Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

18Mai/151

Critique: Mad Max Fury road – Georges « God » Miller – 2015

madmax4Synopsis:
Notre monde n'est plus. L'empereur Immortan Joe s'est octroyé une place de choix en prenant le contrôle de l'eau, élément venant à manquer, et source de toute vie. Suite à la trahison d'un de ses meilleurs lieutenants, Furiosa, il va se lancer à sa poursuite avec la ferme intention de récupérer ce qui lui est dû. Leurs routes vont croiser celle de Max Rockatanksy, homme perdu et brisé par la mort de sa famille, qui va devenir le fer de lance de cette poursuite impitoyable.

L'avis de David:
Une claque comme ça je ne me souvenais pas en avoir pris dans ma vie de cinéphile qui pourtant  compte un sacré paquet d'heures de vol au compteur.. Il s'agit d'une de ces claques qui vous décolle instantanément la rétine, vous fait sauter tous les plombages et inverse vos poumons dans votre cage thoracique au point de vous couper littéralement le souffle. Proposer une nouvelle suite à la mythique série des "Mad Max" (même si le 3 était pour moi un ratage mielleux et totalement hors sujet) n'était vraiment pas gagné d'avance quand bien même on sentait venir le machin à des kilomètres (la mode des remakes/reboot battant son plein..). Mais encore une fois c'est le patron lui même qui s'y colle. Georges Miller rechausse donc les crampons et le dentier (70 ans au compteur et surement toutes ses dents vu la puissance qui se dégage de sa caméra) pour nous proposer une nouvelle aventure de son héros fétiche crée maintenant il y a plus de 36 ans.. On prend les mêmes et on recommence me direz vous.. Le désert, le monde en train de s'éteindre, un homme tiraillé par son passé et toute une bande de dégénérés bons à rien et surtout mauvais en tout.. Oui, sauf que Miller nous envoie l'un des plus grands road movie de l'histoire du cinéma en travers de la tronche, rien que ça. Avec un aplomb infernal, il aligne une course poursuite de près de 2 heures, apte à renvoyer tous les "Fast & Money" et autres plats de nouilles chinoises jouer du banjo sur le bord d'une route en Arkansas.. Et en tendant la main s'il vous plait! Des images sublimes (la photo est à tomber), une action toujours lisible, de l'ultra-violence mais aussi un humour noir incisif, percutant, et surtout des cascades absolument démentielles. Car oui, tout ou presque est réalisé en live et sans CGI (ils ne participent à la magie que pour gommer les câbles des cascadeurs et pour le bras manquant de Charlize Theron) avec les tripes et la paire de balloches en prime (et une bonne dose de maîtrise aussi quand même). Ça pète, ça vole et ça explose avec la virtuosité d'une danseuse de ballet, les bastons homériques s’enchaînent à la vitesse de l'éclair et tout semble toujours aller crescendo. Une gageure tant la scène qu'on a devant les yeux semble inégalable et est pourtant tout simplement explosée dès l'arrivée de la suivante (la dernière baston est tout bonnement impossible à décrire tant elle enfonce tout ce que vous avez pu voir jusqu'ici).. Tom Hardy est juste impeccable dans le rôle tenu autrefois par Mel Gibson, Hugh Keays-Byrne est de retour dans la peau d'un méchant effrayant mais dont on perçoit l'humanité latente (le chef des motards de "Mad Max" en 79, c'était déjà lui..) mais c'est surtout Charlize Theron qui semble voler la vedette à notre héros tant elle affiche une prestance qui force le respect. Car oui, ce sont bien les femmes qui sont au centre de cette confrontation virile, dernier rempart entre le bien et le mal, véritables chiennes d'Hadès (aussi appelées Furies.. joli jeu de mot sur le titre..) prêtes à livrer bataille jusqu'à la mort pour sauver la vie (Furiosa saigne d'un œil à la toute fin, image souvent utilisée pour représenter ces divinités). Les allusions à la mythologie sont d'ailleurs légion comme Max, qui passe le premier tiers du film attaché à l'avant d'un camion, tel la sirène sur la proue d'un bateau.. On peut aussi noter ce fond de critique de notre société toujours plus décadente et vouée à une extinction qu'elle a elle même programmée (Immortan Joe appelle l'eau "Aqua Cola"); une sorte de miroir aux alouettes de ce qui nous attends en somme (le pétrole étant remplacé par l'eau)... De l'action non stop, très peu de dialogues, des images à couper le souffle, une intelligence sur tous les plans,voilà ce que vous propose Georges Miller au travers de cette nouvelle aventure de notre "Aigle de la route" préféré.. Vous n'oseriez pas manquer ça tout de même?...

"Mad Max Fury road" est très certainement l'un voir le plus grand film d'action sur lequel mon regard a pu se poser. Une succession d'images vous brûlant la rétine à jamais, imprimant ses nombreuses séquences iconiques directement dans votre subconscient. Si j'avais pu mettre la note de 6/5 à ce chef d'oeuvre, croyez moi je l'aurais fait. Vu pour la première fois pour moi en 4D (sièges dynamiques) et l’expérience a été totale (la synchro avec le film était époustouflante).. Une seule chose à dire.. Mr Georges, Merci.. Encore merci.. et peut-être, What'else..?
5s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier