Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

15Juil/150

Critique: Deadly Spawn – Douglas McKeown – 1983

deadlyspawnSynopsis:
Fraîchement débarquée d'une météorite, une race de créatures extra-terrestres particulièrement belliqueuse et fertile va élire domicile dans la cave d'une maison. Peu à peu, le terrible monstre va lancer sa progéniture à la conquête du monde..

L'avis de David:
Nanar pur jus ayant fait le bonheur des vidéos-clubs durant cette sacro-sainte période bénie des années 80, "The Deadly Spawn" ("La chose" chez nous.. allez comprendre..) est l'exemple type du machin bricolé dans la cave à mémé qui s'assume tellement qu'il en devient jouissif. Douglas McKeown nous concocte là un cocktail d'humour involontaire, d'effets spéciaux artisanaux réalisés à la main et de nawak sentant le système D sur tous les fronts. Hommage à peine caché du "Alien" de Scott (une rumeur qualifiera même ce film de suite(!) ce qui aida fortement à son exploitation) ou du "The thing" de Carpenter, cette énième attaque de monstre venu de l'espace titillera sans aucun doute la corde nostalgique des fans de genre que nous sommes. Je me souviens même en avoir vu des pans entiers dans un film foutraque nommé "Terror on tape" qui présentait un tenancier de vidéo-club chargé d'effrayer jusqu'à la mort ses clients à l'aide d'extraits de films terrifiants (on pouvait aussi y contempler "The Slayer" de JS Cardone ou le cultissime "Cauchemars à Daytona Beach" de Scavolini dans sa version non expurgée de gore..); un grand moment.. On y retrouve donc des vers gluants et rampants, une mère porteuse énorme et pleine de dents (même si quand elle se déplace on la croirait montée sur roulettes), des acteurs amateurs totalement nuls en roue libre, l'ensemble donnant un curieux melting pot Z qui ne peut s'empêcher d'attirer la sympathie. Pour je ne sais quelle raison, je ne peux m'empêcher de le comparer à "Evil Dead" de Raimi (le génie en moins tout de même) pour sa générosité et son envie de tout bien faire avec presque rien. Les amateurs de gros machins visqueux y trouveront une créature particulièrement bien foutue, détaillée et affamée juste comme il faut. On y croirait presque! En même temps, c'est connu, les extra-terrestre ça existe, c'est juste qu'ils préfèrent se promener sur une autre planète que celle de Chuck Norris.. A ce propos, certains passages frisent la comédie (même si il est fort probable que cela ne soit pas voulu) alors que d'autres arriveraient presque à faire illusion (les petits vers qui grouillent et se déplacent sur le sol et les murs) grâce à des effets finalement efficaces emmenés par un John Dods qui commettra ensuite certains monstres de l'encore plus foutraque "Spookies" de Genie Joseph. Le film aura même le droit à une pseudo-suite ("Métamorphosis the Alien factor",1990) bien moins réussie ou en tout cas bien moins attachante.

"La chose" restera donc une bête de Vidéo-Club, véritable exemple des films à la générosité exacerbée qui fleurissaient sur les étalages des rayons horreur, réalisés à la main par des amateurs amoureux du genre et c'est déjà pas mal. Alors oui, les plus jeunes le trouveront certainement désuet et daté, mais tant pis; c'est tout de même foutrement sympathique et ça mérite au moins une vision entre potes après un apéro histoire d'animer une chaude soirée d'été. A noter au passage que James Gunn s'en inspirera très fortement (ça sent l'hommage à plein nez) pour son "Slither" ("Horribilis") sorti en 2005.. Avis aux amateurs de politique, les vers prennent le pouvoir... C'est beau l'écologie..
3s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier