Grimmovies – Critique de film d'horreur et fantastique Site de critiques de films d'horreur et fantastiques

15Fév/160

Critique: Resident Evil Extinction – Russel Mulcahy – 2007

residentevilextinctionSynopsis:
L'ignoble virus mis au point par Umbrella Corporation est parvenu à détruire le monde tel que nous le connaissons. Une grande partie de la population a mutée, la maladie transformant les gens en zombies sanguinaires. Les survivants fuient les villes et le convoi de Claire et Carlos décide de se rendre en Alaska avec l'espoir de trouver une terre préservée. Ils vont croiser la route d'Alice, mutante à l'ADN modifié par Umbrella, qui va se joindre à eux. Mais leur combat ne fait que commencer...

L'avis de David:
Tiens, et si on se faisait un petit Resident Evil aujourd'hui.. Drôle d'idée hein? Surtout au p'tit dej, la galette n'est pas loin (non pas celle là, l'autre, celle en spray). Et puis pour le coup, si en plus on mixe le tout avec un gros sanglier bien baveux immortel qu'il va falloir décapiter à l'épée et ben ça pourrait presque devenir sympa. Toutes ces conneries pour dire que c'est Russel Mulcahy ("Razorback","Highlander") qui s'y colle et c'est plutôt étonnant vu que le bonhomme n'est pas trop coutumier de ce genre de films. Paul W.S. Anderson, qu'on a définitivement perdu depuis "Event Horizon", est toujours aux manettes côté scénario et ça se voit... Les acteurs sont nazes quand ils ne sont pas ridicules et le tout est une sorte de condensé de plusieurs jeux de la franchise qu'il vaut mieux ne pas essayer d'analyser sous peine de se faire un nœud au boyaux de la tête. Mais, car il y a un mais, contre toute attente c'est un peu meilleur que le reste de la série. Oui ma bonne dame, vous avez bien lu. On peut même dire que cet épisode se laisse à peu près regarder; en tout cas les spasmes et les vomissements (voir même la diarrhée) habituels lors de ce genre de visionnage ne semblent pas faire partie des effets secondaires (on aurait caché de l'imodium dans les images?). Se passant presque exclusivement dans le désert (avec une très forte inspiration Mad-Maxienne d'ailleurs), l'action y est soutenue, le sang gicle (une première ici) et quelques séquences plutôt bien foutues font le job (l'attaque des corbeaux ou les affrontements avec les zombies). Les effets spéciaux numériques sont eux aussi assez chouettes car discrets mis à part peut-être le combat final contre le Tyran (qui en fait peut-être un peu trop dans le CGI) et on est même surpris de tant de violence graphique dans un film plutôt destiné à un jeune public. Pour le reste, rien sur le radar, c'est convenu et Mulcahy ne fait que tenir la caméra, ce qui n'est déjà pas si mal, même si il teinte son film de référence Hitchcockiennes et Milleriennes à foison.. Dans tout ce bordel, on retrouve aussi pêle-mêle les obligatoires chiens zombis (plutôt ratés ici dans une première scène qui fera office d'échauffement), les inénarrables incohérences usuelles (l'odeur insoutenable qui ne traverse pas une porte totalement destroy et trouée) et les emprunts à toute une mythologie du film de zombie (le John Malkovitch-zombie photographe fera penser à Bub de Romero, la recherche de l'Alaska à pléthore d'autres films du même genre..); mais entre deux on arrive quand même à s'amuser un peu, c'est déjà ça (un peu j'ai dit)..

Ce "Resident Evil Extinction" aurait bien fait de la signer, l'extinction, tant l'usure de la série en est déjà à la corde. Un peu mieux filmé que d'habitude et qualitativement un poil meilleur que les bouzasses passées et à venir, il conviendra si il est pris pour ce qu'il est, un divertissement vite vu et vite oublié. Mais encore une fois, quand on imagine seulement le potentiel que les producteurs avaient entre les doigts avec le jeu-vidéo éponyme, on ne peut que se confondre dans l'amertume la plus totale..Monde de merde...
2s5


Réactions
Et puis tant qu'on y est, vous pourriez également apprécier