Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

10Fév/140

Critique: Robocop – José Padilha – 2014

robocopSynopsis:
Alex Murphy, flic infiltré dans un réseau de trafiquants d'armes, est piégé chez lui par une terrible explosion. Infirme, paralysé et brûlé sur l'ensemble du corps, ses employeurs décident de tester sur lui une nouvelle technologie: l'intégrer dans un robot afin d'en faire le flic parfait, mi-homme mi-machine, capable de faire preuve de discernement tout en étant terriblement efficace...

L'avis de David:
Dire qu'on l'attendait au tournant celui-là serait minimiser la chose.. On l'attendait carrément en pleine rue, en frontal, le canon braqué sur José Padilha, réalisateur des très bons "Tropa de Elite"... Et moi je pense qu'il mérite au moins une petite cartouche, juste un petit coup de 38 de rien hein. Les retours avaient l'air bons pourtant, ça rassurait après les bandes annonces qui laissaient présager du pire. Bon, c'est pas catastrophique, n’exagérons rien.. C'est juste un peu soporifique sur les bords. Parceque oui, 2 heures c'est beaucoup trop dans l'état. Avoir voulu changer un peu la donne et raconter une histoire différente de celle du Verhoeven partait d'une bonne intention; cette fois, Alex Murphy a une famille, une femme, un fils.. Du coup, les cas de conscience se multiplient et la satire de la presse et de la société mise en place dans l'original laisse place ici à un pamphlet sur la famille et sur le mal-être du héros. Un recentrage plutôt mal venu qui apparente un peu ce "Robocop" nouvelle génération à une sorte de Frankenstein en perdition plutôt qu'au héros qu'on attendait. L'armure noire n'est finalement pas trop un souci (même si la grise fait son retour en toute fin de métrage) et le ED-209 (qu'on ne voit que très peu) a plutôt une bonne gueule. Non, le plus gros souci c'est le rythme; ça parle, ça parle, ça parle beaucoup pour finalement pas grand chose.. Et lorsqu'enfin on croit qu'une scène d'action bien couillue va pointer le bout de ses poils, et ben c'est expédié en à peine quelques minutes.. Plus aucun souffle épique, plus de répliques cultes ni de violence exacerbée dans les règlements de compte (on se souviendra longtemps de la mise à mort de Murphy dans l'original, littéralement démembré..).. Seule la séquence finale tire son épingle du jeu avec une baston contre plusieurs ED-209 assez bien foutue, mais bien trop courte, ou encore une fusillade entre Murphy (encore humain) et des tueurs dans un restaurant.. On ne peut pas dire en tout cas que Padilha a su conserver ses corones en acier (acquises sur "Troupes d'élite"); C'est non seulement mou du genou mais en plus c'est tellement dilué dans la bienséance qu'au final il ne reste pratiquement plus rien de l'acidité et du piquant du Robocop original. Au rayon des bonnes idées, on citera tout de même l'explication du fonctionnement de tête de fer (Iron Man n'est pas très loin..), plutôt bien pensé et assez peu ragoûtant ou encore le casque qui s'ouvre et se ferme suivant le degré de dangerosité de l'instant. Pour le reste, on baille à s'en décrocher la mâchoire et ce ne sont pas les quelques apparitions de Samuel L.Jackson qui tente de raccrocher le film à un ersatz de satire médiatique qui vont changer les choses. Il aurait fallu nous greffer des yeux bioniques en début de séance pour éviter qu'ils se ferment ou une mâchoire électronique, capable de bailler sans s'ouvrir.. RoboPublic..la classe quoi..

Chiant, RoboChiant, je pense que c'est le terme. A trop vouloir "humaniser" son héros et du coup ses ressentis, José Padilha rate le coche et nous assène un violent coup de barre. Hormis la scène d'ouverture, une fusillade et la scène finale, on sent clairement les deux heures passer et dans mon cas l'ennui était bien plus mortel que les balles du super flic boite de conserve.. Une mini déception donc, avec tout de même quelques qualités (mise en scène, effets spéciaux..) mais un film qui aurait gagné à être raccourci et dynamisé en assumant totalement son statut d'actionner bourrin... Après, je manquais peut-être un peu de café.. Prévoyez en tout cas au moins une RedBull avant la séance...
2s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier