Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

29Avr/150

Critique: Vendredi 13, chapitre final – Joseph Zito – 1984

v13aSynopsis:
Après les événements sanglants du précédent opus, le terrifiant Jason Vorhees est emmené à la morgue du coin. Pas tout à fait mort, il parvient à s'en échapper et retourne au camp de Crystal Lake. Trish,Tommy et leur maman arrivent dans leur maison de vacances tout près de là et font connaissance avec une bande de jeunes venus faire la fête le temps d'un week-end... Mais Jason ne l'entends pas de cette oreille..

L'avis de David:
Brouzoufs! Voilà le seul mot qui devait résonner aux oreilles des producteurs en cette sacro-sainte année 1984.. La trilogie des "Vendredi 13" ayant rapporté des centaines de fois la mise, il fallait de toute urgence mettre une suite en route histoire de ne pas se laisser tarir la source aux billets verts. Car il faut être clair; Jason règne en maître sur le box-office de l'horreur et le public en redemande.. Les deux précédentes suites étaient d'ailleurs plutôt réussies (Steve Miner dans la place) alors pourquoi pas.. Cette fois c'est Joseph Zito, réalisateur du très sanglant "The Prowler" qui s'y colle, aidé une nouvelle fois par le champion du gore toute catégorie de l'époque, Tom Savini. Le scénario, écrit par un manchot ventriloque, pourrait tenir sur la peau d'un petit pois tellement c'est con. C'est presque plus con qu'un glaçon dans un micro-ondes (ou que l'histoire du pingouin qui respirait par le cul et qui finit par s'asseoir.. Paix à son âme..) mais qui s'en soucie.. Ce que le public recherche avec les "Vendredi 13" c'est du cul, du sang et un Jason qui taille dans le vif point à la ligne. Tout juste pourra-t'on dire que c'est très proprement réalisé, que Jason est toujours aussi monolithique et que quelques idées bienvenues viendront émailler un final qui sans elles aurait tendance à se répéter. Pour ce qui y est du "Kill count", Jason est en forme! Les cadavres s'amoncellent autant que du caca devant certains magasins (ceux ou il y a marqué "Poussez fort" sur la porte) et notre Hockeyeur préféré est plutôt imaginatif quand il s'agit de tailler dans la viande: harpon planté dans les parties génitales à la verticale (oui oui, très acrobatique), hachette en pleine tête, égorgement, déboitage de cervicales façon chiropracteur énervé , j'en passe et des meilleures.. Le Savini s'en donne à cœur joie! A priori en tout cas, car c'est bien là que le bas blesse; comme tous les autres épisodes de la série, la censure ne l'a pas épargné et le visionnage s'en ressent énormément. Les plus blasés d'entre vous iront jeter un œil sur la section "Uncut" de notre bien aimé site afin d'y visionner les fameuses coupes et de se rendre compte du carnage.. Mais bon rassurez vous, il reste quand même quelques bons moments (la machette planté dans la tête à la fin qui s'enfonce inexorablement..), Jason nous montre son joli minois et on peut dire que les engagements pris par la série sont plutôt tenus. A noter qu'il existe également une fin alternative bien raccord avec les précédents volets: Trish retrouve sa maman noyée dans une baignoire et quand celle-ci s'approche elle jailli pour l'agripper. Jason surgit alors dans son dos afin de terminer le boulot avant que Tommy ne se réveille, le kiki tout dur et tout tremblotant, pas vraiment convaincu que tout cela n'était qu'un rêve...

Ce chapitre final qui n'en sera finalement pas un (au final), n'est pas le meilleur ni le pire de la série. Il fait plutôt figure de bon slasher, bien propre sur lui et administrant son quota de sauvageries et de seins à l'air à l'aficionados en détresse. Un met généreux donc, malheureusement une nouvelle fois violemment charcuté par une censure tout juste encline à comprendre la blague du pingouin qui respirait par les fesses.. Sans queue ni tête donc..
3s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier