Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

26Juin/150

Critique: La nuit des sangsues – Fred Dekker – 1986

sangsueSynopsis:
Une course poursuite entre extra-terrestres se solde par le largage d'une étrange capsule dans l'espace. Celle-ci s'écrase sur notre belle planète bleue dans une petite ville des Etats-Unis. Johnny et sa compagne, se promenant en forêt, vont la découvrir avant d'être éliminés. Des années plus tard, deux universitaires relèvent le défi de sortir un cadavre du laboratoire de leur campus et vont tomber sur celui de Johnny. Ce qu'ils vont réveiller va les entraîner dans un véritable cauchemar..

L'avis de David:
Si il y a une chose qu'on peut dire à propos de ce "Night of the creeps" c'est qu'il est bien ancré dans son époque. Totalement eighties (l'introduction du film, un peu nawak, en est un parfait exemple) le film fait furieusement penser à des œuvres comme "X-tro" ou "The deadly spawn" entre autres (qu'on devrait bientôt voir débarquer sur Grim d'ailleurs). Fred Dekker nous livre une première péloche bien déjantée qui fleure bon le gore et les nichons (le monsieur écrira ensuite l'excellent "House" et réalisera le très mauvais "Robocop 3"). On ne peut d'ailleurs pas s'empêcher de penser qu'un certain James Gunn (désormais gardien d'une galaxie pas si lointaine) s'en est très certainement fortement inspiré pour son gluant "Slither" ("Horribilis" chez nous.. Allez comprendre..). On me souffle également dans mon oreillette qu'un certain Jackson (Peter de son prénom je crois) aurait également emprunté la tondeuse du film.. Ben ouais, en 10 ans, l'herbe ça pousse, les zombies aussi.. Alors oui, ça bouffe à tous les râteliers, c'est limite parodique par fulgurances mais qu'est-ce que c'est fun! Une armée de zombies, des machins gluants qui sortent de partout (vraiment de partout), des gens qui crient et qui jouent mal en même temps, des répliques et des situations comiques qui font rire (volontairement ou non).. Un vrai bonheur. Au rayon des petites anecdotes, on notera des clins d’œils à la pelle (Pas celle du 18 juin hein..) comme la "Corman University" en référence à Roger Corman, Greg Nicotero et Howard Berger, deux des prodiges de KNB ("The Walking Dead") qui pour une fois s'éclatent à jouer les zombies eux-mêmes ou encore le fameux "Plan 9 from outer space" qu'on verra tourner sur une télé au détour d'un travelling. Pour resituer le propos, l'humanité se trouve donc aux prises avec une race d'Annélide spécialisée en lobotomie qui prend possession des humains et lève du coup une véritable armée de soldats morts-vivants. Tout un programme. On y retrouve tout ce qui fait le bonheur des films de cette sacro-sainte période révolue à savoir des effets-spéciaux live réussis, des séquences totalement inutiles dans les vestiaires des filles ou une collection de blagues potaches alignées par une bande de jeunes torchés mais toujours prêts à en découdre avec nos envahisseurs baveux. Au rayon du casting, Tom Atkins ("Halloween 3, le sang du sorcier" ou "The Fog") fait le malin en détective pataugeant dans la bave ("C'est une enquête ou une mauvaise série B?".. je le cite..), pour le reste il vaut mieux les passer sous silence.. Et puis quoi de plus sympathique qu'une bestiole avec une telle oreille musicale.. Ben oui, la sangsue ça fait des ouvertures de bête aux veines... Oui je sais, je suis loin déjà.. Très loin.. La haut, La haut, très loin dans l'espace...

"La nuit des sangsues" est donc un film de drive in typique, qui prend tout son sens quand on débranche son cerveau et qu'on empoigne son paquet de pop-corn d'une main, l'autre posée sur le ventre. L'exemple de la parfaite série B comme il en fleurissait dans les années 80, troussée et gore comme il faut. A noter tout de même que ce petit film sans prétention amorcera une nouvelle ère pour le cinéma d'horreur à bien des égards (qu'un certain "Braindead" entérinera pour de bon quelques années plus tard).. Le chaînon manquant entre deux époques en somme.. Un chouette plaisir coupable avec un goût de reviens-y en tout cas.
4s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier