Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

27Oct/142

Critique: See No Evil 2 – Jen,Sylvia Soska – 2014

seenoevil2Synopsis:
Après une fin de soirée plutôt mouvementée, Jacob Goodnight (sic) se réveille au beau milieu d'une morgue, vaillant comme Jacques. Pas calmé même après s'être mis le doigt dans l'oeil (ceux qui ont vu le premier comprendront..), il renoue avec ses vieux démons et va s'employer à décimer un jeune groupe d'étudiants en médecine...

L'avis de David:
Bon, je sais que je vais m'attirer les foudres de certains défenseurs du cinéma de genre mais je m'en fous. J'ai bien aimé le premier "See No Evil" de Gregory Dark (autrefois spécialisé dans le porno), voilà, ça c'est fait... Un slasher simple, sans fioritures, avec un Kane (superstar du Catch) parfait en tueur dérangé monolithique (mode rouleau compresseur enclenché), du gore juste ce qu'il faut et une action soutenue ne suscitant jamais l'ennui. L'idée d'une suite ne pouvait que susciter chez moi l'envie coupable d'une série B sympa qui ne se prend pas la tête. Résultat, la recette serait plutôt celle d'une vieille soupe avariée, avec quelques légumes pas trop mauvais mais agrémentée d'un jus de viande bien crado rendant le tout plutôt indigeste. Un steak de bœuf impossible à couper, même si c'est censé être un plat de résistance (arf) et particulièrement dur à digérer. On retrouve donc le seul élément à peu près frais du film, Kane, toujours aussi charismatique et flippant, arborant un très joli nouveau look (œil crevé et masque de rigueur), jouant des chaines à crochets avec toujours autant de précision. Pour le reste, c'est le vide intersidéral.. Des jeunes débiles et antipathiques à mort (même Danielle Harris mérite sa gifle), un aspect téléfilm tout naze, une absence presque totale de gore et un scénario complètement plat qui nous force à faire des pompes avec les paupières quasiment en permanence.. Seule scène un peu folle du film, la nympho qui fait des galipettes dans la morgue; et encore c'est vraiment parce qu’il fallait en trouver une.. La morgue, parlons-en; véritable labyrinthe paraissant immense, sans fin. Goodnight parvient pourtant à jouer de la téléportation en rattrapant un retard de 3 bons kilomètres en quelques secondes; car même si il ne connait pas le lieu dans lequel il se trouve (je vous rappelle qu'il vient de se réveiller d'entre les morts), la morgue ne semble avoir aucun secrets pour lui (il piège même ses victimes en utilisant le décor..).Vous l'aurez compris, la cohérence n'est également pas le point fort du film. On finit même par comprendre son obsession des yeux tant on flirte avec l'envie de se les crever nous même en permanence.. Autre déception d'ailleurs, cette passion oculaire n'est même plus reprise ici et on se contentera d'une petite minute d'explication de ses agissements sous forme de flashback foireux avec moults inserts du précédent film; pas même une petite énucléation à se mettre sous la dent, pas l'ombre d'un œil crevé ni d'une lentille infectée, nada.. Triste quand on sait que la folie du mastodonte se justifiait à l'aide de cette mécanique dans le premier opus..

On peine à trouver un intérêt à cette suite de l’honnête film de Gregory Dark, et ce, en dépit du monstrueux Kane toujours aussi parfait dans son rôle de tueur brutal et torturé. Un boogeyman sous-exploité dans un film insipide et sans aucune surprise. Alors oui, ça peut se laisser regarder en période de disette mais gardez bien à l'esprit que la faim doit être grande et qu'elle ne sera de toute façon pas satisfaite. Un beau gachis...
1s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier