Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

29Août/130

Critique: The Innkeepers – Ti West – 2011

innkeepersSynopsis:
Deux employés d'un vieil hôtel sur le point de fermer s'imaginent que celui-ci est hanté. Une vieille légende fait part d'une jeune femme qui se serait pendue dans une chambre à la suite d'une déception sentimentale. Celle-ci serait toujours dans l'hôtel, à la recherche d'un nouveau fiancé... Les deux amis se mettent alors à jouer aux chasseurs de fantômes...

L'avis de David:
Ti West, réalisateur du très bon mais très lent "House of the Devil", remet le couvert et voudrait nous coller une bonne frousse en tirant les grosses ficelles du petit monde des chasseurs de fantômes. Au bout de la ficelle, on retrouve pratiquement les mêmes ingrédients pour les deux films (qui pourraient facilement être qualifiés de frères siamois) avec un rythme un peu moins lent pour "Inkeepers", ce qui ravira les impatients. On se retrouve donc face à un film bien calé, qui n'a pas besoin de couche (comprenez propre sur lui), plaçant tranquillement une atmosphère pesante et angoissante. On suit donc sans déplaisir les pérégrinations de deux apprentis Ghostbusters armés d'enregistreurs pour les E.P.E (phénomènes de voix électroniques) et d'une caméra afin d'essayer de capturer une manifestation d'outre tombe qui ferait un "Bouh" au détour d'un couloir. Les phénomènes bizarres nous sont assénés crescendo et si on démarre avec quelques bruits/craquements ou des claquements de portes, le dernier quart d'heure verra se déchaîner les forces de l'au-delà avec des spectres bien glauques et particulièrement énervés. Le réalisateur nous enchaine quelques "Jump Scares" bien sentis qui feront bien leur effet mais c'est surtout ce sentiment d'oppression qui prédomine, surplombé d'une chape de glauquitude qui met parfois franchement mal à l'aise. On notera également deux personnages principaux formant un duo de choc, joués avec beaucoup de justesse par Pat Healy (Le geek ronchon) et Sarah Paxton (La jeune fille couillue comme le caribou) qui nous font la brillante démonstration de ce qu'est une bonne interaction entre protagonistes. Kelly McGillis ("Top Gun") fait également un retour sympa et réussi dans le rôle d'une actrice déchue passée maîtresse dans l'utilisation du pendule.. Le film est également découpé en "actes" avec dans l'ordre une mise en place tragi-comique des événements et des personnages, la montée progressive de ce qui pourrait être apparenté à une paranoïa (notamment chez la jeune fille) et enfin l'arrivée d'un personnage bien étrange qui va faire basculer l'histoire dans l'horreur la plus totale. C'est cette dernière partie qui remue le plus les tripes avec des tableaux mis en exergue par Ti West à la manière d'un chef d'orchestre de l'épouvante. Et il manie bien la baguette le bougre. Certaines séquences sont réellement dérangeantes et parviennent sans peine à mettre les poils, pour peu qu'on soit dans le trip et qu'on se soit laissé happer par cette histoire lugubre. Ne me demandez pas pourquoi mais le vieil homme de la fin me fait furieusement penser à la "Sentinelle des maudits" de Michael Winner, avec certaines visions vraiment cauchemardesques.. Y a pas à dire, le West il est à l'aise avec la peur. Bon je n'irais pas jusqu'à l’exagération comme un certain Roth qui aurait déclaré "L'un des meilleurs films d'horreur jamais vu..." (surement un relent de tremblement de terre qui serait mal passé ), mais tout de même, nous voilà devant un sacré bon bout de péloche qui fout les pétoches..

Même si le film divisera et ne plaira clairement pas à tout le monde (les impatients risquent d'être déçus), "The Innkeepers" rempli tout de même son rôle et parvient, grâce à une mise en scène posée et appliquée, à nous coller les chouquettes. Le glauque y côtoie les spectres et le moindre craquement ou une simple porte qui claque va vous mettre dans la position du petit pingouin qui respire par les fesses... Ben oui, un jour il s’assoit et il meurt.. Mais lui c'est pas de peur..
4s5

 

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier