Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

1Sep/130

Critique: The seasoning house – Paul Hyett – 2012

seasoningSynopsis:
Les Balkans 1996, une main dépasse de la minuscule trappe d’aération. Une adolescente sort du conduit et se retrouve dans une maison dite "close". Elle fait partie de la nouvelle cargaison de filles débarquées sous le regard "bienveillant" des macs. Un bref discours d'entretien d'embauche pour souhaiter la bienvenue avec exemple de sanction disciplinaire (tranchage de gorge) et au boulot. Bienvenue dans un monde ou il ne fait pas bon vivre; même survivre, ça vaut pas le coup...

L'avis de Mike:
Je vous préviens, si c'est pour me dire : "c'est pas un film d'horreuurreeuuu..", Je sais ! C'est hors cadre, d'ailleurs du sanglant, il y en a tellement peu que c'est insignifiant, c'est pas la que ça ce situe. Et pourtant, autant vous le dire tout de suite, il va en choquer plus d'un et plus d'une. Un petit flash-back va vous donner le topo ... "Sous prétexte" (puisqu’il en faut toujours un) d'une guerre civile, la milice fait son taf. De villes en villes, les mercenaires/miliciens (comme vous voulez l'entendre) exécutent tous les hommes et épargnent les jeunes femmes uniquement dans le but d'en faire la récolte. L'adolescente, atteinte de surdité (celle dont je vous ai parlé au début) est extraite/expulsée de chez elle avec sa mère, cette dernière ne correspondant pas aux critères... Elle est liquidé devant les yeux de l'adolescente. Retour au temps actuel, elle va être l'élue du mac en chef, un certain Viktor, qui décide de la prendre sous son aile (c'est ironique hein),lui attribue son nom d'esclave "Angel", et après un beau chantage, profitera d'elle... Elle n'aura pas à vivre un calvaire de viol a répétition et incessant mais en contrepartie elle aura pour rôle d'entretenir la propreté du bordel (ce qui est évidement proscrit pour un homme!) et jouera l'infirmière. Donc garrot au bras pour les petites nouvelles et injection de potion magique, entendez par la héroïne car il faut quelles soient down pas up mais surtout dépendantes pour mieux obtenir la servitude; car ce film ne vous dépeint pas ce qu'est (et j'insiste sur "ce qu'est") l’esclavagisme sexuel mais vous l'envoie en pleine figure. Dans la crasse, la laideur de la soumission masculine et du pire mépris : réduire une femme a l’état de chose, et de surcroît, "l'utiliser" comme tel. Une des "pensionnaires" est retrouvée morte, Angel va commencer à faire les soins mais visiblement ce ne sera pas la peine, les hommes la prennent et la jette à la poubelle pour en remette une flambant neuve. De chambre en chambre Angel, va tomber sur une jeune femme qui comprend le langage des signes et pendant sa piqûre, elles se lient d'amitié (se remémorant sa sœur et sa mère). Certaines scènes sont sublimes: un exemple lorsqu'elle s’émerveille du simple plaisir d'avoir un rat comme compagnie. Trêve de rêveries, un nouveau groupe de "joyeux lurons" vient de passer l'entrée et décide de consommer immédiatement. Manque de chance pour la nouvelle amie d'Angel qui tombe sur un gars qui va lui refaire un peu le portrait; tant que l'on paye on se croit tout permis. Pour lui apporter un peu de réconfort,Angel va revenir par le conduit d’aération, et les discussions vont raviver des souvenirs enfouis et bien ternis. Le lendemain elle revient lui apporter un carré de chocolat, chose quelles ont déjà partagé la veille, mais aujourd'hui la douleur est tellement intense quelle la supplie de lui faire l'injection pour la calmer. Et les rencontre vont de mal en pis, jusqu'à ce quelle tombe sur un gros psychopathe qui n'est même pas venu la "baiser" mais carrément la "défoncer". Mais tout va bien, il a payé le prix fort. D'ailleurs il faut appeler le médecin car un lit maculé de sang ça peux rebuter le client. Diagnostique : il faut mieux vous occuper de la marchandise Viktor ! Bon je pense que tout le monde a compris "l'histoire" et elle est loin d’être finie. J'ai utilisé beaucoup de guillemets pour que les choses soit claires. Je ne spoile pas mais c'est un film qui aurait pu bien finir... Le message est clair et sans appel : ça se passe en ce moment, quand vous lisez ces lignes. J'ai presque envie de dire que pour ceux qui ont vu "Live Animals" ça pourrait en être la continuité...

Même si j'ai essayé de mettre quelques difficiles traits d'humour dans cette critique, je n'en ris pas pour autant. Je ne vais pas vous dire que j'ai aimé, cela va à l'encontre de tout ce que je pense; par contre la façon de le transcrire en images, véhiculer un cri, ça oui, car même si le film est très intime, le cri voir hurlement lui est "passé actuel et futur". Sans discours pour ne rien dire, l'efficacité est imparable; imaginez 10 secondes de votre vie par rapport à ce que vous avez vu, et osez me dire que ce n'est pas un film "d'horreur"...
4s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier