Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

2Juin/130

Critique: Dolls – Stuart Gordon – 1987

dollsSynopsis:
Un très gros orage force un père, sa fille et sa seconde épouse a trouver refuge dans une énorme et lugubre bâtisse. Celle-ci est habitée par un vieux couple, les Hardwicke. L'homme est un fabricant de jouets à l'ancienne, notamment de poupées et la maison est un véritable musée. Trois autres quidam (un jeune homme et deux filles punks) vont se retrouver également coincés dans ce lieu étrange. La nuit la plus longue va alors commencer pour eux et ils vont vite se rendre compte que les poupées ne sont pas là que pour décorer et que si on ne les aime pas, elles le rendent bien...

L'avis de David:
Voilà une oeuvre venant tout droit des années vidéos-clubs que j'affectionne tout particulièrement... D'abord parce qu’elle est réalisée par un artisan que j'adore: Stuart Gordon (et déjà produit par Bryan Yuzna). Le papa de "Ré-Animator" et "From Beyond" m'inspire un capital sympathie énorme et rien que pour les deux perles citées ci-dessus, je lui vouerai un culte pour toujours. Mais revenons à nos poupées. "Dolls" est un film particulier. Particulier car il délivre une ambiance de conte pour enfants, mais pour enfants pas sages; Gordon parvient à insuffler une atmosphère à part qui nous donne l'impression d'être passé dans un autre monde dès la porte de la demeure franchie. C'est comme si on se retrouvait plongé directement dans un livre pour les grands enfants que nous sommes. Le tout sous des allures gothiques avec un manoir immense regorgeant de coins sombres et de poupées aux expressions terrifiantes. Même si très classique, la trame nous présente une galerie de personnages stéréotypés à l'extrême, qui poussent la mécanique jusqu'à ses limites en partant du postulat que les gentils s'en sortent et les méchants vont être punis. Une histoire enfantine donc, sombre et parfois même terrifiante; certaines scènes avec les poupées sont vraiment flippantes et les voir posées là immobiles lors d'un plan et changer de regard et de sourire lors d'un autre, ben ça fait son petit effet. Passée la mise en place, les poupées passent à l'action et je dois avouer que même si on n'atteint pas les sommets gores d'un "Ré-animator", certains meurtres sont encore bien violents et un soupçon d'humour noir flotte en permanence autour des protagonistes (la perceuse avec le polichinelle). Une cheville sciée, des objets plantés ça et là, une tronche explosée qui veut faire un bisou, j'en passe et des meilleures (l'ours en peluche n'est pas piqué des vers non plus..). Mais ce sont surtout les poupées elle-mêmes qui assurent le spectacle; leur animation (image par image la plupart du temps) est parfaitement maîtrisée et les tronches de certaines franchement dérangeantes. Il faut vraiment les voir débattre sur le sort de deux pauvres âmes, en gesticulant et en lançant des regards assassins.. Fable noire aux relents de malédiction, le mystère demeurera jusqu'au bout sur ce qui transforme ces poupées et la seule explication qu'on nous fournira sera que ceux qui ont gardé leur âme d'enfant survivront, les autres... seront transformés en jouet de porcelaine; comme pour les ramener là ou leur attention aurait du être, auprès des enfants.. La réalisation est, comme d'habitude chez Gordon, impeccable et la partition musicale signée Fuzzbee Morse appuie délicieusement cette ambiance sombre tout en lui conférant une aura de magie nécessaire à tout bon conte de fées. A peine pourra-t'on lui reprocher des personnages un poil trop caricaturaux, surtout concernant le père (on imagine mal comment un père pourrait détester à ce point sa fille..) et les deux "Punks" carrément insupportables (mais vu comment elles finissent..)..

"Dolls, les poupées" n'est certes pas un film parfait mais cette collaboration entre Stuart Gordon et Charles Band est auréolée d'un charme indéniable qui lui confère un capital sympathie évident. Figure de proue des années 80, le film propose un voyage dont tous les grands enfants profiteront avec plaisir; une plongée dans un monde rempli de poupées qui font "non, non,non...non,non,non...". Et pendant ce temps, le DVD (et je ne parle même pas d'édition haute définition..) n'existe toujours pas par chez nous..Impardonnable!
4s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier