Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

19Déc/140

Série TV: Masters of Horror, Mort Clinique (S2/E9)

mastersSynopsis:
Cliff et Abby, mariés et apparemment couple sans histoires, traversent une crise qui remet en cause leur amour. Lors d'une explication plutôt tendue en voiture, ils ont un grave accident qui laissera Abby atrocement brûlée. Dans un état très grave, elle se meurt peu à peu. Cliff, lui, va très rapidement se rendre compte que sa femme à moitié morte est bien décidée à le faire payer; dans cette vie ou dans la suivante...

L'avis de David:
Cette fois c'est le trublion Rob Schmidt, déjà responsable de l'excellent "Wrong Turn" (Détour Mortel chez nous), qui s'y colle en nous proposant un épisode basé sur la vengeance d'outre-tombe plutôt musclé. Et c'est peu dire. Le pauvre (même si plus l'épisode passe et moins on a envie de le plaindre..) Cliff va en voir de toutes les couleurs avec sa revenante de femme bien décidée à le voir brûler en enfer. La réalisation est plutôt carrée, propre, avec quelques rebondissements qui ne vous laisseront pas indifférents. Mais là où Schmidt frappe très fort, c'est dans les séquences dites "choc". Sous couvert d'une morale cynique et d'un pseudo discours de fond sur l'euthanasie, il nous assène une représentation de la douleur qui vous sonne littéralement. Les gens sont cruels, opportunistes et font jeu égal avec l'horreur de cette femme sans peau au regard qu'on est pas près d'oublier. A ce titre, les effets spéciaux de KNB sont comme d'habitude excellents et les différents emprunts à la filmographie d'horreur des années 80 particulièrement bien sentis ("Hellraiser", "Patrick" ou même "La grande menace"..). Un pur concentré d'épouvante avec ce qu'il faut de sang et de tripes pour ne pas laisser les amateurs sur leur faim. Pour les autres, attachez vos ceintures, ça va secouer.

Certainement un des meilleurs épisodes de la série (avec "Jennifer" d'Argento entre autres..) alliant avec talent la peur et le dégoût. Réalisé par un Rob Schmidt bien moins lisse que pour son précédent film, ce segment restera dans les mémoires (avec une image finale proprement glaçante).
4s5

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier