Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

29Jan/160

Critique: Hellraiser – Clive Barker – 1987

hellraiserSynopsis:
Franck est un explorateur baroudeur à la recherche de tous les plaisirs et de tous les vices, même les plus inavouables. Il se porte acquéreur d'une mystérieuse boite auréolée d'une bien étrange légende. Celui qui déclenchera son mécanisme caché se verra invité à découvrir les plaisirs les plus extrêmes. Mais ce qu'il va libérer va se trouver bien au delà de ses espérances. Quelques mois plus tard, son frère et sa fille Kirsty emménagent dans son ancienne demeure..

davidL'avis de David:
Adapté de sa nouvelle "The Hellbound Heart", ce "Hellraiser" signera l'apogée pour Clive Barker qui entrera directement au panthéon du culte en même temps que son personnage fétiche Pinhead (tête d'épingle). Au même titre qu'un Leatherface, un Freddy ou un Jason, il deviendra une véritable figure de l'horreur au sein du classement des défigurés célèbres. Mélangeant sexe,sang et plaisir, "Hellraiser" nous propose une mise en abîme terrifiante confrontant notre soif de voyeurisme avec la vision de personnages recherchant le plaisir au travers de la souffrance. C'est ainsi que Barker nous entraîne au confins de l'âme humaine, là ou elle est la plus noire, comme si les fameux cénobites et leur monde n'en étaient que l'effroyable retranscription. Touchant parfois au sadomasochisme (les costumes des habitants de l'enfer parlent d'eux-mêmes, ainsi que leur passion pour les crochets à grosses mailles) et flirtant en permanence avec nos plus bas instincts, ce pacte fait preuve d'une belle réalisation et dénote une maîtrise certaine du jeune réalisateur, même si c'est son premier film. Il manie la caméra intelligemment, l'utilisant pour remplacer nos yeux et nous poussant sans cesse à voir arriver ce que l'on préférerait ne pas avoir arriver justement (comme un aveugle qui vous tutoies, c'est parcequ'il ne vous vois pas [à lire vite plusieurs fois]... toi ou un autre d'ailleurs..). Malin comme le diable, le bougre nous fait ressentir le malaise de ce Franck décharné, obligé de "pomper" le fluide vital de ses victimes afin de retrouver une apparence normale et de fuir l'enfer dans lequel il s'est lui même enfermé. L'analogie avec la boite de Pandore n'aura jamais été aussi vraie tant déclencher ce "jouet" ouvre une porte vers la pire des prisons, celle dont on ne réchappe pas. Bref, y a du sang, du liquide séminal et un bon paquet de chair putréfiée; de quoi ravir les Grimmers que nous sommes. Et puis découvrir que "Hellraiser" est le point de départ de l'expression bien connue "Viens voir papa", ben ça fait quelque chose.. Histoire de couronner le roi Dagobert (la culotte je doute qu'elle soit en place) on pourra noter des effets spéciaux qui n'ont pas vieillis (les étapes de la transformation de Franck balancent vraiment du pâté et renvoient directement aux meilleurs trucages de Chris Walas pour "La mouche" de Cronenberg), une ambiance glauque au possible et un sacré paquet de transgressions toutes plus limites les unes que les autres. Au niveau des effets spéciaux toujours, impossible de passer sous silence les cénobites eux-mêmes tant ils en imposent à chacune de leurs apparitions (mention spéciale au claqueur de dents qui a dû inspirer tout un pan de la génération suivante). Tout juste pourrait-on regretter un final un peu foiré (A ce stade de l'aventure, le budget devait ressembler à un os de patte d'araignée, ceci expliquant cela) avec une maison qui pète (non, pas la version Chili) hors champs (comble du naze) et un rédacteur qui fait rien que mettre des parenthèses partout (et ça devient soûlant)... (poil aux dents). Bref, pas grand chose à reprocher à cette "masterpiece" devenue culte et qui n'a pas bougé d'un poil. On enfonce le clou (c'est Pinhead qui va être content) avec deux mots sur l'édition TF1 Vidéo chez nous: censurée (scènes de sexe plus courtes, coups de marteau limités entre autres) et au doublage plus qu'approximatif, elle ne restera pas dans les annales (enfin ça dépend lesquelles); pour les anglophones (et pas phobes), préférez lui la galette bleue Arrow à l'image juste sublime et au contenu plus que correct.. Enfin moi je dis ça, j'dis rien hein...

Véritable pépite eighties inaltérable dans le temps, "Hellraiser" est de ces films qui ont marqué une époque. Toujours aussi puissant dans ces séquences gores, le film nous pose devant un miroir qui ne nous renvoit que nos pires instincts tout en restant divertissant et généreux dans le spectacle. Un vrai classique qui sera suivi de toute une ribambelle de suites plus ou moins réussies (on y reviendra plus tard) mais de toute façon bien en deçà de l'original. Une valeur sûre de l'horreur.
5s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier