Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

10Sep/150

Critique Court-Métrage: Muffin – Loïc Jouenne – 2015

muffinUne fois n'est pas coutume, nous allons restreindre notre désir viscéral de longueur et jeter un œil par la fenêtre qui donne sur les courts. Et à Grim, nous avons le péché de gourmandise (en plus des autres). Loïc Jouenne en a profité pour jouer sur notre corde sensible en nous offrant un "Muffin" (Vilain tentateur !), pâtisserie moelleuse au demeurant mais qui en devient sordide lorsqu'elle passe dans les main de son créateur. Écrit et réalisé donc par ses soins, il nous concocte une recette pour le moins détonante. Mais commençons par le commencement, quick-bio :

En 2012, tu réalises ton premier court-métrage "A double sens" (qui m'a scotché). Histoire bizarre, sensation de rêve éveillé le tout accompagné d'une musique superbe. Ensuite, vient en 2014 "No More Graves", court également, mais de 12 minutes tout de même. Ouverture avec un noir total qui deviendra récurrent chez toi. 2015, "Huldra". On sent tout de suite une maturité maintenant acquise et une certaine aisance. Image épurée, jeu sur les ombres (je retiens d'ailleurs le nom du directeur photo : Mr Clement Baudu-Armand qui à mon humble avis, n'a pas fini de nous en faire voir) mais avant tout, un scénario glacial. Ce court est angoissant, flippant. Je l'ai regardé dans le noir, casque sur les oreilles, je peux vous assurer qu'il vous captive totalement (essayez, vous verrez par vous même). J'ai tout de suite aimé l’étrangeté de tes univers crées de toutes pièces (on est constamment attiré vers leurs destination) ainsi que ta manière de capturer l'image et d'imposer ton point de vue. Lors de nos échanges tu m'as dit "fonctionner à l'instinct"; ça se sent et c'est génial.

Et enfin "Muffin", le dernier en date. Mettez votre serviette, on passe a table car je m’apprête à vous le faire dévorer après l'avoir moi même disséqué. Donc, Séquence #1 : Intérieur – Salle – Jour ... Un petit bonhomme bien dans ses chaussettes, se prélasse dans son fauteuil. Il sirote paisiblement un café aux sons des craquements d'un bon vieux vinyl de derrière les fagots. Ambiance vintage, petite tenue, la vue par la fenêtre est belle, la vie aussi. Mais tout ça c’était avant que l'on frappe à la porte d'entrée ; On appréciera, lors de son déplacement, sa silhouette et sa virilité exubérante mise en exergue avec l'élégance d'un joli slip kangourou (vintage lui aussi !). Mais, c'est qui ?? C'est Julie à la porte ! La nouvelle voisine ! Et elle a la pêche Julie; elle vient avec une assiette de muffins et tape l'incruste chez le pépère qui arbore "un air perplexe", voir fondu dans le ni chaud ni froid. Je n'en dirais pas plus, à vous de voir la suite, mais le côté agréable va vite tourner court, si je puis me permettre... Non content de nous aguicher les papilles, Loïc nous en met plein les lentilles. Du travail soigné, filmé à Paris, Il me confie : "Les idées me viennent d'un coup en fait, Je ne saurais pas vraiment expliquer". Je te souhaite vivement d'en avoir d'autres comme celles-ci. Trio d'acteurs propres sur eux, chacun ayant son rôle bien défini et qui lui va comme un gant : Grégoire Monier (Alias Kangourou, je me permet), Nathalie Couturier (Elle a la pêche Julie !!) et Citilali Le Clerre (dans le rôle que je ne dévoilerai pas, juste qu'elle a bon appétit, c'est tout). Coté rayon Hi-Tech : Canon 5D mark 3 + Mizars/Poly. En tout cas, l'essentiel d'un court c'est qu'il soit simple et efficace. Pari gagné Monsieur Loïc.

mikeMike.
Le lien Youtube et pour tout voir et tout savoir: http://loicjouenne.jimdo.com/
Ce court sera, si j'ai bien tout compris, projeté au Bloody Week-eend cuvée 2015 de Loïc, mais l'autre (Bugnon). Voilà voilà..

Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier