Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

29Déc/150

Critique: Martian Land – Scott Wheeler – 2015

Synopsis:
Bien que je n'aime pas le mot synopsis je vais en faire le pitch : La Terre, c'est mort ! Mars, c'est super (NDLR David: en même temps, un mars et ça repart il parait..)! Et c'est LA grosse destination tendance en cette période d'apocalypse (c'est ça ou rien de toute façon). Toute la populasse se retrouve donc exilée sur Mars, terre d’accueil et ce, même si on ne lui a pas demandé son avis... Et si elle n'avait qu'une envie ? Le donner mainteNAAAANNNNTTTTT !!!!

mikeL'avis de Mike:
C'est avec joie que je m’apprête à regarder et à voyager à vos coté durant ce "Martian Land". Je vais vous faire vivre la critique de l’intérieur, en live, mes émotions, mes joies, l’émerveillement que procure le grand cinéma de genre... Encore une prouesse technique que vous ne pourrez trouver nul par ailleurs, ONLY chez Grimmovies. Adepte de contorsion et d'excentricité, j'avais déjà frisé l'héroïsme en me tapant  la trilogie des Cold Prey (en débutant par le chapitre final en plus). Tout d'abord j'ai eu un coup de cœur pour la jaquette. Observez la bien, à plusieurs reprises... Elle est sublime n'est ce pas ? Tout le monde craquerait pour elle... Elle qui pourrait être la perle rare d'un vernissage tellement elle conquiert l’œil d'amateur d'art qui sommeille en vous. Quel travail ! Quelle finesse ! On vibre en voyant cette tête de mort dans le scaphandre. L'angoisse s’imprègne de nous, on imagine tout de suite le pire (un indice : c'est pour dans pas longtemps). Le film débute sur un mini documentaire plein de remontrances; le sempiternel "si on avait fait attention, pris soin, tout n'aurait pas été bousillé sur terre"... S'en suit un : "La terre a rendu les coups..."! Vous voyez, j'ai toujours dit que la nature était hostile envers l'homme ! C'est pour ça qu'il ne faut pas l'épargner (c'est un de ces moment ou je perds des lecteurs, il y en aura un autre à la fin je vous préviens, ça passera peut être mieux). La terre étant réduite à l’état de crotte restée au soleil en plein mois d’août que si tu marches dessus elle ne va pas s'étaler élégamment sur toute la semelle, remonter sur les côtés et être délicatement nettoyée avec ton petit mouchoir, mais plutôt que si tu marches dessus tu te tords la cheville tellement elle est sèche. Bref :c'est la merde ! Évidement tout le monde s'est cassé du bled pour un voyage spatial/intersidéral/(a compléter) jusqu'à Mars de allez quoi.. six/sept mois ? Y a d'ailleurs une polémique à ce sujet là : comment pourrions nous vivre autant de temps dans une capsule ?? Je sais pas, avec de bons programmes à la télé et des astronautes sexy pas trop chiantes... Il me semble que ça s'appelle "les grandes vacances" ça non ? Enfin, chiantes quand même un peu sinon une capsule c'est comme une capote, c'est stérile. Premier plan large de la surface de Mars: pour vous situer la qualité du film, vous vous souvenez des décors d'X-OR ? Non ? Alors vous n’êtes pas dans ma tranche d'âge et êtes des proies faciles pour les Cougars (vous verrez c'est rigolo), pour les films paranormaux que vous risquez de trouver "sympas"; peut-être même pire: dire qu'"Insidious" est "bien" (NDLR David: On te prout, il est pas bien, il est TRÈS bien! Vieux machin..). Malheeuuur ! Je prie pour vos âmes, enfin je pense vaguement à vous. Redescendez de votre nuage, back on Mars car on y vit sous une cloche en verre (enfin, du nom scientifique de : "Dôme de verre"). Cloche en verre qui abrite les pèlerins, ou "habitants" et une équipe de scientifiques, petit repère d'intellos, décors genre Stargate SG1 (et si ça te plait à toi, bah pas à moi). De fantastiques acteurs entrent en scène, plus étonnants les uns que les autres avec leurs spécificités: un cortège de moches, de moyennes, un thon, et un "je ne me prononcerais pas". Bref, le club de petits chercheurs doit trouver une solution car le dôme de verre censé protéger toute la population et créé grâce à leur immense "savoir" est en train de partir en couille. Une banale tempête est en train de s'abattre sur Mars et la cloche se fissure. Instinctivement, on ne peut qu'exprimer  cette infâme réflexion : "Tu vois où tu peux te les foutre tes études binoclard !". Donc l'élite de l'intelligence que j’appellerai désormais "les lumières", dissertent entre eux pour trouver une solution avec des termes incompréhensibles pour nous "idiots". Ils cherchent... On lit les expressions sur leurs visages : craintifs, béas... L'un est interloqué, l'autre a juste une grosse tronche de cake. Bref "Les premiers de la classe" (anciennement appelés les lumières, mais ça dure pas, ça s’éteint) partent en mission avec leurs petits vehicules CGI mal foutus et surtout mal incrustés aux décors de marionnette. Sur place, une horde de gens court partout afin d’éviter quelque chose de terrible car à ce moment précis on va comprendre que dans ce film, l'ennemi est une.... TEMPÊTE ! (NDLR David: ou t'en chie apparemment, c'est selon que c'est en Décembre ou pas) ….. Autour de moi tout s'écroule, ma joie, mes espoirs, mes croyances, mon empathie envers "les lumières" qui scintillaient et vacillaient, se tuant à la tâche pour faire survivre coûte que coûte ce scénario... Mes lèvres tremblottent, mes yeux s'humidifient et je n'arrive plus à retenir mes larmes: je suis anéanti. Bye bye mes rêves de monstres, d'entités, de virus carnivores, d'aliens travestis en Marilyn Monroe... Non, PLUS RIEN ! Les vingt minutes les plus belles et les plus intenses de ma vie, j'aurais voulu qu'elles ne se finissent jamais; on avait tellement en commun pour vivre une histoire extraordinaire ! Et ce chef d'oeuvre de jaquette, j'y ai crû... tellement crû ! Toute notre histoire se finit sur une banale TEMPÊTE ! J'ai le cœur meurtri. A l'instar de la jaquette, le fruit était trop beau à l'extérieur mais complètement pourri à l’intérieur, prenez en de la graine mes petits Grimmers (PS : Je l'explique : la graine-> le fruit). Cette année, Matt Damon a aussi voulu faire son petit mec de la Nasa: on lui a mit son joli petit costume, saupoudré le tout d'humour Facebook, réalisé un long film "propret" pour la bagatelle de 108 Millions de dollars (en dessous t'as plus rien de toute façon); fruit de tout ce travail: la coquille est vide (et par dessus tout, c'est une insulte de plus au compteur de la planète rouge !). "Life on Mars", c'est pas gagné, comme l'a écrit ce chanteur populaire aux yeux hétéro-chromes. C'est pas vraiment les paroles mais on s'en fout, c'est pour dire.

C'était mon cadeau de Noël cette critique mes Grimmers. Je ne vous avais rien déposé sous le sapin depuis un certain temps alors j'en profite donc pour vous remercier ainsi que tous les volatiles à plumes qui nous ont encore fait don de leurs meilleurs organes cette année, en vous souhaitant de joyeuses fêtes car mon steak de dauphin refroidit.. Je rigole bien évidement, je suis pour la protection des animaux ainsi que de ce que j'ai dans l'assiette (j'avais prévenu que je remettrai le couvert). Voila ! vous pouvez dépressuriser votre casque et respirer tranquillement, j'ai fini..
0s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier