Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

3Sep/150

Critique: Wolfcop – Dean Lowell – 2014

wolfcopSynopsis:
Plusieurs disparitions étranges ont eu lieu ces dernières semaines et risquent de compromettre une fête de chasseurs.. Un truc bien bourrin mais d'un concept on ne peut plus simple: "Boire et tirer". Un loup garou de la police (jusque là rien d’anormal) en fin limier, a décidé de faire régner la loi et l'ordre coûte que coûte. Bien qu’innocent jusqu'à preuve du contraire, il n'est pas étranger à cette affaire de disparitions; bref, il n'a pas pattes blanches, Lou Garou (c'est son nom, pas du Niçois)...

L'avis de Mike:
mike…Mais bel et bien un film Canadien, qui me fait dire que vous nous avez lâché une belle perle (avec joke évidement). J'en profite pour faire un exercice de style rien que pour vous chers amis Québecois, je sais que vous êtes nombreux sur ce site (j'ai vu les stats). N'ayant pas de blonde Québécoise, j'ai inclus quelques expressions que je placerais ça et là. A mes risques et périls, donc ! C'est un ostie d'calisse d'film, ça fesse dans le dash ! (si je me suis pas planté, c'est bon). La campagne électorale bat son plein en ville et Terry Wallace essaye d’évincer sa rivale en place, dont la garantie a plus qu'expirée. Lou, lui, a préféré faire un stop au bar; accoudé au zinc il oscille entre 2 et 3 grammes dans chaque œil. La barmaid serveuse/confidente/psy (les meilleurs de la terre soit dit en passant) ne reste pas insensible au charme animal de celui-ci. De nuit, il retourne au commissariat avec une jolie pleine lune en fond; une plainte pour tapage nocturne le fait repartir, il se retrouve en pleine forêt, un cri retenti et il découvre Terry Wallace accroché tête en bas et pieds en l'air avant de se faire assommer. Dans un semblant de flash il voit des hommes vêtus de tuniques et de masques mais le flash s’évapore à la sonnerie de son réveil (dans son lit). Il entame de se raser, soulève son t-shirt et horreur, découvre un pentagramme tailladé sur son torse. Dehors il s’aperçoit qu'il possède une ouïe très sensible et un odorat beaucoup plus développé qu'à l'accoutumée; bref, toutes les caractéristiques pour réussir un entretien d'embauche comme loup garou du premier coup. Ils retournent lui et son collègue sur les lieux d'hier soir car le tapage nocturne s'est transformé en meurtre.. Lacération au cou et seringue d'héro au bras, c'est le prétendant au trône de maire dont la garantie a expiré tout compte fait. En humant le cadavre, des flash lui reviennent; il était là, mais c'est vague; il a des motons dans l'estomac et se fait du sang de cochon (en tant que loup garou). Bref il a les bibittes. Avec tout ça, la fête "Boire et tirer" tombe à l'eau (donc aucun intérêt). Lou part s'en jeter un petit. Avec les regards que lui lance la serveuse toujours aussi sexy, y'a pas que les poils qui vont se redresser et il commence a avoir la mine dans le crayon... Mais avant, ça lui bouillonne dans le fond de la flûte et il va donc aux toilettes. La belle se préparant à une nuit inoubliable en haut, Lou va sentir une sensation inoubliable lui aussi mais d'un autre genre et par le bas... Placé devant l'urinoir, la transformation s'effectue par le zboub (bien Français celle-là) qui se met à gicler le sang de partout et à éclater. Habituellement, les toilettes pour hommes sont connus pour certains loupés mais là, ça atteint quand même le plafond ! Pendant que Lou se met sur son trente-six pour être présentable en lycanthrope, des malfrats armés viennent essayer de le capturer; et ça va virer au carnage: du scalp' minute et autres démembrements.. Lou s'enfuit et part errer dans la forêt ou un de ses potes "Willie" (qui tient une armurerie) le recueille chez lui. Ils vont découvrir que le fameux soir, le maire a été transformé en bête féroce et qu'il a à sa poursuite des "changelins". Pour sauver son ami, Willie décide de le mettre sous les verrous au commissariat et a aussi apporté une caméra sur pieds. La transformation débute ou plutôt l’éclosion de son enveloppe de chair.. Mais quasi instantanément, ses habitudes reprennent le dessus et il se saisit d'une bouteille de whisky en mangeant un Donut. Willie plutôt content pour son ami se pose. Le téléphone sonne, Lou réponds (normal) et note l'adresse. Il remet son uniforme et va faire régner la loi sous son vrai visage ! Quoi de plus normal dans un film normal ou le raffinement n'as pas trouvé sa place mais qui est placardé dans tous les coins de déconnade. Politiquement incorrect et assumé, il vente ouvertement les mérites des armes a feu, de l'alcool a profusion, de la chasse, du braconnage à gogo, de la maltraitance des animaux, j'en passe et des meilleures. Excellent.. De toute façon la jaquette parle d'elle-même.

Des rebondissements, des désillusions (surtout vers la fin)... Dure dure sera la chute, mais chuuut ! Une cuvée 2015 d'exception sur la lycanthropie, servie bien fraîche, qui redonne du galon aux vieux films datés et traditionnels sur les loups-garous empaillés depuis belle lurette. Le tout aspergé d'humour de tout type, clins d’œils, visuels bourrins, même la fable du petit chaperon rouge a été remixée version serveuse bumpée, la brassière et les bobettes volent en éclats. J'ai beurré épais mais j’espère que mon Franco/Québécois n’était pas plate ni quétaine et ne pas avoir mis les deux pieds dans la même bottine. À la revoyure. (P.S: le site wolfcop.com regorge de petits trucs sympas, des "behind the scene" et est très bien fait. Allez y faire un tour si vous avez aimé le film. Je déconseille de regarder la bande-annonce qui pourrait bien trop vous en monter. Se consomme a petite gorgée, un verre a la fois.)
5s5


 
Le Québécois pour les nuls:
Bobettes : sous-vêtement, slip, petite culotte
Être sur son trente-six : bien habillé
Pogner : avoir du succès chez le sexe opposé
Ça me bouillonne dans le fond de la flûte : avoir un besoin urgent d'aller aux WC
Avoir de la mine dans le crayon : avoir un gros appétit sexuel
Beurrer épais : exagérer en racontant une situation
Brassière : soutien-gorge
Ça branle dans le manche : c'est pas solide
Elle est bumpée celle-là : elle a une forte poitrine
Faire patate : manquer son coup
Faire (se faire) du sang de cochon : être très inquiet
Avoir des motons dans l'estomac : être angoissé
Avoir des bibittes : troubles, idées noires, inquiétudes
Avoir les deux pieds dans la même bottine : être maladroit, empoté
C'est plate: c'est ennuyant
C'est quétaine : c'est ringard

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier