Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

30Juil/130

Critique: Cold Prey 1&2 – Roar Uthaug – 2006

coldpreySynopsis:
En cas de vacances à la montagne, voilà le film idéal pour avoir toutes les armes en mains et atteindre votre chamois d'or.. En voilà une critique pleine de freestyle... Je dirais même que je slalome entre les trois volets... et c'est dur !

L'avis de Mike:
Cinq jeunes partent faire du snowboard (bah oui, pas du ski, noonnn!)... On n'est pas dépaysé par le décor ni les lieux, c'est toujours les mêmes que lors des précédents épisodes. Vite fait, y en à un qui se pète une jambe, mais plus de peur que de mal et la prescription du mélange paracétamol et vodka (l’anesthésiant des guerriers) lui fait passer le côté infirmière/bricoleuse pour la remise en place du tout. Étant parti sur la base de regarder la trilogie en mode inverse, j'ai quand même repris le cours des choses. Comme j'avais dit dans la critique du trois, "J'ai hâte", oui oui, que ça se termine surtout. Mais bon, déjà un bon point pour l’hôtel désaffecté, avec la technique du bar rempli qui consiste à le vider (sans poisson à l'horizon). La blonde nous fait un profilage du tueur (toujours le même, comme les décors, mais en version soudeur) pas piqué des vers à partir de la seule vue d'une chambre brûlée. Voyez comme je suis joyeux de ce qui se passe à l'écran: à 40 minutes, la blonde se fait dézinguer à son tour, du timing de micro-onde; 45 minutes, 'Ric' ou je sais plus son nom va chercher de l'aide, mais pas trop loin surtout (les extérieurs ça coûte cher a tourner). En fait, je me suis surtout marré avec le soit disant "générateur", la quasi réplique d'un panneau de commande de vaisseau spatial avec voyants et boutons style 'Enterprise' (Star Trek pour être plus précis) et le placement de produit Burger King qui est pour moi une référence. Voilà, voilà, donc on comprend avec le livre d'or de l’hôtel (et si on n'a pas fait de micro-sieste entre temps) que tous les touristes qui se sont "perdus" le sont effectivement, mais plus précisément "foutus". Allez hop on perd pas de temps puisque le 1 se relie au 2, comme le shampoing je fais 2 en 1...
1s5

coldprey2Synopsis:
Le deux c'est juste après le un...

L'avis de Mike:
Mon conseil : ne jamais recongeler un produit décongelé.On retrouve la survivante du premier paumée sur une route et les flics menant les recherches afin de retrouver ses compagnons d'infortune. Et je me dis,celui là va être mieux... C'est pas pour les montagnes mais quand même, on atteint des sommets de nullité... ET alors là, je préviens, je vais être très méchant... Puisque celui là on peut carrément le renommer en "l’hôpital perd les pédales". Pour faire simple, je vais utiliser une phrase a la légèreté particulière : "LA TRILOGIE TOTALE EST UN AMAS DE MERDE ABSOLUE..."; charmant, mais là, c'est le summum ! Voilà, ça c'est fait et y en à encore à venir... Trois scénaristes pour pondre ça ! Ils faisaient des quarts pour lutter contre le sommeil ? Impossible autrement. L'intrigue policière complètement bidon, d’ailleurs je spoile, de toute façon y a rien à voir du tout, je m'en fous : Le tueur qui se "réveille" (style zombie) dans la morgue après un "choquage" avec ses vêtements s'il vous plait, et qui soit disant, aurait déjà fait le coup de se réveiller (il a été mort-né).. Je vous rappelle qu'ils sont trois à écrire le scénar! (rigolez pas). Donc si vous prenez les trois volets dans l'ordre on distingue bien trois étapes : le premier, la suite (ça, ça va encore ) et le troisième,bah quand on a plus d'idées, on fait les origines. Même le maquilleur (ou sa boite) ose s'appeler Ghost ! Franchement, les "effets spéciaux" sont tellement fantomatiques et quasi inexistants.. Un peu de mastic à salle de bains et de la gelée de groseilles c'est dix fois mieux... Bref je vais pas passer mon temps là dessus, j'ai déjà perdu 3x1h30 merci bien, ça va aller, à plus...
0s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier