Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

4Août/150

Critique: Class 1984 – Mark Lester – 1982

class84Synopsis:
Andrew Norris est le nouveau professeur de musique du Lycée Lincoln. Il va très vite se heurter à un petit groupe d'individus menés par une forte tête, Peter Stegman. Psychopathe génial mais dangereux, celui-ci ne supportera pas la résistance de l'enseignant à son égard et leur relation atteindra un point de non retour qui va les faire basculer dans la violence la plus totale..

L'avid de David:
Juste avant un "Commando" qui rentrera dans les annales du film d'action bourrin avec notre Arnold préféré portant des troncs d'arbres et balançant au moins trois vannes à la minute, Mark L.Lester signe ici ce qui restera très certainement l'un des meilleurs films de gangs jamais réalisé (et il y en a eu depuis, "The Substitute", "Esprits rebelles", etc..). Plus de trente ans après, on aurait pu penser que le film prendrait un sacré coup de vieux (surtout au vu de ce qui peut se passer aujourd'hui derrière les murs de nos écoles); et bien que nenni! Aidé du père Holland (le génialissime "Vampire,vous avez dit vampire?" ou encore le premier Chucky "Jeu d'enfant"), il signe un scénario prémonitoire, comme pour nous avertir de la gangrène qui est en train de nous ronger actuellement.. Perry King (la série "Riptide") endosse donc le rôle d'un professeur habité, désireux de bien faire mais tiraillé entre cette bienveillance et la rage qui fait monter en lui une violence dont il n'est pas coutumier. Timothy Van Patten, fils de Dick Van Patten ("Huit ça suffit", vous vous souvenez?) campe pour sa part une des têtes à claques les plus antipathiques qu'on ai pu voir dans ce genre de films, et il le fait très bien, parvenant à sublimer les deux visages de son personnage (l'enfant réservé,choyé et le leader ultra violent et sans pitié); la séquence ou il s'empare du piano de Norris en se mettant à jouer tel un virtuose restera gravée à tout jamais dans mon esprit tant elle marque ce contraste saisissant, cette si mince frontière entre le génie et la folie (à noter que le morceau à été écrit par Van Patten lui même et qu'il est de toute beauté..). Nous nous retrouvons donc, nous simples spectateurs, plongés dans le chaos d'une école que la société aurait emmenée au bord du gouffre et dirigée par un groupe de fous dont les seules limites sont celles qu'ils s'imposent. On assistera, la rage au ventre, à la lente descente aux enfers de ces professeurs, impuissants, malmenés, que même la justice met en porte-à-faux en désavouant leur parole. Le paroxysme sera atteint avec le viol de la femme de Norris (scène coupée au passage afin d'éviter un classement X au film) qui déclenchera chez lui la même soif de violence animant ses bourreaux. Lester fait fort, très fort. Le film reste encore de nos jours très impressionnant; violent, gore, outrepassant très souvent les limites et lui valant à l'époque une interdiction aux moins de 18 ans; il est toutefois basé sur un ensemble de faits-divers qui faisaient les choux-gras des journaux de l'époque aux Etats-Unis (comme cette histoire d'un prof contrôlant ses élèves à l'aide d'un pistolet.. scène présente dans le film). Porteur d'une morale qu'on pourrait qualifier de discutable (Lester n'ayant jamais été reconnu pour faire dans la dentelle), "Class 1984" prends le parti de nous parler d'un futur qui n'a que deux ans d'écart avec l'année de sa sortie comme pour nous prouver que ce futur là, il est à nos portes. Et peut-être aussi que l'avenir que nous proposent l'Etat et les institutions en pratiquant la politique de l'autruche, ressemble à s'y méprendre à Stegman et sa bande...

"Class 1984" restera pour moi une oeuvre inoubliable, qui n'a finalement pas vieillie et qui assène toujours un bon uppercut à celui qui le regarde. Très certainement le meilleur film de Mark L.Lester, doté d'une interprétation sans failles (on y voit même un certain Michael J.Fox faire ses débuts.. décidément, quel retour vers le futur..) épaulé par une bande originale percutante (Ahhh Alice Cooper..) et emballé par une réalisation très efficace. Le rythme ne faiblit pas, allant crescendo jusqu'à un final violent et gore qui restera dans les mémoires. Une pièce maîtresse, toujours d'actualité à voir absolument.
5s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier