Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

5Jan/140

Critique: Face à la mort – John Alan Schwartz – 1978

faceSynopsis:
Le Dr. Francis B. Gröss nous propose un voyage assez particulier dans les affres de la mort. La grande faucheuse, celle qui frappe un jour à toutes les portes, vue sous ses aspects les plus terribles et les plus choquants... Il nous offre un tour du monde de ses plus horribles manifestations avec des images d'archives  et des reconstitutions absolument terrifiantes..

L'avis de David:
Figure emblématique des vidéos-clubs des années 80, ce "Faces of Death" suscite la controverse. Interdit dans 46 pays lors de sa sortie et ce, même si de l'aveu même du maquilleur, 40% des séquences sont des reconstitutions et sont donc truquées (certaines grossièrement comme le culte satanique..), je trouve pour ma part qu'il a toujours une certaine force dans sa manière de choquer. Car oui, il faut apprécier les "mondos", ce genre instauré dans les années 60 par Jacopetti,Cavara et Prosperi avec leur célèbre "Mondo Cane". Le Dr Gröss (le narrateur, Michael Carr) nous embarque donc dans un voyage pédagogique sur la mort sous toutes ses formes, surtout les pires d'ailleurs. Pour les séquences non bidonnées: décapitation, attaque violente d'un ours sauvage,autopsie et peut-être l’exécution de Larry DaSilva (condamné pour viol et meurtre), même si en cherchant bien on ne trouve aucune trace d'un Larry DaSilva électrocuté à cette époque.. Autant ne pas chercher la véracité à tout prix et prendre le film sous un autre angle, celui de la fascination qu'exerce la mort sur nous pauvres humains qui ne la comprenons pas toujours. Les visites dans les catacombes et les morgues du début (avec une musique absolument terrifiante) nous jettent au visage que nous ne sommes finalement que bien peu de choses et voir les expressions tétanisantes de ces cadavres décharnés m'a toujours plongé dans une gêne pesante finissant immanquablement dans la nostalgie et la tristesse. Certaines séquences restent, plus de 30 ans après, extrêmement difficiles à regarder. Alors oui, comparé à la force d'Internet de nos jours (certains sites proposent bien pire en matière de gore snuff ou de déviances) tout cela peut paraître désuet; mais je vous assure que les séquences d'autopsies ou encore la mise à mort d'animaux (les phoques par exemple) sont autant d'exemples qui arrivent à retourner l'estomac avec une grande facilité. Pour les animaux, même si je condamne fermement l'utilisation de ce genre d'images, elles ont au moins le mérite de montrer que finalement l'homme est le pire ennemi de la nature et bien souvent fait preuve d'une sauvagerie qu'aucun autre animal n'aurait imaginé une seule seconde, même par instinct.. Édifiant. On pourrait également parler de la séquence du pauvre singe, frappé à mort par les convives d'un restaurant avant qu'ils ne dégustent sa cervelle encore frissonnante.. La séquence fait partie des trucages du film, mais franchement je vous mets au défi de le voir si on ne vous préviens pas avant.. L'agonie de ce pauvre petit être fait peine à voir, tout ça pour contenter l’appétit démesuré  de sauvages s'imaginant supérieurs et pétris de croyances frisant le ridicule. Trucage oui, mais en tout cas cette scène permet de mettre en exergue toute la bêtise qui puise sa source dans notre sacro-sainte société de consommation.. Le pire est à venir, avec des images d'archives (bien réelles celle là) sur les bombardements de napalm au Vietnam ou encore les horreurs commises lors de la seconde guerre mondiale... Un véritable tour d'horizon de ce que l'homme est capable de faire de pire.. Comme le lance le Dr Gröss, "les sévices immoraux subis par ce meurtrier sont-ils pires que ceux qu'il a commis?".. et cette phrase s'applique parfaitement au pauvre spectateur, perdu devant ce spectacle déprimant, lui renvoyant en permanence sa propre image à la figure, voyeur à son insu parfois et pris au piège de la violence qu'il a lui même décidé de regarder...

Film de commande destiné en premier lieu au seul marché Japonais, "Face à la mort" est un film culte; qu'on aime ou qu'on déteste (le principe racoleur du film est déjà moisi), c'est un film culte. Terriblement difficile à visionner mais également fascinant à certains égards, il n'est a conseillé qu'à des personnes averties.. Pour les autres, ceux qui pensent que maintenant avec les nouveaux médias, on peut voir bien pire, posez vous la bonne question.. Jusqu’où notre société malade est prête à nous emmener sous couvert du divertissement. Prenez ce film comme un avertissement. Un avertissement lancé il y a 36 ans et qui si on fait le bilan, nous montre que toutes les limites "inconcevables" on été franchies..
3s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier