Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

18Oct/150

Critique: The Green Inferno – Eli Roth – 2013

greeninfernoSynopsis:
Justine, fille d'un riche avocat travaillant aux Nations Unies, tombe sous le charme du ténébreux chef d'une obscure association, Alejandro. Elle décide de partir à l'aventure avec son groupe afin de défendre la cause d'une tribu indigène menacée d'être exterminée par un promoteur assoiffé d'argent. Dès leur arrivée sur place, tout ne va pas se passer comme prévu..

davidL'avis de David:
Une déclaration d'amour aux films de cannibales Italiens des années 80, voilà ce que c'est que ce "Green Inferno" sorti tout droit de l'esprit malicieux de notre Eli Roth préféré (en même temps, y en a pas d'autres..). Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est faite en bonne et due forme, le genou à terre et le bouquet de fleurs à la main. De mémoire, depuis "Cabin Fever" et les fameux "Hostel" (1 et 2 tout du moins), le jeune réalisateur ne semblait plus trop inspiré, cachetonant ici et là dans diverses productions plus ou moins Glorious ou même carrément Bastards.. Bref, le voilà de retour aux commandes et avec un hommage qui semblait vraiment lui tenir à cœur. Et dieu sait qu'il fallait en avoir du cœur pour défendre ce bébé devant l'adversité ambiante, les distributeurs frileux, les censeurs tout énervés qui ont réussi à bloquer le film pendant près de deux ans. Dès qu'il s'agit de pognon, on les voit les cannibales (comme aurait dit le petit gamin tout rouge du film, ce soir on mange un crétin aux courgettes).. Ce "Green Inferno" se retrouve donc carrément relégué au visionnage via le e-cinéma, ce qui vous me direz est déjà mieux que rien. Et alors, hommage de haut vol ou purge née d'une colique néphrétique, ça vaut quoi le film de cannibale du Monsieur? Et bien c'est plutôt pas mal, voir même très bien. On avait pas vu le Eli aussi en forme depuis longtemps; alors certes, on est pas au niveau des classiques "Cannibal Holocaust" de Deodato ou encore "Cannibal Ferox" du prolifique Lenzi mais le coup n'est pas passé très loin. On est d'ailleurs en droit de se demander ce qui fait qu'on atteint pas la plus haute marche du podium.. Tout semble y être: de l'aventure, des acteurs pas trop mauvais (c'est ce qu'en disent en tout cas les cannibales), du gore, des autochtones qui ont de la gueule (le Schtroumpf orange mixé à Gargamel armé d'une hachette artisanale fout les pétoches) et même de l'humour, beaucoup d'humour.. Trop peut-être.. Le sang coule à flots, les têtes volent, sont arrachées, les yeux extirpés des boites crâniennes et les corps directement mis au four à bois (on s'attend presque à voir un petit entrer dans une hutte en disant:"hum.. ça sent bon, c'est qui?") et pourtant on semble loin du glauque et du malaise qu'on pu nous inspirer les films cités précédemment. "Cannibal Ferox" me faisait froid dans le dos car on atteignait un degré d'horreur dans les tortures infligées qui nous faisait craindre pour la victime suivante (la fille pendue par les seins est juste inoubliable).. Vont-ils faire encore plus mal?.. On s'identifiait à cette bande de tarés venus de la ville qui se faisait inculquer les bonnes manières et du coup on avait mal pour eux.. Ce n'est pas trop le cas ici. Peut-être la faute à des vannes censées rendre le tout plus digeste ou à cette outrance qui parfois fait pencher la balance dans le mauvais sens.. Et puis on en avait tellement entendu parler qu'on en attendait peut-être trop.. Mais attention, ne vous y méprenez pas, c'est très très loin d'être mauvais, bien au contraire. Roth s'en sort très bien, filme le tout très proprement et nous livre une sorte de mix entre "Amazonia la jungle blanche" et "Cannibal Holocaust" qui fait plaisir à voir; un véritable amoureux du genre et ça se ressent. L'humour un cran en dessous, des cannibales un rien moins outranciers et un peu plus d'originalité dans les mises à mort (comprenez dans la gestion de ce qui fait mal par procuration au spectateur, le plus sympa étant l'idée des fourmis..) et on obtenait le film de genre de la décennie.Tiens au fait, vous savez vous pourquoi les cannibales ne mangent jamais de clowns? Non? Ben apparemment parce que ça a un drôle de goût..

"The Green Inferno" est un excellent film mêlant horreur,gore,aventure et humour qui ravira les fans désireux de se faire une soirée ciné entre potes en sirotant binouzes et en enchaînant les paquets de cacahuètes. Un "Cannibal Holocaust" un peu beauf, la peur viscérale en moins donc, mais qui envoie tout de même du lourd dans le gore et les tripailles. Un grand merci en tout cas à Mr Roth pour l'exploit d'avoir pu produire, réaliser et distribuer un tel film de nos jours. Respect.
4s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier