est littéralement happé par cette histoire douce amère remplie d'ondes mystiques. On ajoute également un magnifique score musical qui ponctue parfaitement la narration et on obtient un délicieux mélange qui titille notre envie d'en voir plus. De la belle ouvrage. Le film sera présent au Short film Corner du festival de Cannes et diffusé également  le 9 Mai aux soirées disturb court métrages. En attendant je ne saurai trop vous conseiller d'encourager son jeune réalisateur et son équipe en visitant le site web et pourquoi pas en vous laissant tenter par ce voyage unique doux comme un bonbon.

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier