Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

4Mai/151

Critique: Almost human – Joe Begos – 2013

almostSynopsis:
Dans une petite ville aux alentours du Maine, Mark et Jen voient débouler Seth, un de leurs amis, en pleine panique. Celui-ci tient des propos incohérents basés sur un rayon bleu qui enlèverait des gens. Des événements inexplicables vont alors se produire jusqu'à la disparition mystérieuse de Mark...

L'avis de David:
Véritable présumée bête à festivals (comprenez un petit film dont tout le monde parle), ce "Almost human" (rien à voir avec la série éponyme) m'avait collé l'eau à la bouche comme la bave au cul de l'escargot.. Rendez vous compte ma bonne dame, les gens le qualifiaient de terriblement gore, de fun, de déjanté, de concentré de références directes aux fleurons des vidéos clubs d'antan.. Bref, le truc qui foutrait la gaule à tout féru d'horreur qui se respecte.. Ben pas forcément.. En tout cas moi, il m'aurait fallu un sacré paquet de pilules bleues pour esquisser ne serait-ce qu'une minuscule levée de bouclier.. Et c'est pas Mr Morpheus qui me contredira (il aurait pris la rouge lui).. Dès le départ j'ai trouvé ça particulièrement mal joué, mal filmé (j'y connais peut-être rien mais franchement, c'est quoi ces cadrages ou on voit un morceau d’œil parler à un bout d'oreille.. peut-être un format de merde dû au transfert sur le blu-ray..), mal rythmé (le mec décime à tour de bras et pourtant on a l'impression que c'est long, c'est loooonnnngggg..).. Heureusement, on peut encore charrier un peu sur le scénar qui aligne des vrilles impossibles à refaire dans la vraie vie: le gars qui téléphone à son patron pour lui dire qu'il sera en retard et qui n'attends même pas qu'on lui réponde, il raccroche direct; la fille qui vient d'arriver au boulot et qui tranquilou se prend une petite pause pour prendre l'air... J'en passe et des meilleures. Bref revenons à nos roustons.. Un gros gaillard rouquin qui détruit à peu près tout sur son passage ça aurait pu être franchement rigolo (d'ailleurs, tout le monde semble roux dans ce film..) mais là pour le coup c'est franchement bof. Même notre ersatz de Jason semble tellement le cul entre deux chaises (un peu humain, un peu je sais pas quoi) qu'on y croit pas vraiment et la palanquée de meurtres hors champs ou dont on ne voit que le résultat finit de nous questionner sur la raison de notre présence devant ce machin. Oui je sais, le budget était surement rachitique et le gus fait ce qu'il peut en bon amoureux du genre pour nous rassasier.. Mais tout de même, on a l'impression de s'être fait avoir sur la marchandise.. Begos nous livre un véritable pot pourri (plus pourri que pot d'ailleurs) de gloires passées du cinéma d'horreur comme "The Hidden" (le passage d'un corps à un autre), "The thing" (la ressemblance du rouquin avec certains personnages et ce cri qu'il pousse..), "Vendredi 13" (pour le côté slasher impitoyable), "ReAnimator" (pour le cuni dégoulasse -- A ce titre, l’héroïne voit son pantalon carrément disparaître d'une scène à l'autre..), "La soupe aux choux" (pour la musique), "Daktari" (pour étayer un peu cette liste)...  Alors oui, ça saigne un peu, y a quelques éclatages de tronches rigolos (dont un avec une grosse pierre à la fin plutôt gratiné)  mais pas vraiment de quoi casser trois pattes à un canard, même unijambiste..

Encore un film dont j'avais énormément entendu parler et dont j'attendais beaucoup (tout au moins pour l'ambiance et le gore) et qui finalement m'aura tenu dans une léthargie bien difficile à combattre. Mou du genou, téléphoné à mort, pas si gore que ça et surtout mal foutu de tous les côtés, le film prend vite l'eau et nous avec. A voir avec une bouée autour de la taille et un très gros potentiel indulgence...
2s5



Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier