Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

25Août/130

Critique: End of the line – Maurice Devereaux – 2006

endofthelineSynopsis:
Un groupe de personnes se retrouvant embarqués dans le dernier métro va être confronté à une bande de fanatiques religieux qui à la réception d'un SMS vont se transformer en de redoutables tueurs avides de sang. Nos couche-tard vont devoir lutter ensemble pour espérer échapper à cette horde de fous et sortir vivants des tunnels sombres de ce dangereux labyrinthe..

L'avis de David:
Après un "Slashers" fun et complètement déjanté, Maurice Devereaux nous revient avec une histoire bien plus sombre et plus posée que le déferlement de gore et le grand guignol assumé de sa précédente oeuvre. Nous allons donc suivre un petit groupe de survivants bien décidés à le rester, poursuivis dans les tunnels du métro par une bande d'hurluberlus persuadés que c'est la fin du monde et qu'ils libéreront les âmes de ceux qu'ils croisent en les tuant. Tout un programme. On sent très vite que le choix du métro ne s'est pas fait au hasard.. En effet, l'aspect froid et inhumain de l'endroit se trouve confronté à ce que cet excès de modernisme a finalement enfanté: des esprits perdus, se raccrochant à une sorte de "gourou" avec l'espoir de retrouver une place dans une société de plus en plus individualiste, même si il faut tuer pour ça; surtout si il faut tuer pour ça. Se refaire une place dans un monde qui les as mis de côté, oubliés, et devenir en quelque sorte les "sauveurs". Une critique de la religion et de ce qu'elle a de plus racoleur plutôt rentre dedans mais qui souligne bien ce qu'est le fanatisme religieux quand il récupère la misère d'autrui. Et puis vous savez ce qu'on dit.. Dieu un jour ordonna de tuer Zani, et Pan!Zani!.. Ben là c'est pareil.. Même si le thème du jugement dernier peut paraître assez classique, Devereaux raconte une histoire (qu'il a lui même écrite en plus d'également produire le film) plutôt bien amenée et qui en tout cas laisse en permanence planer le doute; les tueurs sont finalement des gens comme tout le monde, difficilement reconnaissables, rendant leur présence encore plus dangereuse. La première partie du film pose donc l'ambiance, lourde et suffocante (là encore le métro n'y est pas totalement étranger) avant de basculer vers une deuxième moitié bien plus violente et expéditive. On assiste alors à un vrai massacre en règle avec quelques effets gores très bien réalisés et une animalité retrouvée chez ces fanatiques qui font peur à voir. Coup de hache en pleine tête, décapitations et autres entailles s’enchaînent à un bon rythme et plongent le spectateur dans une mini apocalypse sensorielle. Des visions de cauchemar viendront ponctuer la déjà difficile descente aux enfers de nos protagonistes, apportant une touche de fantastique à un film déjà bien chargé en sensations. Ces visages de "démons", aux bouches et aux yeux cousus, sont ils réels ou le fruit de la paranoïa qui gagne peu à peu notre petit groupe. Est-ce vraiment la fin du monde, le dernier jour de l'humanité.. Nous ne le saurons pas vraiment (même si quelques bribes d'informations seront aperçues sur des écrans de télé et n'aideront pas vraiment à se rassurer sur la situation à l'extérieur..)  jusqu'à un final absolument terrifiant ou l'une des survivantes se trouvera confrontée à de biens étranges êtres qu'on imagine tout droit sortis des profondeurs des abysses..Comme si le prolongement du métro était l'enfer. Je ne voudrais pas insister, mais pour ma part, cette scène m'a littéralement glacé le sang... Seuls les acteurs sont parfois un peu limite tant certains semblent surjouer et frisent les frontières du ridicule tandis que d'autres parviennent tout de même à sortir leur épingle du jeu (le sosie blond de Tarantino arrive très bien à se faire détester..). En outre, on sent bien que le budget n'a pas du être confortable et au vu de ce qui est présenté à l'écran, le film n'a vraiment pas à rougir devant certaines autres productions plus richement dotées. Et puis vous savez ce qu'on dit.. Dieu un jour ordonna à Philippe de faire des créneaux, et depuis Philippe manoeuvre..

Voilà donc un film d'horreur indépendant vraiment tendu, distillant son lot de scènes chocs (dont le final complètement traumatisant) et donnant au spectateur ce qu'il était venu chercher: de la tension, de la peur et de la tripaille. Cahier des charges parfaitement rempli donc et qui ne me laisse qu'une seule petite interrogation.. Monsieur Devereaux, c'est quand que vous nous faites une nouvelle pépite comme cella là? Remarquez, on le saura peut-être bientôt, vu que l'équipe de Grim doit le torturer prochainement avec un interview sous la menace.. Et puis vous savez ce qu'on dit.. Un jour Dieu dit à Lady de faire une blague, et Lady Gaga...
4s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier