Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

10Déc/150

Critique: Freddy 3, les griffes du cauchemar – C.Russel – 1987

Freddy_3Synopsis:
De jeunes adolescents victimes de terribles cauchemars sont soignés dans un établissement spécialisé par le docteur Gordon. Nancy, victime dans sa jeunesse du terrible tueur d'enfant Freddy Krueger, décide de leur venir en aide. Elle va proposer à Neil Gordon de tenter un pari fou: tous se retrouver dans le même rêve via l'hypnose afin de combattre le croquemitaine.

davidL'avis de David:
Retour aux sources.. Voilà comment on pourrait considérer ce "Dream Warriors" mais pas que.. Loin du changement de cap radical du second opus (critiqué ici juste avant), Russel revient aux fondamentaux en recentrant son récit sur le domaine des rêves, épaulé en prime par un retour triomphal d'Heather Langenkamp, la jeune Nancy de l'épisode 1. Véritable menace fantôme (hum), Freddy redevient le monstre que l'on aimait tant et recommence à se servir des rêves pour faire à peu près tout et n'importe quoi. Pour témoin cette scène d'ouverture ultime mettant un des personnages principaux en face d'une chenille géante particulièrement affamée (chenille qui valu quelques déboires à l'équipe des trucages puisque jugée trop.. phallique..). Tous les ingrédients sont réunis cette fois: de l'humour (Freddy balance quelques punchlines qui resteront à jamais gravées dans la tête des fans.. "Tu vas crever l'écran, salope!"), un scénario qui tient la route (signé Wes Craven et Franck Darabont tout de même.. oui oui, le papa de la série TV Walking Dead), des trucages encore impressionnants aujourd'hui et surtout, surtout, une propension au délire qui fait plaisir à voir. Parceque oui, on est clairement dans le délire le plus total. On pourrait limite penser qu'on se retrouve nous aussi plongés au milieu du cauchemar avec tous les protagonistes tellement certaines situations paraissent dingues. Infirmière sexy toute brûlée (c'est marrant, elle ressemble à quelqu'un mais je retrouve plus son nom..) qui joue avec SES langues (sic), télé qui s'anime et qui emboîte la tête d'une pauvre jeune fille, Freddy se servant d'un ado comme d'une marionnette avec les tendons de ses bras ou encore engloutissant goulûment la débutante Patricia Arquette; on est face à un véritable festival. Une succession de scènes toutes plus dingues les unes que les autres soutenues par des effets spéciaux à l'ancienne de toute beauté. Mention spéciale au squelette animé "Ray Harryhausen" style qui livre un combat acharné contre un John Saxon rescapé des premières mésaventures de Elm-Street. Ajoutez à cela des répliques totalement politiquement incorrectes (en plus d'être hilarantes parfois) de notre grand brûlé préféré et vous obtenez très certainement l'un des meilleurs épisode de la saga, rien que ça. On en apprendra également un peu plus sur le passé du griffu avec un passage assez glauque et tendu dans l'asile qui l'a vu naître (on salue Amanda au passage qui a dû sacrément prendre cher quand même) et pitite cerise sur le Mc Do, nos adolescents autrefois victimes vont devenir de véritable combattants des rêves (d'ou le titre "Dream Warriors"; c'était pour voir si vous suiviez). Cet élément nouveau va finir de faire basculer le film dans un fantastique totalement déjanté qui le fera presque ressembler à une bande-dessinée live avec pêle-mêle un magicien qui lui lance des sorts, une punk adepte des couteaux ou encore un costaud qui pourrait soulever des montagnes.. Un gang bang visuel propre à filer la gaule à tout geek qui se respecte quoi.

"Freddy 3, les griffes du cauchemar" (aka "Dream Warriors") est une pure pépite dans la saga inégale du croquemitaine de Elm Street. Un opus défoncé aux amphétamines qui assure le spectacle comme une bête. On a pas vu Freddy aussi en forme depuis la dernière fête dans la chaudière et franchement ça fait du bien par ou ça passe (n’interprétez surtout pas ce que je viens d'écrire..). C'est qui le patron?! C'est Freddy!
4s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier