thorSynopsis:
Thor, fils d’Odin, se bat pour restaurer l’ordre dans les neuf royaumes plongés dans le chaos, condition sine qua non avant qu’il n’accède au trône et devienne roi d’Asgard. Une menaçante ancienne race menée par Malekith va en profiter pour tenter de précipiter l’univers dans les ténèbres. Thor va retrouver Jane Foster et va tout tenter pour l’en empêcher…

L’avis de David:
Autant être franc tout de suite, je ne suis pas un fan inconditionnel de Thor à la base.. Je lui ai toujours préféré les Spidey,Iron Man ou encore Daredevil ou les 4 fantastiques.. La première adaptation cinématographique signée Kenneth Branagh (« Frankenstein », « Dead Again »..) était certes propre, mais ne m’avait pas embarqué plus que ça non plus (bien aimé les 30 premières minutes à Asgard, dynamiques et puissantes, et ennuyé par à peu près tout le reste…). Ben y avait pas de raison que ça change avec cette suite convenue, bordélique et sans réel génie. Les méchants déjà, car se sont tout de même eux qui nous rendent un film épique ou non, sont un croisement de Télétubbies avec des guerriers en armure (véridique) et Malekith n’impressionne jamais par sa présence. A peine peut-on sauver son second, énorme géant bestial que rien n’arrête, mais qui sera malheureusement bien vite éliminé sur une pirouette-cacahuète qui vient tout gâcher. Le scénario use de punchlines qui tombent presque toujours à plat et de scénettes déjà vues ailleurs maintes et maintes fois sous d’autres formes (le « au suivant » avec le golem de pierre défoncé en 3 secondes..). Ajoutons à cela des moments étranges (désolé pour les éventuels spoilers) comme Thor qui pleure finalement plus son ennemi de toujours, plutôt que sa mère, ou pire, Jane Foster (dont l’idylle est totalement dénuée de magie dans cet épisode) qui tombe « par hasard » sur l’artefact planqué par les Asgardiens.. Elle est forte la Jeanette..En gros, tout ce petit monde est en permanence là ou il faut, quand il le faut, sans se soucier de toute cohérence puisque de toute façon tout le monde s’en tape.. Elle est pas belle la vie? Pour le scénariste elle a dû l’être en tout cas.. Seul Loki se sort plutôt bien de l’affaire et capte tous les regards en volant la vedette au héros de l’affiche. Est-ce suffisant pour dire que Thor sent du marteau? Quelques instants sont tout de même à sauver comme ces clins d’œils aux « Avengers » (Capitaine America fait un petit caméo improvisé..) et les quelques vannes balancées par le scientifique maboul joué par Stellan Skarsgard (le génial envahisseur du « Roi Arthur » de Fuqua) qui arrive à faire sourire. A part ça pas grand chose.. Un début avec de belles batailles mais convenu, un milieu creux ou nous devenons soudain le héros en tentant de lutter contre le royaume du sommeil qui tente une percée, et une fin en véritable bordel organisé, la faute à des failles spatio-temporelles qui s’ouvrent dans tous les sens.. On a l’impression d’assister à un ersatz d' »Avengers » pour le côté bourrin mais sans les moyens… Comme si ces voyages dans d’autres dimensions étaient là pour masquer la misère; sauf qu’en fait ils cassent complètement le rythme et finissent par clairement faire chier. Un bon coup de pub aurait été de fournir un marteau aux spectateurs pour, soit s’en coller un coup quand garder les yeux ouverts devient trop difficile, soit en coller un coup dans la tronche de son voisin de droite pour déclencher une petite guerre dans la salle et enfin s’éclater. Ou au pire une poupée vaudou à l’effigie des Télétubbies, pour qu’on puisse un peu leur arracher les bras, un oeil, une antenne.. Des trucs drôles quoi.. Et pis finalement, on en apprend un bonne: on peut sauver l’univers avec trois piquets de tente; Go chez Décathlon faire des provisions, on ne sait jamais…


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier