Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

23Mar/150

Critique: Hayride 2 – Terron R. Parsons – 2015

hayride2Synopsis:
Un gros machin tout vilain, le Pitchfork, sorte de mix entre Tom Sawyer et Jason Vorhees, est transporté à l’hôpital du coin suite à son massacre du premier épisode (ben oui, ça c'est un peu mal terminé pour lui apparemment..). Il se reveille dans l'ambulance et décide de buter tout le monde. Fraîchement débarqué, il va à l’hôpital avec l'espoir de buter tout le monde (ou une Lorie Strode du pauvre, on sait pas trop..)...

L'avis de David:
De mémoire de poisson rouge il me semble que la dernière fois ou j'ai pu admirer un étron de ce calibre remonte à bien bien longtemps... Dès le départ on est mis dans l'ambiance: les acteurs vont être nuls, les décors vont être nuls, la réalisation va être nulle, le tueur est nul et l'histoire...est nulle oui c'est ça merci Jean-Michel. On nage en pleine nullité, c'est un fait. C'est comme quand tu as deux poussins et que tu en veux qu'un.. Tout tire ce Z vers le bas, jusqu'à tenter de créer une lettre de l'alphabet qui n'existe pas. Un gros tueur balourd avec des notions de téléportation évidentes, s'échappe d'une ambulance pour aller à l’hôpital du coin (sic) et tenter de finir le travail démarré dans le film précédent. C'est louable, certes, l'intention y est.. Comme quand un footballeur demande une coupe chez les coiffeur.. C'est la coupe du monde! On sent bien l'influence forte du "Halloween 2" de Rosenthal, mais l'odeur est malheureusement couverte par celle du caca, matière première ayant servi à concevoir ce foutu bidule qui peine à imprimer ne serait-ce qu'une séquence correcte sur sa pellicule (ou plutôt sur sa SD-Card). Filmé avec un caméscope et monté avec le PC de l'oncle Jim, on suit notre vilain bonhomme dans ses tentatives de buter tout le monde (enfin surtout la nana; pas le fruit hein.. relisez à haute voix et vous aurez le droit de jeter des pierres..), le sac à patates sur la tête et la cohérence par dessus la casquette.. Parce que oui, vous allez franchement pouvoir vous amuser à les compter les incohérences, tellement elles sont nombreuses. Un petit exemple: la voiture de police du début qui se crashe lamentablement, finit en flammes, et dont le flic sort en habits blancs sans aucune tâche visible.. On vous l'a dit, "Hayride" lave plus blanc que blanc; manque plus que les flammes sur la voiture, rajoutées sous Photoshop (un pauvre gif je pense) et on se dit que ça y est, on touche le fond... Et pourtant non! Le film ne cesse de nous prouver qu'on peut descendre encore plus bas et qu'il n'a pas vraiment dit son dernier mot.. On récapitule: un tueur nul qui veut tout buter, des zéros nuls qui veulent pas se faire buter, des meurtres nuls qui ne touchent jamais au but, des trucages nuls qui donnent envie de se buter, des dialogues nuls qui donnent envie de buter tout le monde.. En un mot comme en cent, y a pas que la fourche de l'affiche qui pique l’œil... Au passage, vous savez quoi faire vous quand vous avez deux poussins mais que vous n'en voulez qu'un? Ben vous t'en pousse un.. Non, pas taper!!! Je viens de voir "Hayride 2", je suis excusé!

Suppositoire favorisant les diarrhées filmiques, "Hayride 2" ne nous inspire qu'une seule chose: devenir croyant et prier à fond la caisse (les offrandes sont acceptées) qu'un troisième épisode ne voit jamais le jour.. Allez hop une petite dernière pour la route, c'est quoi une vidéo qui pue? C'est une vide-déo! Hop là, trois petits tours et puis s'en va...
0s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier