Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

3Déc/150

Critique: La revanche de Freddy – Jack Sholder – 1985

freddy2Synopsis:
La famille Walsh vient d’emménager dans une charmante maison abandonnée de Elm Street. Jesse, l'ado de la famille, fait d'affreux cauchemars qui semblent prendre écho dans la réalité. Il y voit Freddy Krueger qui tente de se servir de lui pour commettre à nouveau d'horribles crimes touchant les jeunes adolescents du quartier...

davidL'avis de David:
Après "Les griffes de la nuit", coup de maître du regretté Wes Craven, la New-Line remet le couvert avec la ferme intention de gagner autant de brouzoufs que la première fois. C'est Jack Sholder (l'excellent "The Hidden") qui va s'y coller et qui va bousculer un peu le mythe (Wes Craven ayant déclaré forfait après la lecture du scénario.. sic).. Parceque oui, cette nouvelle cuvée de notre boogeyman préféré est très différente de la précédente à bien des égards. Oubliez les règles instaurées auparavant et cette propension de Freddy à hanter les cauchemars et place à la réalité bien réelle (enfin je m'ai compris).. Celui-ci va se servir des songes d'un ado un peu paumé et influençable pour poser ses petons sur notre bonne vieille terre ferme; et en plein jour s'il vous plait.. Même si on peut regretter ce changement de direction plutôt brutal (et qui annihile au passage une bonne partie du potentiel trouille du monstre) il faut tout de même avouer que Sholder réussit plutôt bien à instaurer une ambiance sale, poisseuse, malsaine même. Le message Gay qui transite derrière une bonne partie des séquences du film ajoute une pointe de perversité et l'on est en droit de se demander si ce fameux Krueger que Jesse trimballe en lui n'est pas la cristallisation de son homosexualité refoulée (sans parler des scènes dans le bar sado-masochiste et des gros plans incessants sur les postérieurs de jeunes hommes presque toujours sous la douche..). Drôle d'image donc si on considère que le monstre se trouve être en fait le côté sombre/mauvais du jeune homme... A côté de ça le film se laisse regarder et nous offre même quelques séquences à effets-spéciaux du plus bel effet (la scène de transformation dans la chambre est vraiment superbe); le croque mitaine nous gratifie de quelques coups de griffes bien sentis qui lacèrent les chairs avec une efficacité certaine mais semble tout de même bien moins puissant que dans l'opus précédent. La faute à son arrivée dans le monde réel qui lui ôte cette invincibilité qui le caractérisait et qui finalement le rendait si effrayant. On pourrait presque ici parler de guest-star tant son rôle dans l'histoire est anecdotique et totalement évincé par Jesse et ses névroses existentielles. Égratignons un peu au passage les incohérences du script qui sont légions avec par exemple un gant qui disparaît au gré des scènes et des griffes qui sortent directement de la main du célèbre grand brûlé (Wolverine n'était pas loin); la légende voudrait que le fameux gant fut volé pendant le tournage, obligeant l'équipe à recourir à quelques pratiques douteuses.. Un vrai bordel donc, qui part un peu dans tous les sens mais qui nous offre un spectacle regardable et suffisamment impressionnant pour rester divertissant (même si il restera l'un des épisodes les plus faibles de la saga).

Freddy se tape une revanche qu'on aurait souhaitée plus à son image, c'est à dire effrayante, mais qui se révèle finalement plus grotesque qu'autre chose. Grand guignol, bordélique et sans réelle cohérence, Jack Sholder nous offre une version bien à lui du monstre de Elm Street. Ça se regarde sans déplaisir (merci les séquences chocs et leurs effets spéciaux toujours percutants) mais ne figurera certainement pas parmi les inoubliables, loin de là.. Allez Freddy, sort de la nuit maintenant (ah non, ça sera pour plus tard en fait..)!
2s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier