Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

16Avr/140

Critique: Society – Brian Yuzna – 1989

societySynopsis:
Bill Whitney coule des jours paisibles au sein d'une famille riche installée à Berverly-Hills. Sa "tranquilité" est remise en cause quand un sentiment de méfiance envers les siens va commencer à grandir au quotidien. Il a l'impression qu'on lui cache quelque chose, qu'il est exclu. L'écoute d'une cassette enregistrée par un ami et sur laquelle figurent des propos tenus par ses propres parents va définitivement lui faire comprendre qu'il ne s'agissait pas d'une simple angoisse mais du début d'un terrible cauchemar..

L'avis de David:
Premier film du père Yuzna en tant que réalisateur (pour rappel il a auparavant produit "Réanimator" ou "From Beyond", deux films de Stuart Gordon adaptés de nouvelles de H.P. Lovecraft), on ne peut pas dire que son accouchement ne se soit pas fait dans la douleur... En effet, le regard au vitriol qu'il porte sur la haute bourgeoisie Américaine lui a valu quelques revers et un retard conséquent dans son exploitation. Un film sur la lutte des classes à la sauce monstre voilà ce qu'est ce "Society". Conçu au départ comme un soap qui tenterait de raconter la difficile adolescence d'un jeune un peu paumé qui se cherche et se sent rejeté, le collimateur change bien vite de cible en se fixant sur les apparences et la méprise d'une couche de la population envers une autre.. Car oui, ce que souligne le film, c'est cette couche superficielle qui fait briller toute cette société du bling-bling mais qui ne fait en fait que recouvrir la pourriture dissimulée juste en dessous (la scène de la pomme croquée qui pourrit instantanément appuie avec justesse ce constat..). Surtout, ce que nous montre Yuzna, c'est que finalement les riches se nourrissent de la pauvreté des autres, les métaphore est posée. Et faire basculer l'histoire dans l'étrangeté la plus totale en est le parfait exemple; Screaming Mad Georges ( "Mutronics","Bride of Reanimator","Predator","Reanimator 2"  )  s'en donne alors à cœur joie en concoctant une batterie de monstres et de transformations qui feraient pâlir un mort. Lors de l'orgie finale, tout y passe.. Les corps se mêlent, se déforment, s'encastrent (avoir la tête dans le cul n'aura jamais été aussi vrai..) comme pour montrer l'horreur et la laideur morale de cette soi-disant élite de la société. Ses effets spéciaux sont à ce titre particulièrement réussis et font mouche à chaque fois, montrant l'horreur informe et grandiloquente d'une catégorie de personnes se sentant supérieure et plus méritante des bonnes choses de la vie. Brian Yuzna truffe son film de mauvais goût, d'humour et d'ironie et le rend ainsi "attachant" sous bien des aspects. Un joli coup d'essai qui ne sera que le début d'une longue carrière oscillant entre le bon et le moins bon ("Reanimator 2" ou dans le registre du mauvais "Amphibious 3D"). En tout cas, il nous prouve qu'il sait aussi bien tenir une caméra que sortir le carnet de chèques...

"Society" est donc une satyre acerbe d'une population élitiste qui se perd à se sentir supérieure et qui finit par pourrir (ou en tout cas essaye) à peu près tout ce qu'elle touche en l'assimilant. L’acolyte de Stuart Gordon signe donc là un film plus malin qu'il n'en à l'air, appuyé par des effets spéciaux absolument remarquables. Un incontournable, non, mais un très bon petit film à voir à la bien, je dis oui moi monsieur..
4s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier