Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

16Déc/150

Retrospective: le Père Noel est une ordure… (mais on l’aime bien)

noelQuoi de plus chouette, en cette période magique de Noël, que de traîner ses guêtres du côté obscur (hin hin) de la tradition? Surtout chez Grim... Tout le monde le sait, le Papa Noël, il est gentil. Et ben pas tout le temps et parfois il est même vraiment méchant! Évitez de passer la tête dans votre conduit de cheminée (surtout si elle est allumée hein..), il pourrait lui prendre une bonne envie de ch..ahuter et un parpaing de douze pourrait très bien venir traverser votre boite crânienne (remarquez la deuxième proposition est presque préférable vu que la gastro revient il parait..). Cette fascination pour le bonhomme en rouge qui nous a bercé tout au long de nos tendres années a également vu naître une autre race de livreur de cadeaux. Non, je ne parlais pas de La poste ni du piaf constipé depuis trois semaines qui passe juste au dessus de votre tête au moment de la libération, mais bien du père Noël méchant; oui ma bonne dame, celui qui tranche dans le vif, qui fait peur et qui vous veut rien que du mal. On va balayer gentiment ce qui se fait de mieux histoire de vous trouver quelques perles rares à regarder le 24 au soir enfouis dans vos canapés si douillets, une dinde à la bouche.

blackchristmasIl était une fois, un monsieur nommé Clark (Bob pour les intimes) qui a décidé de nous pondre un film d'horreur que y aurait Noël dedans et tout et tout. Faisant fi de toutes les règles de bien-séance (de cinéma, bouah ah ah), "Black Christmas" déboule sur nos écrans en l'an de grâce 1974. Premier choc, premiers émois, tous les codes repris ensuite par une tripotée de Slashers vont être mis bas ici, appuyés par un sens de la suggestion qui force le respect. De la classe donc et une efficacité qui permet au film de traverser les affres du temps sans trop de bobos. Adeptes du gros gore qui tâche, circulez y a rien à voir, par contre pour ceux qui recherchent une tension palpable et du glauque en perfusion, vous avez frappé à la bonne porte. Un remake verra le jour en 2006, remake plutôt bon d'ailleurs mais qui cette fois cède aux appels de la chair fraîche avec des meurtres bien plus graphiques (on peut même parler de gore). Un bon crû donc. santaContinuons notre marché et ajoutons à notre hotte un certain "Christmas Evil" de Lewis Jackson, sorti en 1980 (et dispo via un DVD Mad si je ne m'abuse). Sorte d'hybride un peu bizarre, le seul long tourné par Jackson (pas Michael hein) était pourtant pas trop mal foutu et s'il y a bien une chose qu'on ne pouvait pas lui enlever c'est qu'il sortait franchement des sentiers battus (oui comme les œufs, merci toi au fond..). Un traumatisme (Santa la tête dans un entrejambe.. fallait oser), des bons sentiments (le vol de jouets pour donner aux pauvres) et quelques meurtres assez gores feront de cet ovni un film qui mérite un visionnage, même sous la contrainte (nous obligez pas à venir vous menacer). On enchaîne avec une production mettant en scène la célèbre Scream-queen Caroline Munroe: "Don't Open Till Christmas" de Edmond Purdom qu'on aurait effectivement pas dû ouvrir avant tellement le cadeau sent le sapin. Plus qu'un slasher, on a surtout à faire à un défilé de meurtres sans queue ni tête (enfin si, y a pas mal de représentants de la gente masculine aussi) qui tombent à plat, mais qui pour une fois visent directement notre bonhomme tout de rouge vêtu. Monté à la serpe, bardé de séquences filmées à la hâte et rajoutée à la truelle (ça en fait des outils ça), tous les ingrédients sont présents pour faire de ce machin une belle boule puante qu'on hésitera à lancer en société. Mais c'est pas grave, c'est la fête et de toute façon faut bien rigoler... Ça y est, on arrive dans le lourd! Non, le père Noël n'a pas pris 15kgs en picolant comme un trou pour oublier l'horrible vision qu'il a depuis son traîneau (le cul d'un renne je vous rappelle), mais nous sommes en 1984 et le premier "Douce Nuit, Sanglante Nuit" vient de sortir. Devenu un véritable objet de culte, voilà notre premier vrai Papa Noël adepte de la hache bien aiguisée. Pamphlet construit à nouveau sur le traumatisme (décidément, Noël est propice à ce genre de déviance finalement) d'un enfant traumatisé par le meurtre et le viol de sa mère, Charles Sellier Jr recentre peu à peu son récit sur la notion de punition et nous livre un tueur qui fait le job avec un sacré brio. Les meurtres, particulièrement inventifs, envoient un peu de pâté et le tout se regarde non sans un certain plaisir (avec en prime une petite surprise scénaristique plutôt sympa à découvrir). Y a bon. Quatre suites verront le jour au fil de l'eau, toutes dispensables je vous rassure (surtout la deuxième, sorte de compilation des scènes du premier).

silentnightdeadly

On avance vite nos pendules pour nous rendre directement en 2011 (ben ouais, on s'est cogné presque 30 ans sans sapin potable) avec la sortie de "Saint" de Dick Maas (oui, monsieur "L'ascenseur"); voici une interprétation de l'histoire de Saint-Nicolas qui va vous redonner du baume au cœur. Une intro qui catapulte le film directement dans la catégorie des divertissements pas gentils (en plus de faire démarrer l'action sur les chapeaux de roue), une intrigue qui ne faiblit que rarement, du gore qui tâche bien comme il faut (coups de machette à foison, personnage coupé en deux, etc..) et des effets spéciaux franchement réussis (la course de Saint-Nicolas sur les toits d'Amsterdam chevauchant son destrier fantôme vaut le coup d’œil) participent à faire de ce petit film passé inaperçu un véritable fleuron du genre! A voir absolument entre deux plats de marron (et pas l'inverse). On finira cette petite rétrospective par l'inédit chez nous "Silent Night" de Steven C.Miller ("Automaton transfusion"), slasher classique à l'extrême mais offrant l'un des tableaux de chasse les plus fournis à ce jour dans le domaine. Du gore à foison, un tueur iconique à mort et une action qui ne faiblit pas sont les principales caractéristiques d'un film dont on regrette la non existence chez nous (mais la critique ne doit pas se trouver bien loin sur votre site préféré). Touchons tout de même deux mots de l'adulé "Krampus" qui rafle tout sur son passage aux States et qui n'arrivera vraisemblablement pas avant l'année prochaine chez nous; film de monstre lié à la légende de Saint-Nicolas (pas le caviste non..celui dont on a parlé plus haut), ça semble envoyer du très lourd et inutile de dire qu'ici à Grimmovies, c'est l'ébullition la plus totale matinée d'une certaine fébrilité en attendant cette petite perle.. Mais promis, on en reparlera en temps et en heure.

Voilà, on aurait pu en dire beaucoup plus, mais ceci est une shortlist non exhaustive de quelques joyeusetés qui pourraient faire plaisir le soir du réveillon. Ces quelques fleurons sauront s'intercaler avec bonheur entre la dinde et les marrons tout en vous maintenant suffisamment en appétit pour attaquer goulûment le dessert. Ho ho ho donc et surtout si vous avez d'autres perles à partager avec nous, n'hésitez pas à venir en discuter ici ou sur la page Facebook de Grim; après tout, c'est Noël!


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier