Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

24Oct/130

Critique: Gravity – Alfonso Cuaron – 2013

gravitySynopsis:
Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, effectue sa première sortie dans l'espace accompagnée du chevronné capitaine Matt Kowalski. Ce qui devait être une sortie sans histoires va pourtant se transformer en un véritable cauchemar. Un accident va pulvériser la navette et laisser les deux astronautes livrés à eux-même, plongés dans l'obscurité de l'univers... Ils vont devoir puiser dans leurs derniers retranchements afin de trouver un moyen de rejoindre la terre...

L'avis de David:
Comment ne pas entendre parler de la sortie de "Gravity". Pratiquement toutes les critiques sont unanimes et le positionnent comme un chef d'oeuvre instantané; les spectateurs ne sont pas en reste et affluent en masse et la publicité faite autour du film termine d'enfoncer le clou. Mais pour le clou, heu coup pardon, ce nouveau film du réalisateur des "Fils de l'homme" vaut-il vraiment le clou, heu coup... Je ne vais pas tourner longtemps autour du plot, ce "Gravity" est une véritable tuerie. Du monstrueux plan séquence d'ouverture (à couper le souffle), aux ravages spectaculaires causés par les débris spatiaux, en passant par certaines scènes plus intimistes voire oniriques, tout me pousse à penser qu'Alfonso Cuaron a été touché par la grâce. Tout d'abord, la technologie visuelle utilisée est tout bonnement incroyable et nous livre des images d'une beauté renversante (et c'est peu de le dire vu les angles de caméra qu'utilise parfois le réalisateur). En plus d'être belles, elles parviennent à plonger le spectateur au beau milieu de cet immense vide entourant nos protagonistes et pour une fois je ne saurais trop vous conseiller d'aller le voir en 3D tant celle-ci est bien utilisée (certaines séquences ont carrément provoqué un effet de recul instinctif sur moi, une première pour un film usant de cette 3D d'habitude asservie au roi marketing..). Un véritable tour de force visuel qui nous entraîne dans un tourbillon d'émotions s’enchaînant sans aucun temps mort. Et là ou Cuaron fait encore plus fort, c'est en y ajoutant un travail sur le son absolument inouï, alternant les envolées tonitruantes avec des silences froids et brutaux, s'imposant d'eux mêmes dans un espace glouton, bien décidé à engloutir nos pauvres quidams dans les ténèbres. A noter dans ce sens une scène avec Clooney rentrant dans une capsule pour rejoindre Sandra Bullock durant laquelle toute la salle semblait retenir son souffle et qui a provoqué un silence absolument incroyable avant de se terminer par un twist à l'onirisme sublime. Un pur moment comme on en ressent peu dans une vie de cinéphile. Puisqu'on en parle, George Clooney et Sandra Bullock sont parfaits, cette dernière tenant une grosse partie du film sur ses épaules, tout particulièrement la deuxième moitié qui bascule joyeusement dans le survival pur et dur. Et il va lui en falloir du courage à Ryan Stone pour maîtriser cette envie de couper le mince fil qui la retient en permanence à la vie dans cette espace qui ne rêve que de la faire disparaître. Sur le plan purement technique, Cuaron réalise un véritable tour de force, nous entraînant en alternance de l'infiniment petit à l'infiniment grand, en un claquement de doigts. On pourrait presque imaginer que nos deux astronautes perdus sont en fait des marionnettes dont le fil les reliant à leur manipulateur (l'humanité) aurait été rompu. Elles se retrouvent sans repères, ni sensoriels ni physiques, les forçant à oublier tout ce qu'elles ont connu auparavant et à renaître (la magnifique scène de la position fœtale de Sandra Bullock...) en s'adaptant à leur nouvel environnement (la grenouille à la fin). Magique...

Non content d'être une claque visuelle sans précédent et d'embarquer les spectateurs dans un voyage digne d'une attraction  (surtout en 3D pour une fois..), "Gravity" est également empreint d'intelligence. Alfonso Cuaron réalise en effet un survival rempli de métaphores (l'homme,la femme,l'universel,le singulier..) et de réflexions poétiques servies par des images explosant littéralement la rétine. Le simple silence, lourd, frappant comme un coup de poing, se joint également à la fête pour nous immerger encore plus dans cette aventure qui se terminera par un message lui aussi universel: cherchez le commun dans la différence.. Un très très grand film.
5s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier